Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 10:49:36 AM Jeudi, 24 Janvier 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo GERRY TAAMA : « La C14 a boycotté les élections, mais ça n'a rien changé»


politique

iciLome | | 19 Commentaires |Imprimer Lu : 3283 fois


Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET) a été l'invité dans l'émission "Essentiel de l'Actu" sur la chaîne YouTube AHOE-TV.

L'homme politique, élu député dans la circonscription de l'Est-Mono lors des législatives controversées du 20 décembre 2018, s'est prononcé sur plusieurs sujets de l'actualité sociopolitique du pays.

L'ancien officier est revenu sur les conditions d'organisation des législatives du 20 décembre dernier, et la décision du boycott de la Coalition des 14.

Selon le président du NET, le scrutin ne souffre d'aucune irrégularité, contrairement à ce que soutienne la Coalition des 14. Et hic, à l'en croire, c'est que son boycott n'a rien donné.

Suivez plutôt !




Autres titres

Togo qui est yawa tsegan, la nouvelle présidente de l’assemblée nationale ? 
Togo assemblée nationale : le message d’un député indépendant à la c14 
Togo et le président de l’assemblée nationale est… 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 19   TOGOLAIS | Lundi, 14 Janvier 2019  - 7:17
  Réponse à 16-Kinaou
  Kinaou n'est pas bassar. D'autre part les gourous poncifs on en a vu défiler chacun avec sa mise en scène. Le dernier était un certain guerrier sur cheval blanc qui était téléguidé depuis l'étranger avec beaucoup de sous. S'il n'en avait pas mis un peu de côté pour son seul ventre, il aurait réussi.

Quant à ton Kofi Yamgnane arriviste, il est vain qu'il nous fasse de la promo déguisée. Il ne prêche que pour lui. Il ne brille qu'en paroles pour les niais. En concret, et malgré ses titres opportunistes, il peut brandir ses valises de billets d'Eyadéma, mais rien de concret qui lui vaille notre admiration.

Alors pour le Togo en tout cas, il fait partie des déchets toxiques. Merci nous avons déjà été servis.


 18   YAYA JAMEH | Dimanche, 13 Janvier 2019  - 16:11
  Tamaa n'est qu'un farfelus,rien d'autre.C'est seulement au Togo que des farfelus se sentent a l'aise.
Que vous le vouliez ou non,la fin de vos betises approche a grand pats.

 17   sen | Dimanche, 13 Janvier 2019  - 14:13
  Gerry a été pragmatique. Il sait ou il va contrairement à la C14. Il est le seul homme politique à ne pas suivre les mouvments comme un mouton. Quand il trouve que ca ne va pas dans sa vision, il se barre et est fidèle à ses idéaux. mais les opposants que nous avons depuis l'ère démocratique sont jusqu'auboutiste même dans leurs égarements.

 16   Kinaou | Dimanche, 13 Janvier 2019  - 11:36
 
« POUR LE TOGO, JE M'ENGAGE ! »

Il est désormais clair pour tous, que pour négocier ce virage souhaité pour le combat démocratique au Togo, tout doit se jouer en termes de stratégies convergentes, en termes de synergie. Pour ce faire, tout plan d'action du « Grand mouvement citoyen » qui ne tiendrait pas compte, de la bataille de l'opinion, sera voué à l'échec.
Dans un récent message de vœux à ses compatriotes, le président du Sursaut-Togo, Kofi Yamgnane a de son côté, fait des projections pour la tournure à donner à la lutte pour la démocratie en notant ceci : « Quant à nous, quel que soit l'endroit où nous nous trouverons, nous travaillerons à une nouvelle stratégie pour la conquête du pouvoir et désormais toutes les options sont sur la table... »
Il faut saluer cet engagement du grand frère Koffi YAMGNANE et souhaité que tout ceci ne restera pas que vains mots. Car, Koffi YAMGNANE a en effet, sa partition à jouer dans la tâche titanesque à abattre, afin de montrer la porte de sortie au système GNASSINGBE.

-1- Agglomérer tous les forces démocratiques de la diaspora pour le travail de lobbyig nécessaire auprès des institutions européennes et sur l'échiquier politique français, en particulier. Koffi doit pouvoir raccorder à la lutte, des personnalités comme Laetitia AVIA, élue LREM d'origine togolaise, Simon WOROU, Maire franco-togolais de l'Aveyron, Dominique SOKPO (militant PS, ancien Président de SOS racisme); et au-delà du cercle politique, prendre langue avec la société civile et des figures connues, ou personnalités qui comptent dans le paysage socioculturel, ayant des attaches avec le Togo. A l'instar de l'écrivain Kossi EFOUI, le Journaliste Jean-Baptiste PLACCA, l'animateur-chroniqueur TV (Kokou Todzro)MAGLOIRE, le rappeur ROST (Amewofofo Adomega) , Le Handballeur Jean-Luc ABALO, la championne de judo, clarisse AGBEKPONOU, les "vieilles" gloires: Hughes OCCANSEY (basket), Benjamin BOUKPESSI (aviron) etc. sans oublier tout ce réseau de Médecins, chercheurs, universitaires, d'origine Togolaise reconnus dans leurs milieux, pour leur dévouement et qui adhèrent aux valeurs d'universalité des droits de l'homme et des libertés publiques.

