Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 4:21:27 AM Vendredi, 3 Février 2023 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

payadowa-boukpessi-sermonne-le-prefet-de-la-keran

Payadowa Boukpessi sermonne le préfet de la Kéran

Togo - Societe
Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales rappelle le représentant de l’Etat dans la préfecture de la Kéran à l’ordre dans une note au contenu sans concession.
Les relations qu’entretient le préfet de la Kéran avec les trois maires de sa juridiction territoriale ne sont pas bonnes. Elles sont orageuses. Le premier traite les seconds comme ses obligés. La gestion de la crise sanitaire dans la préfecture a mis le feu aux poudres de sorte que Payadowa Boukpessi est contraint d'intervenir. Il a donc écrit une note de rappel à l’ordre en date du 18 mai et adressée au préfet.

« … vous continuez de gérer la préfecture comme si la décentralisation n’était pas effective dans la Kéran », souligne l’autorité politique dans son document, avant de poursuivre : « Vous auriez tendance à considérer les Maires comme vos subalternes à tels points qu’ils estiment ne bénéficier ni de votre appui, ni de vos conseils, mais qu’en lieu et place, vous leur imposez des diktats et vous vous opposez à toutes leurs initiatives pour la bonne marche de leurs collectivités locales respectives ». Un sermon qui ne s’arrête pas là.

M. Boukpessi rappelle également au préfet que sa « mission de contrôle de légalité, n’exclut pas une considération et une consultation des maires que vous devriez associer aux décisions qui touchent aux domaines de leurs compétences ».

Il lui demande en outre de s’entendre avec les responsables communaux afin de mieux faire son travail, celui « de représentant du pouvoir central ».

Bien que les élections locales aient été organisées le 30 juin 2019 et les nouveaux maires installés dans leur fonction, certains préfets gardent encore les vieilles habitudes doublées d’un zèle indescriptible.

A.H.