Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 1:26:19 AM Samedi, 8 Mai 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Libre accès à l’information : La documentation publique désormais accessibles à la presse

Togo - Politique
Les députés ont procédé jeudi, à l’adoption de la loi portant accès des médias à l’information et à la documentation publique. Une démarche qui, selon le ministre de la Communication, vise à faciliter le travail de la presse et à renforcer le rôle des médias dans la lutte contre la corruption et les fraudes.
Cette loi qui est l’une des grandes recommandations faites par les états généraux de la presse tenus en juillet 2014, vient compléter une série de mesures prises par l’Etat dans sa lutte contre la corruption et les crimes économiques.

« Cette dynamique est illustrée par l'adoption en novembre 2015 du nouveau code pénal marquée par des innovations majeures telles que la lutte contre la corruption, la fraude et les abus d'autorité. Le gouvernement dans le soucis de renforcer la gouvernance et la transparence a adopté pour la première fois, une loi sur la liberté d'accès a l'information et a la documentation publique, laquelle loi vient répondre aussi bien aux recommandations des Etats Généraux de la presse, qu'a la convention de l'UA en matière de lutte contre la corruption », confie un observateur anonyme.

Au niveau de la justice togolaise, des actions sont prises et des efforts sont menés par le Conseil supérieur de la magistrature pour enrayer le phénomène de corruption de certains « magistrats véreux ». Ce conseil, n’hésite plus à prendre de fortes mesures disciplinaires à l'encontre des magistrats allant jusqu’à leur renvoi du corps de la magistrature.

En matière de lutte contre les crimes économiques, le 1er trimestre de l’année 2016 a été marquée par des poursuites contre des agents de l'Etat. Au niveau des régies de finance de l’Etat, l’Office togolais des recettes (OTR) a affirmé avoir mis la main sur des fonctionnaires véreux ayant perçu des pots-de-vin d’un montant de 8 millions F cfa.

D’autres ont été envoyés en prison pour utilisation de « faux diplômes » et au ministère de la Santé, 154 agents sont mis en cause dans une affaire de dépenses inéligibles effectuées dans le cadre d'une campagne de vaccination contre le paludisme. Ils auraient indûment empoché plus de 80 millions de Fcfa. De plus, Afreepress a appris qu’une information a été ouverte dans le dossier ministère de la Santé contre l’OMS où des fonds (100 millions) avaient pris des destinations inconnues.

Le gouvernement promet que les coupables seront « durement sanctionnés ».

A.G.