- 2- A cela, il faudra rajouter dans un second temps, le premier cercle de la diaspora africain qui compte en France: Bien sûr ici, on pensera en premier, à tous ces autres politiques, nouvelles figures de la diaspora africaine à l'assemblée et autres, qui gravitent autour de Macron. A cela, il faut ajouter les déjà connus qui se sont affichées droit de l'hommistes: Rama yade, ...Ensuite des voix panafricanistes sensibles à la cause togolaise et des droits de l'homme: des hommes de presse et autres animateurs (Albert Bourgui, Francis Kpatindé, Marie-Roger biloa, Madeleine Mukamabano, FATOU BIRAMA (Africa N°1), HAPSATOU SY, Rémy Ngono, MAMANE, Claudy SIAR...), des artistes de la chanson (Angélique Kidjo...), des 'écrivains Calixte Béyala, Fatou Diome...

3- De par son expérience, et pour avoir affronté sur le terrain l'hydre de système dictatorial Gnassingbé, Koffi peut sensibiliser, mobiliser, puis fédérer ce beau monde autour d'un projet convergeant, avec tous les initiatives des autres acteurs, pour faire tomber les murs de cette autre bastille tropicale. Il s'agira d'une question d'engagement, de conviction, une fois sensibilisé, pour donner un visage à ce qu'on doit désormais appeler LA CAUSE TOGOLAISE!
Ainsi, personne ne dira demain, à l'instar du cas du drame RWANDAIS, qu'il n'avait jamais été mis au courant. Oui, place à l'opération "POUR LE TOGO, JE M'ENGAGE"!

 15   amevi | Dimanche, 13 Janvier 2019  - 1:1
  quel cynisme!

personne vide

 14   Lucrece | Dimanche, 13 Janvier 2019  - 0:1
  Réponse à 13-TOGOLAIS
  pofff, pofff, pofff, espece d'aveugle va ! ignorant !

 13   TOGOLAIS | Samedi, 12 Janvier 2019  - 23:34
  Réponse à 10-Togolite
  Mon frère, tu es en retard d'un combat. Nous en sommes au stade où Fabre cède son titre à celui qu'il a poignardé dans le dos. Il n'est plus cfo. Ça revient au dirigeant de l'UF_AN_C. Point final.

 12   UFC/ANC | Samedi, 12 Janvier 2019  - 23:28
  L'ancien cfo Fabre est désormais hors du parlement. Il était président de l'UFC/ANC. Il est donc normal que le titre revienne au vrai patron de l'UF_AN_C.

Voilà qui est cool. Tout est mal qui finit bien au Togo. Réjouissons-nous !

 11   Bename | Samedi, 12 Janvier 2019  - 22:40
  Remémorez-vous ceci: "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire".

 10   Togolite | Samedi, 12 Janvier 2019  - 21:3
  Réponse à 3-tedlesaint1
  L'ancien président de l'Assemblée Nationale du Togo, Abass Bonfoh rejette les résultats provisoires des législatives du 20 décembre dans le grand Bassar. Le 23 décembre dernier, il avait déjà fait part de son désaccord sur son compte twitter et il revient à la charge ce 26 décembre en précisant que cet arrangement de la CENI est irrationnel.


« Je voudrais féliciter la CENI qui a conduit le processus électoral jusqu'au bout malgré des embûches diverses. Mais j'ai suivi les résultats provisoires donnés. Je pense que les résultats de Bassar ne seraient pas justes. UNIR aurait 3 sièges », a-t-il twitté ce 23 décembre 2018.

Selon lui, les résultats donnés par la Commission Electorale Nationale Indépendante selon laquelle, les partis politiques UNIR et le NET ont respectivement gagné deux (2) et un (1) sièges ne sont pas authentiques. Ils diffèrent de ceux de la CELI Bassar. Il en déduit donc que la population de Bassar a été contrainte à un mariage forcé, et estime que c'est du mépris vis-à-vis de cette population qui mérite un minimum de considération.

« BASSAR, c'est l'une des plus vieilles unités administratives. Pour un minimum de considération, pour lui faire un habit, on devait, demander son avis, lui prendre ses mesures et lui donner la possibilité de choisir la couleur de l'habit et le modèle. Pourquoi ce mariage forcé ? Un mariage forcé avec quelqu'un qu'on ne connaît pas et qui vous a jamais courtisée ni demandé votre main. Quel mépris! Votre fiancé discrètement vous pousse dans les bras inconnus de son « Rival ». Ce n'est pas rationnel. Je me refuse à cet arrangement », a-t-il fustigé.

En attendant que la Cour constitutionnelle ne scelle les résultats du scrutin du 20 décembre, l'Union pour la République (UNIR) occupe la première place en tête de liste suivie de l'Union des forces de Changement (UFC).

Rappelons que sieur Abass Bonfoh était celui qui a assuré l'intérim de la Présidence de la République togolaise en 2005.



TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com