10:09:15 AM Jeudi, 25 Avril 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Cameroun Les lendemains douloureux de la présidentielle transpirent dans la presse camerounaise


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer Lu : 506 fois


L’œil des journaux camerounais parus jeudi, chacun selon son tempérament, reste rivé sur le rétroviseur de la présidentielle du 7 octobre, dont les résultats ont été proclamés lundi dernier et qui continue de susciter des sarcasmes.

Que deviendront donc les «loosers» de la présidentielle 2018 ? Sous le prétexte de redessiner la trajectoire des 8 candidats ayant concouru contre Paul Biya à la magistrature suprême, Baromètre Communautaire dresse un véritable réquisitoire contre ceux qu’il considère, pour beaucoup, comme des chasseurs chassés.

La proclamation des résultats, donnant le chef de l’État sortant vainqueur avec 71,28% des suffrages valablement exprimés a, analyse perfidement le bihebdomadaire, non seulement éteint leurs dernières illusions, mais aussi inspiré des pulsions suicidaires, des appels du pied pour une invitation au banquet, alors que certains sont en proie à des démêlés judiciaires et que le peuple, lui, a déjà tourné la page.

Après le triomphe de la présidentielle, Défis Actuels recense ce qu’il considère comme les chantiers prioritaires qui s’imposent à Paul Biya : trouver une solution durable à la crise anglophone, réformer le système de gouvernance, consolider la cohésion nationale, reconquérir les électeurs perdus, relever la croissance, parachever les grands projets, baisser le chômage et monter la couverture santé.
Les défis à relever sont en effet nombreux, convient Mutations, dans la course contre la montre qui s’impose plus que jamais à cet homme de 85 ans, dont 36 passés à la tête du pays.

Pendant ce temps, constate Le Quotidien de l’Économie, c’est l’orage qui semble se lever pour les perdants de la consultation du 7 octobre, interdits de protester contre ce qu’ils considèrent comme un hold-up électoral, leurs moindres manifestations prohibées par les autorités préfectorales qui jouent manifestement le jeu du pouvoir qui les nomme et les révoque.

La preuve de cette chape de plomb sur les adversaires du régime est apportée par Le Jour, à travers l’interdiction, la veille dans la capitale, Yaoundé, de la conférence de presse que devait donner Cabral Libii, arrivé 3ème (6,28% des voix) et qui comptait présenter son nouveau plan d’action aux médias.

Mais, relate le journal, non seulement le sous-préfet de Yaoundé IV a invoqué des menaces de troubles à l’ordre public, mais en plus la police a massivement investi les lieux, ne permettant pas au candidat malheureux d’expliciter le terme «forfaiture», dont il a qualifié le scrutin présidentiel.

Et il n’y a pas que les opposants à douter de la victoire de M. Biya, renchérit The Guardian Post : même la Conférence épiscopale nationale dont le président, Samuel Kléda, qui émet de sérieux doutes sur la victoire écrasante proclamée de Paul Biya Biya dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en pleine crise sécessionniste mais aussi l'Extrême-Nord.

Selon le quotidien de langue anglaise, si l’épiscopat ne va pas jusqu’à demander l’annulation du scrutin, le mal étant déjà fait, au moins demande-t-il la révision urgente du Code électoral, même si cela doit induire un nouveau report des élections municipales et législatives prévues en fin octobre 2019.

Sous le titre «Paul Biya, le rassembleur», le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune s’emploie plutôt à gommer cette image de rugosité qui semble coller au président de la République, lui qui, au-delà des messages de félicitations venus de pays amis, n’a pas attendu leurs suggestions, concernant notamment la résolution de la crise anglophone, pour exprimer sa ferme volonté de travailler avec et pour l’ensemble de ses concitoyens.




Autres titres

La politique et l’économie font les choux gras de la presse camerounaise
Cameroun - La politique et l’économie font les choux gras de la presse camerounaise
La crise anglophone resurgit en couverture des journaux camerounais
Cameroun - La crise anglophone resurgit en couverture des journaux camerounais
Les résolutions critiques de l’Union européenne en couverture des journaux camerounai...
Cameroun - Les résolutions critiques de l’Union européenne en couverture des journaux camerounai...
Les controverses économiques et sociales font les choux gras des journaux camerounais
Cameroun - Les controverses économiques et sociales font les choux gras des journaux camerounais
Plus de nouvelles




RECOMMANDÉS
La politique et l’économie font les choux gras de la presse camerounaise
1.  Cameroun - La politique et l’économie font les choux gras de la presse camerounaise

2.  Cameroun - La crise anglophone resurgit en couverture des journaux camerounais

3.  Cameroun - Les résolutions critiques de l’Union européenne en couverture des journaux camerounai...

4.  Cameroun - Les controverses économiques et sociales font les choux gras des journaux camerounais

5.  Cameroun - Concentré de crises en couverture des journaux camerounais



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média