Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Brim Bouraïma Diabacté désigne 'l'instigateur' du désordre à Mango






politique

iciLome | | 26 Commentaires |Imprimer Lu : 8641 fois

El Hadj Brim Bouaïma Diabacté, premier vice-président de l’Union des forces de changement (UFC), député de son état, estime que celui qui orchestrerait les violences à Mango s’appelle Natchaba Fambaré.

C’est dans une interview publiée chez nos confrères de independantexpress.net que le député de Mango s’est allé à cette accusation. Si l’ancien président de l’Assemblée nationale est pour lui « le principal instigateur » de la « ville sinistrée », il prend soin de ne pas égratigner Faure Gnassingbé.

L’échec de ce dernier provient de ceux « qui entouraient son papa ». « Ce sont eux qui lui mettent le bâton dans les rues », dédouane-t-il.

Toutefois, nuance-t-il, le chef de l’Etat togolais, à son arrivée au pouvoir en 2005, « devait constituer son équipe et avancer. Mais il ne l’a pas fait ».

Les Togolais sont aujourd’hui à la croisée des chemins. Le peuple manifeste pour réclamer les réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le régime cinquantenaire lui propose un référendum pour faire adopter sa révision constitutionnelle. L'impasse actuelle fait craindre des lendemains incertains.

A.H.



Autres titres

Togo même les mouches ont fui sokodé 
Togo obuts exige l’arrêt des activités des « milices privées armées » 
Togo yark damehame à propos des milices : langue plurielle et ambigüe 
Plus de nouvelles


Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle


 

 26   Vieux Bandit | Samedi, 14 Octobre 2017  - 15:55
  Brim n'a qu' a nous foutre la paix, c'est Natchaba qui est élu a Mango?

C'est Natchaba qui a dis de taper Arouna son propre ami? Nambiema l'ancien ambassadeur son propre protégé?

Natchaba est de la prefecture de l'Oti-sud, c'est vous même qui venez le voir chaque fois pour voir le président pour vous,

Gros menteur Brim, Nana Awa est toujours chez toi a la maison, et c'est pour envoyer des messages confidentiels a NATCHABA

BRIM cesse de tromper les gens de MANGO tu es trop vieux pour ca, renouveler la classe politique a Mango et allez vraiment a la retraite.
C'est toi et NANA AWA qui avez proposé le Prf. Misiyawa ministre comme punition aux gens de Mango et Natchaba a accepté
Alors c'est quoi la faute a NATCHABA?

 25   Babadji | Samedi, 14 Octobre 2017  - 13:57
  Réponse à 20-Abladjo
  Ignare. Et tu crois que Kerekou en a fait combien. Cette partie qui apparaissait dans la constitution de 1990 est de facto amendé par la Jurisprudence de la candidature accepté de Mathieu Kerekou aux présidentielles de 1996 qu'il a d'ailleurs remporté. Après avoir dirigé le Benin pendant près de 20 ans, suite à un coup d'Etat, il revient pour le diriger, à la suite d'élections démocratique pour 10 ans encore. OU EST ON EN AUCUN CAS? Si tu n'es pas intelligent sois au moins vigilent pour ne pas être ignorant.
Je suis beninois et je sais de quoi je parle. Excité politique.

 24   El Niño | Samedi, 14 Octobre 2017  - 0:51
  Réponse à 23-GNAROU
  Bravo pour le diner des fauremoutons pour ne pas dire diner de cons.

 23   GNAROU | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 21:16
  Réponse à 21-wadco9
  Toi tu vas arreter tout de suite ... de me piquer ma place ! ou alors il faut que tu m'appele sur mon cell ; je suis dans mon salon, une bière à la main, je ne bois pas du sodabi ; j'attens la visite de Emefa, Peter, Walou, et plein d'autres amis-moi ;

 22   Le Vrai Jay Bon Jeu | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 17:55
  Réponse à 21-wadco9
  Continue de rever.. !
c'est le cauchemar qui va te surprendre ..!!Hiiiiiii...

 21   wadco9 | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 17:50
  Tikpi et Fabre, vous êtes maintenant piègés, si vous refusez d’aller au référendum, l’Etat ou le Gouvernement va l’organiser sans vous et sans vos consentements. Si vous acceptez d’y aller, et si le NON- vote gagne il n’y aura pas de changement et l’actuelle Constitution reste valide, et si le OUI- vote gagne il y aura de Changement ou bien une Nouvelle Constitution à la Constitution 92 amandée. Alors dans tous les cas vous êtes piègés. Bande des invalides intellectuels.

 20   Abladjo | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 17:34
  Réponse à 19-Babadji
 
Quand on ne sais pas chercher, il ne faut pas accuser les autres de manipulation.

Que dit l'article 42 Alinéa 2 de la constitution Beninoise dont mon Abladjo t a fait la copie.


Source: consulatbenin.fr


Titre III.
Du pouvoir exécutif.

Article 41.

