Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Togo sous Faure Gnassingbé : Chaos social


politique

Lalternative-togo.com | | 40 Commentaires |Imprimer Lu : 5407 fois

Une photographie du Togo, le mardi 28 février dernier, présenterait un territoire chaotique, sur le plan social. Des élèves dans plusieurs villes et plusieurs quartiers de la capitale en émeute, le Togo vient une fois encore de présenter une image d’un pays en crise sociale qui a fait un mort et des blessés.

La nouvelle grève des enseignants a à peine démarré lundi quand le gouvernement a eu le génie d’annoncer une nouvelle hausse des prix des produits pétroliers. Contrairement à une précédente hausse datant d’il y a quelques semaines seulement, qui n’a pas provoqué de protestations publiques, celle de lundi n’a pas laissé les Togolais indifférents.

La journée avait pourtant commencé ce mardi dans un calme, finalement trompeur, comme désormais le tempérament devenu peu impulsif des Togolais depuis quelque temps. Mais vers la mi-journée de cette première journée de hausse, les rues de la capitale vont prendre un autre visage. Difficile d’y circuler sans devoir franchir des barrières posées et /ou gardées par des gens très nerveux et qui étaient déterminés à manifester leur mécontentement de cette deuxième hausse en l’espace d’un mois. Les cinq principaux ponts qui relient le centre-ville (au sud) au reste de la ville, Nyékonakpoè, Ahanoukopé, Le Togo, Colombe de la Paix et Bè, sont tous pris d’assaut par des barrières pratiquement infranchissables, obligeant les usagers à des gymnastiques improbables, et particulièrement les véhicules à garer et leurs occupants à continuer leur trajets à pied ou sur des deux roues. La scène a duré tout l’après-midi avant l’intervention musclée des hommes en treillis, probablement appuyés par des militaires, qui a fait un mort par balle. Et un blessé à l’épaule, lui aussi par balle, sans compter les nombreux autres blessés et interpellations.

Comme en 2010, lors des dernières émeutes liées à la hausse de produits pétroliers, les quartiers périphériques de Cacaveli et Agoè-Zongo ont aussi connu des mouvements. Cette fois encore, c’est à Agoè qu’on a signalé les plus violents affrontements qui ont fait un mort par balle. Au carrefour GTA, à quelques mètres seulement du palais de Faure Gnassingbé et de la gare d’Agbalépédogan, d’imposantes barricades ont été posées. Un bus de la Sotral a même été incendié.

Pendant que les rues de Lomé étaient en proie aux émeutes, celles des villes de l’intérieur étaient, elles, envahies par des élèves qui réclament des cours non-faits par leurs enseignants en grève. Dapaong, Mango, Bapuré (près de Kouka), Kara, Atakpamé, Tsévié, Dzagblé, même à Kara, les élèves ont manifesté dans les rues pour réclamer le retour de leurs enseignants et la dispensation des cours. Encore une fois, à Dapaong la tension est montée et la préfecture a dû se barricader d’un imposant cordon de forces de l’ordre. Mais comme dans les autres villes, les élèves des écoles publics sont allés déloger ceux des autres établissements, afin de ne pas être seuls à être privés des cours. Jusqu’à hier, les villes de l’intérieur étaient encore sous l’effet des manifestations d’élèves. Dans les Savanes, tous les établissements de la région ont été carrément fermés pour éviter de nouvelles manifestations.

Les évènements de ces derniers jours ont juste succédé à ceux de la semaine dernière liés à la fermeture de LCF et City FM. Jusqu’à samedi dernier, Lomé a connu une série de manifestation, pour la réouverture des médias LCF et CITY FM. Là aussi, il s’était agi de manifestations anti-gouvernementales qui ont débouché sur une répression. Répression, il en a été aussi le cas à Akato-Viépé à l’occasion de l’exécution d’une décision de justice contestée dans un litige foncier. Un journaliste de L’alternative a même été soumis à des traitements dégradants dans cette répression. Après avoir longtemps tourné le journaliste en bourrique, le cabinet du Procureur de la République a enfin annoncé la semaine dernière une enquête, après de fortes tensions autour de ladite affaire et un renversement du reporter en pleine circulation par un véhicule qui a aussitôt pris la fuite.

