idnews=815952&t=un-vendredi-noir-a-mango
 5:33:12 AM Mercredi, 3 Mars 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Un vendredi noir à Mango

Togo - Prefecture
La ville de Mango est dans la terreur. Les éléments de l’armée convoyés depuis Témédja, Dapaong et Kara « pilonnent » la ville. La répression est d’une rare violence. On parlerait d’une barbarie, puisque ces soldats se livrent même à des actes de vandalisme, à en croire nos sources sur place.
Des maisons brûlées par les soldats, des bastonnades, des tirs à balles réelles sur la population, des blessés par dizaines ; voilà la situation vendredi à Mango.

Les jeunes gens ont fui la ville pour se réfugier dans les villages et villes environnants. D’autres ont carrément pris la direction de Lomé.

« Ce qui se passe à Mango n’honore pas notre armée. Ils rentrent dans les maisons, les détruisent, les incendient. Ils prennent les nourritures de la population et les emportent. Ils volent même l’argent des pauvres dans les maisons. Ils se livrent à toute sorte d’actes indignes d’eux », nous a confié, tout à l’heure au téléphone, le porte-parole des ressortissants de Mango à Lomé, Djatoti Abdoul-Djibar.

Certaines personnes blessées sont obligées de quitter le centre de santé de la ville, avec des balles dans le corps. Tout simplement, le gouvernement qui avait promis les prendre en charge, les a abandonnés.

« Nous avons rendu visite aux blessés et présenté les condoléances du gouvernement aux familles éplorées et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Nous avons mis à la disposition du préfet et des responsables des hôpitaux les moyens pour suivre les soins à administrer à ces blessés », avait pourtant déclaré le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame devant l’Assemblée nationale.

Mango est aujourd’hui une ville assiégée par les militaires qui tapent sur tout ce qui bouge.

I.K.