Le président de la République est le chef de l'État. Il est l'élu de la Nation et incarne l'unité nationale. Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité territoriale et du respect de la Constitution, des traités et accords internationaux.

Article 42.

Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois.

En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels.

Article 43.


 19   Babadji | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 14:3
  Réponse à 7-Abladjo
  Pourquoi vous aimez manipuler comme ça même. Cette phrase n'existe pas dans la constitution béninoise. Je m'efforce à le dire à plusieurs personnes. C'est une grosse manipulation. Pourquoi vous cherchez des appuis moraux pour justifier vos forfaitures. Vous êtes dans l'illégalité et le monde entier vous le dit, sauf bien évidemment vos idiots et incultes leaders politiques.

 18   Togovia | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 13:12
  Réponse à 2-Natchaba voyou
  Accueil MonKiosk.com Sports Business News Femmes Pratique Le Togo Publicité
NEWS
Comment


Accueil
News

Politique

Article




Titrologie



Autre presse N° 001 du

Voir la Titrologie

Sondage


Nous suivre

Nos réseaux sociaux




Autres articles
Patrice Talon en visite de travail et d’amitié au Togo
Autre presse - 13/10/2017
La Corée du Sud se penche sur les agropoles du Togo
Autre presse - 13/10/2017
Rebond de la croissance en Afrique
Autre presse - 13/10/2017
CMS Agoè-Nyivé, un Centre de santé non loin des autres
Autre presse - 13/10/2017
La 6ème Foire Adjafi n’a pas échappé à la crise socio-politique que traverse le Togo
Autre presse - 13/10/2017
Tous les articles d'actualités


Comment


POLITIQUE

"Le Président National de l’UFC a été victime de ce principe de rétroactivité..." (Dr Jimongou)
Publié le vendredi 13 octobre 2017 | Telegramme 228



© aLome.com par Parfait
Des députés de l’Union des Forces de Changement (UFC)


Vos outils

REAGISSEZ





Vidéos


Ce qui peut arriver à UNIR s`il persiste à ne pas faire les réformes (Magloire KUAKUVI)
- 8/10/2017

Dans le dossier



Activités des partis politiques 2017



L’union des forces du changement (UFC), à travers son secrétaire Général Docteur Pierre Sambiani JIMONGOU, fait taire les commentaires inutiles liés à la position qu’adopte le parti dans les dernières évolutions de l’actualité sociopolitique. Dans cette interview, M. JIMONGOU souligne que certes le parti n’est pour le départ immédiat du Chef de l’Etat en gui de rétroactivité des réformes. Car le président national du parti en a déjà été victime. Et cette fois-ci, au nom de l’apaisement, au nom des réformes consensuelles sans bain de sang, le parti des ’Ablodéviwo’ ne voit plus le sujet sur cet angle.



L’UFC, un partenaire solide du gouvernement suit les actions des autres formations de l’opposition qui eux, n’ont eu aucun accord avec le gouvernement. Est-ce le divorce qui s’annonce déjà ?


Sambiani Jimongou : Tout d’abord un rectificatif : l’UFC ne suit ni las actions des autres partis de l’opposition ni celles de l’UNIR. L’UFC pose et mène ses actions en toute indépendance conformément à sa ligne politique et selon les aspirations du peuple togolais.
Pour revenir à votre question, je me rends compte que vous, comme beaucoup d’autres, n’avez même pas pris la peine de prendre connaissance de l’accord que nous avons signé avec le RPT devenu UNIR. Je voudrais à cet effet vous rappeler que l’objectif de cet accord est d’aboutir à une alternance politique pacifique ; ce qui veut dire une alternance dans laquelle les membres du parti au pouvoir aujourd’hui qui seront dans l’opposition demain, les membres l’opposition qui seront au pouvoir demain et l’ensemble des togolais puissent vivre dans la paix et en parfaite harmonie loin des affres que vivent les Libyens, Maliens et Burkinabé par exemple. Par ailleurs, je vous rappelle également que les réformes étaient pour l’UFC l’une des priorités de l’accord avec le RPT ; et sept ans après il faut reconnaitre que le résultat est décevant et nos militants sont très remontés.
Le débat à l’Assemblée nationale concernait les reformes pour lesquelles nous avons signé l’accord, ces réformes que le peuple appelle de tous ses vœux. Nous sommes sortis pour protester contre le refus du RPT devenu UNIR de respecter l’accord, nous sommes sortis parce que ce que le peuple réclame en manifestant est légitime et correspond à ce que nous demandons, nous sommes sortis après plusieurs heures de débat parce que ce que le gouvernement propose comme réforme ne satisfait pas nos revendications. Et comme vous parlez de « partenaire solide » laissez-moi vous dire qu’à son partenaire on se doit de lui dire la vérité. Quand ça va nous félicitons, et quand ça ne va pas nous le disons. Vous comprenez donc que l’UFC ne pouvait avoir un autre comportement que celui qu’on a eu.

