Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 11:30:01 PM Dimanche, 13 Juin 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Après 6 ans, quel résultat du LMD à L’Université de Kara ?

Togo - Education
Depuis 2009, un nouveau système est en vigueur à l’Université de Kara, ceci pour apporter un plus dans la formation de ses étudiants et les amener à être plus compétitif sur le marché de l’emploi.
Hérité d’un système éducatif anglophone, le LMD (Licence Master Doctorat) est devenu un casse-tête pour les étudiants et les professeurs. Jusqu’à ce jour, les bases de ce système ne sont pas encore bien posées.

La plupart des professeurs n’ont même pas adapté leurs cours à la nouvelle donne. Cette université ne vit que des cours de missions. Des professeurs sont obligés de demander à leurs étudiants de mémoriser des cours pour des évaluations.

A voir de près, chaque département a « son système LMD » qu’il applique comme il l’entend à ses étudiants. Un exemple : certains départements créent des UE libres en leur sein à un nombre réduits alors que d’autres obligent leurs étudiants à aller chercher dans d’autres départements 6 UE libres en raison d’une par semestre.

Pour les évaluations, il était prévu 2 (devoir et examen) sans session de rattrapage. Mais l’année dernière, tout a basculé comme dans l’ancien système : une évaluation avec session de rattrapage.

Le triste constat qui est fait depuis l’application de ce système est que les étudiants trainent après 5 ou 6 ans, des cours de 1ere ou de deuxième année qu’ils ont du mal à valider. Ce qui les décourage, et nombreux sont ceux d'entre eux qui abandonnent après quelques années sans succès. Ceux qui, après beaucoup d’efforts, arrivent à valider les unités, n’ont ni relevés pour envisager des attestations.

Après tout ce temps, il serait préférable que l’on arrête pour faire un bilan de ce que ce système a rapporté à cette université et repartir sur de nouvelles bases, s’il le faut. Alors que des gouvernements financent pour la recherche, sous d’autres cieux, le nôtre ne veut former que des Licenciés après tant d’années.

M.E