Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 10:26:35 AM Mercredi, 27 Octobre 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Les jeunes leaders d’Afrique réfléchissent à Lomé sur les solutions à l’immigration clandestine

Togo - Societe
Le West African Young Leaders Summit (WAYLS), le sommet des jeunes leaders africains, un cadre d’échanges et de discussion de la jeunesse africaine autour des sujets préoccupants de l’heure, a été ouvert ce mardi à Lomé.
Placée sous le thème : « Immigration clandestine des jeunes africains », la 2ème édition de ce sommet rassemble dans la capitale togolaise, plus de cent (100) jeunes leaders venus de quinze (15) pays de la Communauté économique des Etats des l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ce, jusqu’au 8 septembre prochain.

Les travaux de cette assise internationale de la jeunesse africaine sont ouverts par le représentant du ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, M. KLOUTSE, en présence du représentant du chef de la Délégation de l’Union européenne au Togo, Bousvam Bouasy, du président de l’Association des Grandes entreprises du Togo (AGET), Joseph SIMENOUH, du président de WAYLS Togo, Elom Attissogbé, des acteurs de la société civile et des professionnels des médias, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Selon le président de WAYLS Togo, Elom Attissogbé, l’objectif de cette rencontre est de former et d’échanger avec les jeunes pour les amener à réaliser qu’ils peuvent construire des communautés modèles où il y a plus à gagner dans l’entrepreneuriat, l’auto-emploi et le volontariat que dans la course vers l’Europe, à bord des embarcations de fortune, à prix d’or, et au péril de leur vie. Elle représente, a-t-il insisté, une occasion exceptionnelle de s’inspirer des jeunes et de nouer une collaboration synonyme d’un avenir porteur d’espoir pour les
générations de demain, parce que la vie humaine est précieuse et mérite d’être protégée.

« L’Afrique se vide malheureusement de ses forces vives, de ses talents, et de ses cerveaux. L’ascenseur social est en panne, et les jeunes n’imaginent plus gagner convenablement leur vie dans nos pays. Pendant qu’une partie du continent se met en mouvement, une autre, en silence, s’en va. Les jeunes dont les rêves sont à l’étroit dans leurs pays, veulent impérativement aller les réaliser ailleurs. Il suffit de regarder autour de soi pour prendre la mesure du changement. Les jeunes éprouvent de la difficulté à créer leur propre sens de l’identité et de la dignité, parce que sans le soutien, ils manquent d’espaces pour créer l’estime de soi et ne peuvent pas développer une confiance en eux-mêmes », a-t-il expliqué.

« L’Afrique est certes le continent de la jeunesse, mais si cette jeunesse représente par définition une promesse, livrée à elle-même, elle peut devenir une bombe sociale. Notre ambition est de faire de la migration, un atout de développement, un facteur de croissance économique et d’intégration, et un puissant instrument de lutte contre la pauvreté. L’accès à l’emploi et la formation professionnelle, l’entreprenariat, sont autant de défis que doit relever la jeunesse africaine et qui appellent à des solutions de terrain. Dans un continent où les emplois disponibles ne suffisent pas pour absorber des cohortes de jeunes de plus en plus nombreuses, les initiatives privées sont pour la jeunesse, une source d’espérance et d’opportunité, qui offrent des solutions viables à l’équation du chômage », a-t-il ajouté.

A en croire cet initiateur de ce sommet au Togo, l’Afrique compte aujourd’hui 200 millions d’habitants âgés de 15 à 24 ans, un chiffre appelé à doubler d’ici 2045.

« Aujourd’hui plus qu’il hier, et bien moins demain, les gouvernants africains doivent capitaliser sur la jeunesse. Il en va de la prospérité future et du développement harmonieux du continent, qui passe par une vision de long terme et des politiques idoines à destinations des jeunes. Quoique la jeunesse soit un défi, elle est d’abord une opportunité. Il est plus que jamais d’actualité de s’attaquer aux causes profondes de la migration illégale, en occurrence de relever l’importance d’investir dans l’éducation et les possibilités d’emploi, pour offrir de nouvelles perspective à la jeunesse africaine », a lancé le président de WAYLS Togo à l’endroit des décideurs africains.

Monsieur Attissogbé n’a pas manqué de plaider en faveur de l’harmonisation des approches de solutions à la crise des migrants, lors du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine sur la « sécurité et la sûreté maritime et le développement en Afrique » qui aura lieu du 1O au 15 octobre prochaine à Lomé.

Mathurin A.