Il faut que cela soit clair pour tout le monde, l’UFC n’a pas signé cet accord pour accompagner UNIR et encore moins pour l’aider à s’éterniser au pouvoir. Si l’accord avait été respecté par UNIR on n’en serait pas là.


Ensemble, vous avez boycotté la cérémonie d’ouverture de la 2ème session de l’année. C’est pour quelle fin ?



Sambiani Jimongou : Le problème des réformes, doit être résolu politiquement avant d’arriver au parlement. Les états- major des partis politiques doivent s’entendre en amont sur le texte qui devra être envoyé à l’Assemblée nationale. Si cette entente est obtenue le texte passera comme une lettre à la poste. On met beaucoup de pression sur l’Assemblée nationale pour rien.

Tout ce que la communauté internationale doit faire est d’encourager les uns et les autres à se mettre d’accord sur un texte consensuel au lieu de mettre de l’huile sur le feu en mettant la pression sur le gouvernement pour qu’il fixe la date du référendum. C’est ce que préconise l’APG et tout le monde s’accorde à dire que tout doit se faire selon la lettre et l’esprit de cet accord. Ce n’est pas le cas du projet de loi du gouvernement envoyé à l’Assemblée nationale.

Mais l’acte a été déploré par les autres parlements et surtout l’Union interparlementaire.
Sambiani JIMONGOU : A quel type de message vous attendiez-vous et que voulez-vous qu’ils disent d’autre que ce qu’ils ont dit ? Et si j’ai bien compris, le message de l’Union Interparlementaire est adressé au deux camps. Il a rappelé aux uns et autres leurs obligations. Et ce dont nous sommes certains, c’est que notre message est passé : la crise politique au Togo est grave.

La communauté internationale, dans son ensemble, appelle au dialogue. Que pense l’UFC ?


Sambiani JIMONGOU : L’UFC est engagée depuis sa création en 1992 dans un combat pour une alternance démocratique par les voies légales. Et après la crise qu’a connue le parti en 2010, le Congrès Extraordinaire a adopté une résolution qui définit la ligne politique du parti. Celle – ci recommande au parti d’œuvrer pour une alternance pacifique par les moyens du dialogue et de prévention des conflits. Et depuis 2010 l’UFC s’est engagée dans un processus de dialogue et de concertation permanent pour rétablir la confiance entre acteurs politiques et aboutir à des réformes consensuelles. Ce que propose la communauté internationale c’est ce que l’UFC et son Président National font inlassablement depuis le début de la crise. En effet depuis le 19 août 2017 M. Gilchrist OLYMPIO a rencontré le Chef de l’Etat ; les membres du gouvernement, certaines chancelleries et le Chef de l’Etat Ghanéen à la recherche d’une issue heureuse de la crise pour le peuple togolais.
Il n’est pas superflu de préciser que nous sommes les orphelins du crime odieux du 13 janvier 1963, et qu’en aucun cas nous ne pouvons œuvrer pour le maintien du régime au pouvoir comme certains mauvais esprits tentent maladroitement d’intoxiquer l’opinion. . Pour nous et comme le soutient la CVJR, « l’alternance politique ne doit pas être comprise comme une occasion de vengeance ou d’exclusion des autres… » L’UFC veut œuvrer pour que les victimes de la dictature vivent demain en parfaite harmonie avec leurs bourreaux d’hier.


Si jamais ce dialogue n’a pas eu lieu et que le peuple togolais est convoqué au référendum, en clair, quelle sera la consigne de vote de l’UFC à ses militants ?

Sambiani JIMONGOU : De quel référendum parlez-vous ? Le peuple s’est déjà exprimé deux fois sur la question. La première fois lors de la tournée de Mme Awa NANA, et la seconde fois avec les manifestations qui se déroulent depuis le 19 août.


Un référendum avec quel fichier, quelles institutions et quel est le texte qui sera soumis au peuple ? Par ailleurs avec l’amendement qui introduit dans la loi l’article 158 et qui se voit enrichi d’un deuxième alinéa toxique qui dit que « Les dispositions des articles 52 et 59 ne sont pas applicables au mandat en cours des députés et du Président de la République », qu’on appelle à voter oui ou non ou encore l’abstention, le résultat sera le même, le boulevard reste ouvert au pouvoir actuelle. Le référendum n’est pas la solution, il ne résoudra pas la crise, il va plutôt l’aggraver, il va exacerber les tensions.
Nous croyons que la raison va finir par l’empoter et qu’un texte plus consensuel nous permettra de sortir de cette crise qui n’a que trop duré et qui fait beaucoup de mal à notre pays.


Jusqu’à un passé récent, l’UFC se battait pour les réformes basées sur l’APG. Mais aujourd’hui, l’UFC parle aussi de retour à la Constitution de 1992 comme les autres formations politiques de l’opposition. Est-ce du suivisme ?



