Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 12:25:48 PM Jeudi, 27 Janvier 2022 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

les-magistrats-appeles-au-sens-de-responsabilite-dans-le-reglement-des-litiges-fonciers

Les magistrats appelés au sens de responsabilité dans le règlement des litiges fonciers

Togo - Justice
Attirer l’attention des magistrats sur les bonnes pratiques en matière de gestion des litiges fonciers dans le pays. Tel est l’objectif d'un séminaire-atelier ouvert mardi 27 mars 2018 à Lomé par le ministère de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République chargé des Droits de l’Homme.
Cet atelier de quatre jours va permettre aux professionnels de la justice, selon les cadres de ce ministère de réfléchir sur leur sens de responsabilité dans le règlement des litiges fonciers. « Les magistrats vont réfléchir sur l’épineuse question liée au foncier qui devient de plus en plus récurrente », a fait savoir le ministre de la Justice et des Relatons avec les Institutions de la République chargé des Droits de l’Homme, Pius Agbetomey.

Au regard de l’ampleur que prend les litiges fonciers au Togo entraînant la démolition des maisons et l'expropriation des domaines, les organisateurs ont décidé de mettre l'accent sur la responsabilité des magistrats dans l’exercice de leur profession surtout sur les questions foncières. « La terre étant un bien commun des hommes offerte par Dieu, elle devient de nos jours, un objet de convoitise qui engendre des litiges », a laissé entendre le ministre à l'ouverture des travaux.

L’inspecteur général des services pénitentiaires et président du comité d’organisation de cet atelier, Alfa-Adini Byalou a pour sa part, rappelé l’importance d’une telle rencontre qui selon lui, est avant tout un cadre de rappel des responsabilités des magistrats sur les dossiers de litige foncier. Car, a-t-il laissé entendre, le juge doit non seulement concourir à la paix sociale, mais il doit aussi par ses décisions, dire le droit à ceux qui le méritent ».

Théophile K.