10:23:10 PM Lundi, 8 Mars 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

niger-“je-ne-peux-pas-m-engager-dans-l-aventure-d-un-troisieme-mandat-mahamadou-issoufou

Niger - “Je ne peux pas m’engager dans l’aventure d’un troisième mandat", Mahamadou Issoufou

Niger - Politique
Pendant que le Niger se prépare pour un second tour de l'élection présidentielle, le Président Mahamadou Issifou ne cesse de se féliciter pour son parcours et de réitérer sa bonne volonté de quitter le pouvoir après deux mandats de cinq ans.
Mahamadou Issoufou, faisant le bilan de ses dix années à la magistrature suprême de son pays, se dit être fier de l’ensemble des promesses qu'il a faites au peuple nigérien, et qu'il les a “tenues”.

Issoufou se dit satisfait pour de nombreuses raisons, dont il explique en premier lieu renforcement des valeurs et des institutions démocratiques dans le pays.

“C’est la première fois depuis 60 ans qu’il y a un passage de témoin d’un président démocratiquement élu vers un autre démocratiquement élu. On est en train d’asseoir une tradition démocratique”, a-t-il déclaré à TV5 Monde.

"On ne peut pas avoir des institutions fortes en tripotant les Constitutions, en changeant la règle du jeu en cours de jeu. Je ne peux pas m’engager dans l’aventure d’un troisième mandat. Cela aurait affaibli les institutions que nous sommes en train de construire”, souligne-t-il.

Le dirigeant nigérien s'est également vanté d'avoir “fait baisser le taux de fécondité” qui “malheureusement rend difficile le progrès rapide du Niger vers l’émergence”.

“Nous avons fait baisser le taux de fécondité. C’est une action de longue haleine (…), nous avons mobilisé les leaders religieux et traditionnels avec des arguments religieux qui justifient la nécessité de la transition démographique”, a martelé M. Issoufou.

Le Chef de l'État nigérien a cependant exprimé une certaine frustration, tout en déplorant la crise sécuritaire qui a frappé son administration.

Mahamadou Issoufou est élu président du Niger en 2011. L'homme de 68 ans n'attend que le second tour du scrutin fixé au 21 février pour ensuite remettre le pouvoir à un des deux premiers candidats au premier tour, notamment Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane.

Mensah A.