Sambiani Jimongou : Je ne sais pas quel responsable de l’UFC vous avez entendu parler de retour à la constitution de 1992 ? Pour l’UFC, les seuls textes consensuels sont l’APG et les recommandations de la CVJR et les réformes devraient être faites sur la base de ces textes-là.
La constitution de 1992 toilettée en 2002 donne tout le pouvoir au Président de la République. En se battant pour les réformes, l’UFC entendait rétablir non seulement la limitation du mandat présidentiel, le mode de scrutin à deux tours et les conditions d’éligibilité du président de la République mais également les contre-pouvoirs contenus dans la version originelle de la constitution de 1992. La Constitution de 1992 devra être ’améliorée avec les textes cités plus haut, ce seraient l’idéal pour l’UFC.



L’UFC dit privilégier le dialogue, raison pour laquelle elle n’appelle pas ses militants à descendre dans la rue. Alors que la revendication relative au départ immédiat de Faure Gnassingbé du pouvoir, que dites-vous ?



Sambiani Jimongou : Il est vrai que 50 ans c’est trop, et nous sommes les héritiers de Sylvanus Olympio qui a été assassiné par ce régime. Nous devrions être ceux – la qui exigent le départ immédiat de Faure Gnassingbé, mais nous voulons réaliser le rêve des pères de l’indépendance du Togo qui voulait faire du Togo un havre de paix où toutes les filles et tous les fils de notre pays vivent en parfaite harmonie. L’UFC voudrait donc tirer leçon du passé. En 1991 nous n’avions pas suffisamment préparé la transition et tout le monde se rappelle tous les problèmes d’insécurité qu’on a connus. C’est pourquoi l’UFC ne milite pas en faveur d’un départ immédiat de Faure Gnassingbé. L’UFC souhaite que les années qui restent avant la fin du mandat du Chef de l’Etat soit mises à profit pour la mise en œuvre consensuelle des réformes et une bonne préparation de l’arrivée de la nouvelle équipe dirigeante pour une alternance politique pacifique réussie.


Quelle est la position de l’UFC sur la problématique de la rétroactivité des prochaines réformes constitutionnelles ?


Sambiani Jimongou : Le Président National de l’UFC a été victime de ce principe de rétroactivité après le toilettage de 2002. Cependant l’UFC toujours dans un souci d’apaisement conformément à sa ligne politique ne parle pas de rétroactivité car cela signifie le départ immédiat du Chef de l’Etat et nous avons expliqué plus haut pourquoi. Je ne suis pas juriste mais j’entends certains dire que la rétroactivité ne s’applique pas pour la loi pénale mais en matière constitutionnelle on dit que «l’occupant de la fonction n’est pas le propriétaire de la fonction». ... suite de l'article sur Autre presse





Magloire KUAKUVI décrypte la clémence de la communauté internationale vis-à-vis de la non-application de l`APG depuis 2006 au Togo
Publié le: 6/10/2017 |


Commentaires






Copyright © 2012 Weblogy Group. Tous droits réservés | Infos aLome.com. Commentaires . Conditions d'utilisation . Annoncer sur aLome.com

 17   El Niño | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 13:12
  Réponse à 14-Pyatetou
  Merci Pyatetou. J'attends la version de Gnarou hihihi.

Brim Diabaté doit se soustraire des diktats de Gil Olympio et sortir carrément de l'UFC.
Vive le Togo Libre!

 16   t.p.m.p | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 12:41
  Voilà encore une autre guerre, inutile, entre les deux grandes étoiles de mango, rien qu'and cherchant le leader chips, SVP les vieux, pensez plutôt, à l'avenir de la jeunesses.si non vous c'est finis pour vous,deja.

 15   Alert | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 12:29
  Les hommes de Guillaume Soro sont actuellement à l'hôtel du 2 Février à Lomé. Il y a de nombreux va et vient actuellement de Gilbert Bawara à cet hôtel. Les responsables de l'opposition doivent aller voir ce qui se passe et se trame là bas. Le peuple ivoirien doit aussi être informé. Passez le message.

 14   Pyatetou | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 12:15
  Réponse à 12-chromosome 21
  Tu as dit la vérité. Eyadema a servi sous le général Zagré du Burkina Faso comme cuisinier. Ce fait m'a été relaté par Zagré en 1986 lorsque je lui avait rendu visite à Ouaga par le biais d'une de ses filles. Je me rappelle également que le weekend avant la mort de Sankara, cette fille avait rendu visite à Eyadema à Lomé 2. Eyadema lui avait demandé d'après Sankara, et quand avait répondu qu'il allait bien, Eyadema avait ceci: "Ce petit ne sait pas ce qu'il fait." Hmmm, il étais tué 3 jours après.

