6:29:21 PM Samedi, 27 Février 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

olivier-amah-n-a-pas-discute-avec-col-madjoulba-avant-son-assassinat

Olivier Amah n'a pas discuté avec Col. Madjoulba avant son assassinat

Togo - Societe
Dans une note intitulée "Point sur l'actualité", le Commandant Olivier Amah est revenu sur un témoignage (qui circule sur les réseaux sociaux) d'un certain beau-frère du Colonel Bitala Madjoulba, assassiné le lundi 4 mai dernier dans son bureau. Ce témoignage indique que quelques heures avant son assassinat, la victime avait discuté avec Olivier Amah. Des allégations mensongères, selon ce dernier.
POINT SUR L'ACTUALITÉ TOGOLAISE !!!

L’actualité togolaise est à nouveau marquée par un triste évènement, avec l’assassinat du Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, survenu dans des circonstances jusqu’ici mystérieuses. La situation est d’autant plus préoccupante que le contexte spatio-temporelle dans lequel cet acte ignoble est survenu ne laisse pas indifférent.

C’est dans cette suite des évènements qu'il vient d’être porté à ma connaissance un document intitulé « Les vérités sur la mort du Colonel Madjoulba », dont le contenu appelle de ma part des observations : ce document qui circule sur les réseaux sociaux, et dont l’auteur serait un beau-frère du regretté Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, fait état de ce que le Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA aurait eu une conversation avec ma personne dans le courant de la journée du 14 avril. Je tiens à porter à la connaissance de l’opinion publique qu’il s’agit d’allégations mensongères. A cet effet, je précise à toutes fins utiles que depuis que j’ai quitté l’armée, en 2011, je n’ai jamais plus discuté avec le feu Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, qui reste quand même une personne que j’ai toujours eu dans mon estime de par ses valeurs et qualités humaines.

J'adresse mes marques de compassion, et mes condoléances les plus attristées aux familles éplorées, ainsi qu'à ses proches.

Du reste, en ma qualité de défenseur des droits de l’homme, je condamne avec la dernière énergie ce crime crapuleux, qui avilit davantage l’image du Togo et des autorités togolaises. J'exige que toute la lumière soit faite, et que les auteurs et commanditaires de cet acte soient poursuivis et jugés conformément aux textes en vigueur.

Que l’Éternel bénisse le Togo !

Fait le 8 mai 2020.

Olivier Poko AMAH