Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 8:47:21 AM Vendredi, 14 Juin 2024 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Manifestation du Cap 2015/ Jean-Pierre Fabre : « La lutte continue jusqu'à l’obtention des réformes »

Togo - Politique
Samedi dernier, dans les artères de la ville de Lomé, des centaines de Togolais épris de paix, de justice et d’alternance ont encore répondu à l’appel du Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) pour exiger les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prévues par l’Accord Politique Global (APG) signé en 2006. Comme dans le premier épisode, à part les principaux responsables du CAP 2015, cette marche de protestation contre le régime Rpt-Unir a vu la participation d’autres responsables de formations politiques telles que Les Démocrates, Clé, ainsi que certains dirigeants d’organisations de la société civile, des droits de l’homme et de la diaspora togolaise.
De Bè-Gakpto à Akassimé, en passant par Deckon, la fontaine lumineuse, les Togolais hostiles au pouvoir ont dit « non au harcèlement des policiers » et exigé « les réformes politiques » au rythme des vuvuzelas, des casseroles, des klaxons de motos.

La marche a ainsi débuté à Bè-Gakpoto, a drainé une grande foule qui a sillonné les grandes artères de la capitale aux sons, cris et chants révolutionnaires jusqu’au point de chute. Dans la foulée, des jeunes manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles l’on pouvait lire : « CAP 2015 exigeons les réformes politiques», « Cap 2015 dit non aux harcèlements policiers », « La diaspora réclame les réformes », « Peuple togolais lève-toi et défend tes droits », etc.

Sur le parcours, comme on le lui connaît, Francis Pedro, galvanisait les militants et faisait des révélations croustillantes sur les manières dont la minorité qui gravite autour de Faure Gnassingbé pille le pays au grand désarrois de la majorité.

Après plus de 2 heures de marche, la locomotive du Cap 2015 est arrivée à la gare, Terrain d’Akassimé. Et là, avait débuté le grand meeting d’information. Tour à tour les responsables du CAP 2015, du député de l'ANC, Drah Kossi en passant par Pascal Adokou, Secrétaire adjoint de la CDPA, Abi Théssa, président du PSR et Jean-Pierre Fabre président de l'ANC, ont informé la foule sur l’actualité sociopolitique des deux dernières semaines dans le pays.

A en croire le président national de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, l’opposition réunie au sein du CAP 2015 a toujours et reste toujours ouverte au dialogue avec le régime.

« Les perspectives que nous attendons, ce sont les réformes politiques prescrites par l’Accord politique global (APG). Cela fait 10 ans qu’on ne fait pas les réformes. Les Béninois ont senti le besoin de faire les réformes pour améliorer le fonctionnement de leur système qui est déjà démocratique. Il faut qu’on retourne au mode de scrutin majoritaire à deux tours pour les législatifs et pour la présidentielle. Ce sont des choses que le pouvoir sait ne pas pouvoir défendre dans les discussions séreuses et donc il s’accroche. Sur tous les domaines que doit parcourir le dialogue, nous sommes prêts », a-t-il lâché avant de surprendre ceux qui estiment que les marches du CAP 2015 n'apporte pas les résultats attendus.

« C’est à avec nos pieds que nous marchons, c’est à avec nos convictions que nous marchons et nous continuerons de marcher jsuqu’à l’obtention des réformes », a-t-il laissé entendre.

Les prochaines manifestations du CAP 2015, selon les responsables, se feront désormais à l’intérieur du pays.

AKG (stagiaire)