 13   Faure must go | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 12:0
  Guillaume Soro a de sérieux problèmes en Cote d'Ivoire et au Burkina. Son directeur de protocole, Soul to Soul, est aux arrêts et actuellement en prison à Abidjan. Le sort de Soro est déjà scéllé car il sera emballé d'ici peu comme un mouton. Alors à quoi bon de se mêler dans le business des togolais? Soro est un cabri mort

 12   chromosome 21 | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:56
  TOGO/Dans les archives de la France : Etienne Éyadéma, sergent marmiton Tchadien de l’armée coloniale devenu une calamité pour le Togo et les Togolais !
Il est engagé en 1953 dans l’armée coloniale française au Dahomey, actuel Bénin sous le Nom EYADEMA, prénom Etienne, et comme date de naissance il est né vers 1930, père et mère inconnus. Le pays de provenance est le Tchad.
A la place de signature il a posé son empreinte digitale car ne sachant ni lire, ni écrire. Il est retourné au Dahomey après les guerres où il a servi durant une dizaine d’années en Indochine, en Algérie et au Niger comme cuisinier avant d’être envoyé avec d’autres compagnons au Togo en 1962 avec le grade de sergent-chef. Avec des compagnons démobilisés, il participe le 13 janvier 1963, à l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO, le premier Président démocratiquement élu et père de l’indépendance et de la nation togolaise.
Si nos souvenirs sont bons, à sa prise du pouvoir le 14 avril 1967, le sergent-chef Etienne EYADEMA avait des balafres sur le visage. Et subitement, au fil des années, il aurait subi des soins esthétiques pour les faire disparaître de son visage. Pour quoi cela ? Les rumeurs faisant de lui un Tchadien, aurait-il été dans un processus de reniement ? Est-ce cela la politique d’authenticité ?
On ne connaît rien de concret sur sa famille (son père et sa mère), son enfance, sa scolarité et son éducation, soigneusement entourées d’un halo de mystère. Une bande dessinée à sa gloire parue en 1976 évoque pour la première et unique fois le souvenir de son père, tué pour s’être rebellé contre les travaux forcés imposés par l’administration coloniale. Ce n’est que de pures affabulations pour tromper le peuple.
Dans les années 1980, les Togolais ont découvert que sa mère, Maman N’Danida, serait née en 1878. Où et quand? Mystère ! On nous apprend que cette dernière a mis au monde Etienne à l’âge de 54 ans après la ménopause sûrement. Voilà encore un grotesque mensonge des soi-disant intellectuels togolais avec la complicité et la volonté d’EYADEMA. Certains attribuent à « Maman N’Danida » une origine guinéenne.
Chose curieuse et étrange, en décembre 1976, la bande dessinée « Histoire du TOGO, il était une fois… EYADEMA », parue sous le ministre de l’Education Nationale Benoît Yaya MALOU de l’époque, fut imposée dans toutes les écoles sur l’ensemble du territoire national aux enseignants. Cet ouvrage a été réalisé par ABC (Afrique Biblio Club) de Paris, un groupe européen, pour tromper le peuple, falsifier l’histoire et escroquer le président Etienne EYADEMA. Etienne est présenté comme « une force de la nature », mais son instruction, probablement arrêtée au cours élémentaire, est passée sous silence et pourtant nous disait-on, qu’il était surdoué et intelligent.
On sait en revanche qu’il fut polygame et qu’il a laissé une nombreuse progéniture. Celle-ci forme avec les collatéraux, le clan Gnassingbé EYADEMA, qui se montre très agressif dans la pratique du népotisme et la gestion patrimoniale de l’économie du Togo.
On passe tout le temps à tronquer l’histoire du Togo et abrutir le peuple, car le sergent-chef Etienne EYADEMA, marmiton de son état, n’avait jamais été chef d’Etat-major de l’armée togolaise. Il n’a assuré que l’intérim et il n’a jamais été confirmé, ni nommé à ce poste par le Président Nicolas GRUNITZKY.
Pour l’histoire et la réalité des faits, Feu Président le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA n’est pas le père de la nation comme on le prétend. Il ne faut pas chercher à tordre le cou de l’histoire. Il est bien inscrit sur le monument de l’indépendance depuis 1960 ce qui suit : « Hommage au Peuple Togolais. Peuple Togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices la Nation Togolaise est née ». Cette inscription est antérieure à l’avènement du régime EYADEMA.
Même sa mort le 5 février 2005 annoncé au peuple et ses obsèques du mois de mars de la même année ne seraient que des mensonges. Car le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA ne serait pas mort ce jour-là, mais quelques jours avant et son enterrement aurait eu lieu le 13 février 2005.
Toujours le 13 fétiche. Le programme des obsèques Nationales organisées le dimanche 13 mars 2005 au palais des congrès de Lomé, en présence des invités officiels, les ambassadeurs, les représentants des institutions internationales et les personnalités étrangères ne seraient destinées qu’à détourner les attentions.
Nous invitons les intellectuels, professeurs et historiens togolais à penser sérieusement à réécrire la vraie histoire du Togo le moment venu. Car jusqu’à ce jour le peuple togolais demeure dans le flou total et ne connaît pas l’histoire réelle du Togo.
La Nouvelle

 11   Tsanzy | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:45
  Les hommes de Guillaume Soro sont actuellement à l'hôtel du 2 Février à Lomé. Il y a de nombreux va et vient actuellement de Gilbert Bawara à cet hôtel. Les responsables de l'opposition doivent aller voir ce qui se passe et se trame là bas. Le peuple ivoirien doit aussi être informé. Passez le message.

