Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 10:59:20 PM Mercredi, 16 Juin 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

congo-rdc-60-ans-de-l-independance-comment-les-congolais-ont-accueilli-le-mea-culpa-du-roi-de-belgique

Congo RDC - 60 ans de l’indépendance : Comment les Congolais ont accueilli le mea culpa du roi de Belgique

Congo RDC - Diplomatie
Dans sa lettre envoyée au président congolais, Félix Tshisekedi, à l’occasion de la célébration des 60 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo (RDC), le roi de Belgique a fait un mea culpa.
C’est historique. Le roi Philippe écrit dans sa correspondance « ses plus profonds regrets » par rapport aux actes barbares posés sous la responsabilité de son arrière-arrière-grand-père contre les Congolais à l’époque coloniale.

Une reconnaissance saluée par Marie-Ntimba Nzeza, la ministre congolaise des Affaires étrangères qui précise que « le Congolais n’a pas été traité dans le respect de la dignité humaine », rapporte Rfi.

Selon elle, « c’est du baume sur le cœur du peuple congolais. C’est une avancée qui va booster les relations amicales entre nos deux nations. C’est aussi un puissant soubassement socio-psychologique qui va petit à petit modifier notre regard sur nous-mêmes. La Belgique par le roi Philippe a posé les bases d’un changement profond ».

Carbone Beni, un membre du Mouvement citoyen Filimbi, reconnait lui aussi que c’est « une prise de position historique » qui doit être enseignée non pas seulement dans son pays, mais également en Belgique.

Matumo de La Lucha, une organisation citoyenne congolaise non-partisane et non-violente, ne dit pas le contraire de ses compatriotes. Il rappelle qu’« il y a eu beaucoup de crimes économiques, mais aussi des violations de droits de l’homme qui ont été commises en RDC par Léopold et la colonisation belge » et souhaite la mise en place d’ « un mécanisme de réparation », seul « élément fondateur », selon lui, des « nouvelles relations » de son pays avec l’ancienne puissance colonisatrice.

« Quelqu’un qui reconnaît ses erreurs, présente des excuses, c’est déjà quelque chose de fondamental. Surtout que ce n’est pas lui ! Nous sommes une génération de plusieurs décennies après cette colonisation, c’est encourageant », ajoute-t-il.

Pour beaucoup, c’est le point de départ de la reconsidération des relations bilatérales entre ces deux pays.

A.H.