Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 7:33:06 AM Mardi, 21 Mai 2024 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


La piraterie maritime au cœur du sommet de l’UA à Lomé

Togo -
La piraterie maritime constitue aujourd’hui une préoccupation majeure pour les chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’Union africaine, surtout ceux qui partagent le Golfe du Guinée. Le phénomène sera au cœur du sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement de l’Afrique du 10 au 15 octobre à Lomé.
Selon un rapport du Bureau maritime international (BMI), une structure basée à Londres, les actes de piraterie maritime sont en baisse dans le monde, sauf dans le Golfe du Guinée. Cette baisse s’explique par le déploiement de la patrouille international en mer. Mais le Golfe du Guinée, surtout le large des régions pétrolifères du Nigéria reste toujours touché.

Les pirates lorgnent surtout l’industrie pétrolière. Ils attaquent des bateaux siphonnés, des navires d’assistance ou ceux des transports logistiques. De 2005 à 2016, plus de 205 attaques des pirates ont été enregistrées dans le Golfe du Guinée. Le phénomène est devenu une véritable menace pour les pays de cette partie de l’Afrique.

Lors du sommet de l’UA à Lomé, d’importantes décisions seront prises (dans la Charte de Lomé) pour venir à bout du fléau qui endigue la sécurité et la sûreté maritime.

A en croire le ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, Robert Dussey, les décisions qui seront prises lors de cette conférence internationale viseront également à lutter contre les trafics d’armes, de pétrole et d’êtres humains en haute mer.

« Nous sommes conscients qu’il faut trouver un moyen de protéger nos côtes et c’est un thème inscrit dans un chapitre de la charte. Il n’y a jamais eu de texte contraignant obligeant tous les pays africains de travailler ensemble et d’assurer leur sécurité commune sur le continent. La Charte de Lomé vient aider les pays africains à avoir un texte contraignant pour lutter contre l’insécurité maritime », a indiqué Robert Dussey.

Le diplomate togolais est nourri d’espoir qu’au lendemain de cette rencontre internationale à Lomé, l’Afrique disposera d’un document qui puisse lui permettre de lutter efficacement contre le phénomène.

« Nous espérons qu’au soir du 15 octobre, la Charte sur la sûreté, la sécurité maritime et le développement en Afrique sera adoptée à Lomé… Quand on voit les enjeux liés aux mers et aux océans, cette charte vient à point nommé », a-t-il souhaité.

I.K