 10   chromosome 21 | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:18
  TOGO/Dans les archives de la France : Etienne Éyadéma, sergent marmiton Tchadien de l’armée coloniale devenu une calamité pour le Togo et les Togolais !

Il est engagé en 1953 dans l’armée coloniale française au Dahomey, actuel Bénin sous le Nom EYADEMA, prénom Etienne, et comme date de naissance il est né vers 1930, père et mère inconnus. Le pays de provenance est le Tchad.

A la place de signature il a posé son empreinte digitale car ne sachant ni lire, ni écrire. Il est retourné au Dahomey après les guerres où il a servi durant une dizaine d’années en Indochine, en Algérie et au Niger comme cuisinier avant d’être envoyé avec d’autres compagnons au Togo en 1962 avec le grade de sergent-chef. Avec des compagnons démobilisés, il participe le 13 janvier 1963, à l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO, le premier Président démocratiquement élu et père de l’indépendance et de la nation togolaise.
Si nos souvenirs sont bons, à sa prise du pouvoir le 14 avril 1967, le sergent-chef Etienne EYADEMA avait des balafres sur le visage. Et subitement, au fil des années, il aurait subi des soins esthétiques pour les faire disparaître de son visage. Pour quoi cela ? Les rumeurs faisant de lui un Tchadien, aurait-il été dans un processus de reniement ? Est-ce cela la politique d’authenticité ?
On ne connaît rien de concret sur sa famille (son père et sa mère), son enfance, sa scolarité et son éducation, soigneusement entourées d’un halo de mystère. Une bande dessinée à sa gloire parue en 1976 évoque pour la première et unique fois le souvenir de son père, tué pour s’être rebellé contre les travaux forcés imposés par l’administration coloniale. Ce n’est que de pures affabulations pour tromper le peuple.
Dans les années 1980, les Togolais ont découvert que sa mère, Maman N’Danida, serait née en 1878. Où et quand? Mystère ! On nous apprend que cette dernière a mis au monde Etienne à l’âge de 54 ans après la ménopause sûrement. Voilà encore un grotesque mensonge des soi-disant intellectuels togolais avec la complicité et la volonté d’EYADEMA. Certains attribuent à « Maman N’Danida » une origine guinéenne.
Chose curieuse et étrange, en décembre 1976, la bande dessinée « Histoire du TOGO, il était une fois… EYADEMA », parue sous le ministre de l’Education Nationale Benoît Yaya MALOU de l’époque, fut imposée dans toutes les écoles sur l’ensemble du territoire national aux enseignants. Cet ouvrage a été réalisé par ABC (Afrique Biblio Club) de Paris, un groupe européen, pour tromper le peuple, falsifier l’histoire et escroquer le président Etienne EYADEMA. Etienne est présenté comme « une force de la nature », mais son instruction, probablement arrêtée au cours élémentaire, est passée sous silence et pourtant nous disait-on, qu’il était surdoué et intelligent.
On sait en revanche qu’il fut polygame et qu’il a laissé une nombreuse progéniture. Celle-ci forme avec les collatéraux, le clan Gnassingbé EYADEMA, qui se montre très agressif dans la pratique du népotisme et la gestion patrimoniale de l’économie du Togo.
On passe tout le temps à tronquer l’histoire du Togo et abrutir le peuple, car le sergent-chef Etienne EYADEMA, marmiton de son état, n’avait jamais été chef d’Etat-major de l’armée togolaise. Il n’a assuré que l’intérim et il n’a jamais été confirmé, ni nommé à ce poste par le Président Nicolas GRUNITZKY.
Pour l’histoire et la réalité des faits, Feu Président le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA n’est pas le père de la nation comme on le prétend. Il ne faut pas chercher à tordre le cou de l’histoire. Il est bien inscrit sur le monument de l’indépendance depuis 1960 ce qui suit : « Hommage au Peuple Togolais. Peuple Togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices la Nation Togolaise est née ». Cette inscription est antérieure à l’avènement du régime EYADEMA.
Même sa mort le 5 février 2005 annoncé au peuple et ses obsèques du mois de mars de la même année ne seraient que des mensonges. Car le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA ne serait pas mort ce jour-là, mais quelques jours avant et son enterrement aurait eu lieu le 13 février 2005.
Toujours le 13 fétiche. Le programme des obsèques Nationales organisées le dimanche 13 mars 2005 au palais des congrès de Lomé, en présence des invités officiels, les ambassadeurs, les représentants des institutions internationales et les personnalités étrangères ne seraient destinées qu’à détourner les attentions.
Nous invitons les intellectuels, professeurs et historiens togolais à penser sérieusement à réécrire la vraie histoire du Togo le moment venu. Car jusqu’à ce jour le peuple togolais demeure dans le flou total et ne connaît pas l’histoire réelle du Togo.

