9:15:23 PM Lundi, 8 Mars 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Lait, miel, porc, bœuf, poulet: le Cameroun recherche des partenaires pour le montage de cinq unités de transformation

Afrique - Economie et Finances
Le Cameroun veut accroître sa contribution à l’approvisionnement de la demande locale en produits des chaînes de valeur de la viande, du lait, du miel. L’un des objectifs visés est de réduire la facture des importations alimentaires.
Le ministère camerounais de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) a lancé, le 12 janvier 2021, un appel à préqualification des investisseurs désireux d’investir dans la transformation des produits animaux. Concrètement, apprend-on, grâce aux financements pourvus par la Banque mondiale dans le cadre du Projet de développement de l’élevage (Prodel), le gouvernement entend cofinancer la mise en place de ces unités de transformation avec des privés.

Selon l’appel à manifestation d’intérêt du Minepia, les projets visés sont la construction « d’une unité de transformation laitière d’envergure avec possibilité de mise en place d’une laiterie de type UHT, d’une unité industrielle de charcuterie (porc), d’une unité industrielle de transformation de volaille, d’une unité de transformation des produits de la ruche, d’une unité industrielle de transformation de la viande bovine ».

A en croire le document du Minepia, les financements publics à injecter dans chacun de ces projets oscillent entre 150 et 350 millions FCFA, représentant 60% du budget global du plan d’affaires. Les opérateurs économiques intéressés par cette offre gouvernementale ont jusqu’au 5 février 2021 pour faire parvenir leurs dossiers de soumission à l’unité de coordination du Prodel, à Yaoundé, la capitale du pays.

En plus de pouvoir booster la valorisation des produits tels que le miel blanc d’Oku, labellisé par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi), la réalisation de ces projets aura un impact notable sur la balance commerciale du Cameroun, dans laquelle les importations des produits laitiers et autres saucissons et fromages pèsent d’un poids certain.

Par exemple, selon les estimations du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) de France, les producteurs de fromages français ont expédié vers le Cameroun une cargaison globale de plus de 305 tonnes de fromages au cours de l’année 2018, tandis que le pays importait, la même année, 1 835 litres de lait et autres boissons lactées en provenance de la France.

Pour la seule année 2015, les importations de lait au Cameroun ont englouti la bagatelle de 31 milliards FCFA, selon les statistiques du ministère de l’Elevage, dépassant la moyenne annuelle de 20 milliards FCFA enregistrée depuis 2013.

Brice R. Mbodiam