La Nouvelle

 9   LIDAO-ESPOIR | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:17
  Réponse à 3-F. Malonga
  C'est une vision responsable et une approche positive que tu aborde là. Si seulement tout ceux qui encombrent la toile du slogan "FAURE MUST GO" pouvaient avoir plus de hauteur, tout les togolais en sortiraient gagnants. " FAURE WILL GO " C'est plus intelligent et plus simple que "FAURE MUST GO". Réfléchissons avec nos têtes en non avec nos cœurs.

Merci

 8   LIDAO-ESPOIR | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:15
  C'est une vision responsable et une approche positive que tu aborde là. Si seulement tout ceux qui encombrent la toile du slogan "FAURE MUST GO" pouvaient avoir plus de hauteur, tout les togolais en sortiraient gagnants. " FAURE WILL GO " C'est plus intelligent et plus simple que "FAURE MUST GO". Réfléchissons avec nos têtes en non avec nos cœurs.

Merci.

 7   Abladjo | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:12
  Réponse à 2-Natchaba voyou
 

Evidament que le serpent Natchaba a encore frappé a Mango.

Le coup d'Etat de Fevrier 2005 n'a été perpétré qu'avec la complicité de Natchaba qui devait exercer le pouvoir en tant que président de l'Assemblée Nationale.

Il faut expliquer comment est ce que c'est possible que la 2eme personne la plus importante du Togo soit a l'étranger sachant que la 1ere personne la plus importante est gravement malade.

Qu'est ce que Natchaba faisait en France alors que Eyadéma était gravement malade?

On nous parle de mission qui est rien d'autre que manigance et manipulation d'opinion.

Ils inventent avec Natchaba la fermeture des frontieres et en meme temps Debbasch se poasait a Lomé enb provenance de Paris dans un jet privé affreté au frais du contribuable togolais.
Pourquoi la 1ere personne la plus importante du Togo apres la mort d'Etienne Eyadéma n'a pas eu droit a ce jet privé au frais des contribuables togolais?

Haaaaa... Celui qui vous dira que Natchaba n'a pas été rémunéré pour abandonné le pouvoir au fils du pere, il vous mentira.

 6   k | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:8
  J'aurais appris que Faure donne des cadeaux très chers aux Présidents des pays étrangers surtout si ces derniers ont leurs anniversaires ou jours de leur indépendance, raison pour laquelle aucun Président n'a osé dire un seul mot sur le cas Togolais ! Malgré toutes les lettres que nous avions écrites, la communauté Internationale se tait sur le cas Togolais ! Personne n'ose dire un mot parce qu'ils sont tous corrompus !!! Même les diplômâtes au TOGO tandis que 95-98 % de la population Togolaise a faim !!!!!! Mais avec la prière des nos aïeux, un président en exercice va parler un jour pour dénoncer le cas du TOGO !

Le salot Gil, tu as trompé le peuple pendant des années, cette fois ci, tu vas payer cher jusqu'à ta tombe !!!
Tu es corrompu avec des milliards et tu tournes le dos au peuple Togolais ! J'aurais appris qu'il aime boire du vin très cher, c'est ce que papa Eyadema lui donnait avant sa mort, cette fois ci, Faure lui donne du vin très cher, du champagne très cher et peut être du Sodabi de Vogan!

La communauté Internationale est corrompue par le Gouvernement qui boit du sang des Togolais ! Le Gouvernement sanglant du TOGO veut organiser un Referendum pour sauver sa peau !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Les résultats de ce referendum sont déjà connus !Vous allez aller encore falsifier les résultats de ce référendum pour dire au peuple que vous avez la majorité pour s'éterniser au pouvoir à vie !
Les resultats de ce referendum sont déjà connus !Vous allez aller encore falsifier les résultats de ce référendum pour dire au peuple que vous avez la majorité pour s'éterniser au pouvoir à vie !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !
Unicité des Togolais pour libérer le TOGO !!!! J'appelle Tous les partis politiques(Oppositions) , Unissons-nous contre ces assassins et bandits qui dirigent le TOGO depuis 50 ans !!
Tout le TOGO doit se mobiliser ! Paysans ou agriculteurs(Les bandits au pouvoir sont entrain de saisir par force vos Terres ancestrales et se sont ces Genéraux et lieutenants qui envoient des soldats pour vous intimider et prendre par force vos Terres ancestrales donc sortez aussi pour manifester), artisants, couturiers, enseignants, economistes,vendeurs, pauvres ou riches, femmes de foyer, militaites democrates, policiers democrates,enfants, ecoliers, universitaires,hommes professionnels,religieux: catholiques, baptistes, musulmans,atheistes, les vodoussis, vieux et vielles), La diaspora Togolaise à l'étranger, personne ne doit pas rester à la maison etc !! Les Blancs et Asiatiques n'oublient pas leurs Rituels de leurs ancestres et nous les Africains on veut les rejeter !! Ce sont des erreurs !!!!!!!!!!!!!!!! Revenons aux cultes de nos ancestres le jour J de la liberation!!!!!!! J'aurais appris qu'au TOGO même au Ghana, il y a des cultes qu'on fait, même si on tire sur toi, le fusil ne va jamais t'atteindre, c'est ce que NKromah ou Kotoka du Ghana avaient ! Allez s'approprier ou avoir ces choses si possible pour se protéger le jour J (ces informations sont uniquement pour les adultes),
Attention: N'oubliez pas notre culture africaine,j'appelle Tout le monde à faire ceci: Il faut aller voir les mans de nos ancestres et prier pour eux: les Vodous, Legba, Togbezikpi, les Bokonons, ceux qui vont à l'église, tenez la croix de Jesus dans vos mains le jour J, Musulmans tenez vos totems dans vos mains le jour J,
Togolais et Togolaises Le TOGO nous appelle tous pour le libérer !
Les bandits qui nous gouvernent depuis 50 ans , ça suiffit ! 11 ans de négociation avec le gouvernement et cela n'a rien donné ! Le gouvernement a toujours roulé les Oppossants dans la farine ! Le TOGO n'est pas une Dynastie ou un Royaume ! Le TOGO est une République ! Les marches vont toujours continuer jusqu'au départ des voleurs, des vautours et des assassins du pouvoir ! Jean Paul II a dit n'ayez pas peur, Dieu le tout puissant vous aidera !
La communauté Internationale a des yeux sur vous les Assassins des TOGOLAIS ! Ceux qui tuent les Togolais vont payer tous !!! On a mis LES USA, La France, l'Union Europenne et même la Russie au courant !!
Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !
Kevin
La diaspora Togolaise en Amerique du Nord

 5   Abladjo | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 11:4
  Réponse à 3-F. Malonga
  "En aucun cas, nul ne peut exercer plus de 2 mandats" marche tres bien ailleurs juste a coté de chez nous au Benin ou leur histoire nous est similaire. Pourquoi aller jusqu'en Amérique.

Depuis que le Benin a mis cette phrase magique dans sa constitution, le Benin a connu 4 présidents en 25ans.

Ne me dis pas que ca ne marche pas. Le reste c'est ceux qui refusent qui sont les coupables du désordre.

 4   100 BLAG | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 10:54
  Réponse à 2-Natchaba voyou
  Ce Natchaba va le payer cher au togolais un matin
___
pourquoi un matin ? Pourquoi pas un soir ?

 3   F. Malonga | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 10:49
  Afin d’éclairer les uns et les autres et inciter chacun à la culture démocratique, voici ce qui est écrit dans la section No.1 du 22eme amendement de la constitution américaine :
Section 1. Nul ne pourra être élu à la présidence plus de deux fois, et quiconque aura rempli la fonction de président, ou agi en tant que président, pendant plus de deux ans d'un mandat pour lequel quelque autre personne était nommée président, ne pourra être élu à la fonction de président plus d'une fois. Mais cet article ne s'appliquera pas à quiconque remplit la fonction de président au moment où cet article a été proposé par le Congrès, et il n'empêchera pas quiconque pouvant remplir la fonction de président, ou agir en tant que président, durant le mandat au cours duquel cet article devient exécutoire, de remplir la fonction de président ou d'agir en tant que président durant le reste de ce mandat.
Cette loi sur la limitation des mandats présidentiels a été adoptée le 21 Mars 1947 et ratifiée le 27 Février 1951, après la mort du président Franklin Delano Roosevelt (FDR) alors qu’il venait d’être réélu pour un 4eme mandat. Pour information, les présidents Reagan et Clinton ont contempler plus tard la modification de cette loi afin d’autoriser des mandats illimités ou de permettre aux anciens présidents d’être encore candidat. Dans le cas du Togo, à défaut de posséder la formule magique qui transformerait la situation politique du pays tout en sauvegardant les acquis, nous pouvons au moins copier ce qui a marché ailleurs. Nous devrions absolument éviter le gâchis et les souffrances inutiles aux populations. Aucune personne de bonne foi, que l’on soit politicien ou non, ne sort gagnante d’une situation de désordre et de violence aveugle. Le Togo aurait déjà fait un bon bout de chemin si cette alternative avait été abordée il y a quelques années, notamment lors de l’introduction la première proposition de loi en ce sens a l’Assemblée Nationale.
Merci

 2   Natchaba voyou | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 10:48
  Ce Natchaba va le payer cher au togolais un matin. Il ne s'assagit jamais avec sa barbe comme un bouc non castré.

 1   Nana | Vendredi, 13 Octobre 2017  - 10:20
  belle analyse et bien dit, c'est courageux de ta part. il faut dire les choses telles qu'elles sont. natchaba fambaré est à l'origine de la situation que vit les habitants de la ville de mango.


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com