A l’Est de la capitale, au village de Sewatri-kopé, toute la semaine dernière a été une succession de courses-poursuites entre populations et forces de l’ordre. Au motif de la lutte contre le trafic illicite de produits pétroliers, les forces de l’ordre ont assiégé ce petit village de la préfecture des Lacs où ils ont transformé des jeunes en rats qu’ils ont poursuivis nuitamment, arrosés de gaz lacrymogène et systématiquement battus, blessant plusieurs, loin des caméras et médias de Lomé. Dans ce village aussi, des barricades ont été dressées en réaction à la battue des hommes en treillis qui, depuis des années, au nom de la traque des trafiquants des produits pétroliers, se livrent à des violations des droits de l’Homme, blessant, tuant, sans que personne ne s’en émeuve.

C’est donc dans ce contexte où dans presque toutes les villes, ça proteste et ça réprime, que se déroule le mandat social (sic) de Faure Gnassingbé, lui-même embourbé dans des prodigalités de toutes sortes, multipliant les voyages visiblement sans grands intérêts (puisqu’on n’en voit pas les fruits pour le citoyen). Ailleurs, les crises n’ont pas atteint le niveau du Togo avant que le chef de l’Exécutif ne prenne ses responsabilités. En Guinée Conakry, le président Alfa Condé a limogé trois de ses ministres directement impliqués dans la crise dans l’enseignement. Même si cela ne réglait pas directement les problèmes des manifestants, ils l’ont perçu comme un signal et une sensibilité de l’Exécutif à leur cause. Et les nouveaux détenteurs des portefeuilles en question ont certainement sur leurs épaules des pressions pour faire mieux que leurs prédécesseurs.

Au Togo, tout est en crise. Et pourtant, Faure et compagnie ne donnent pas l’impression d’être là pour les Togolais qui leur remontent des doléances. Aucunement préoccupés que leur attitude pourrait leur coûter le prochain mandat, car eux n’ont jamais eu besoin du vote des Togolais pour rester au pouvoir. Ils ont toujours eu le vote des « bêtes sauvages » pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Amadou Kourouma. Mais jusqu’à quand pourront-ils compter sur le règne brutal pour se mettre à l’abri de la colère et des sanctions des humains ? L’histoire, en marche, nous le dira.




Autres titres

Togo 57e anniversaire de l’indépendance du togo: militaires et civils ont défilé devant faure gnassingbé 
Togo voici la vie du père de l’indépendance 
Togo commémoration du 27 avril : programme détaillé des activités de l’anc 
Plus de nouvelles




 40   El Niño | Mercredi, 8 Mars 2017  - 19:18
  | Vendredi, 3 Mars 2017 9:6 | 19 Commentaires |Imprimer Lu : 3186 fois

Politicien aguerri, figure emblématique et mythique de la lutte démocratique au Togo, depuis plus de 30 ans, Henri Claude Kokouvi AMEGANVI, est un révolutionnaire qui ne le cache plus : « Je n’ai pas pour habitude de me cacher : Oui, je suis un révolutionnaire ! ». Un franc-parler, sinon un style propre à lui qui ne s’accommode jamais des injustices sous quelque forme que ce soit. Dans cette interview, le Secrétaire chargé de la coordination du Parti des travailleurs fait de grandes révélations en citant des noms dans l’affaire des 5 milliards de F CFA qu’aurait donné Faure Gnassingbé à Manuel Valls, ex-Premier Ministre français pour sa campagne lors de la primaire socialiste. Se disant convaincu que seule une révolution populaire pourra sauver le Togo du régime togolais, Claude AMEGANVI déclare être disposé à mettre en place un comité pour préparer une manifestation le jeudi 14 avril prochain qui marquera « la fin des 50 ans de pouvoir du clan EYADEMA-GNASSINGBE ». Cependant, il fixe une condition. Le mot d’ordre doit être uniquement : « 50 ans, ça suffit ! A bas la dynastie des EYADEMA-GNASSINGBE ! Faure, Dégage ! » Voici l’interview !

L’Indépendant Express : M. Henri Claude Kokouvi AMEGANVI, Bonjour. D’où sortez-vous cette information selon laquelle l’ancien Premier Ministre français Manuel Valls aurait encaissé la bagatelle somme de 5 milliards de F CFA du régime togolais lors de son séjour à Lomé ? Vous ne risquez pas une plainte en diffamation si vous maintenez cette campagne ?

Claude AMEGANVI : Plainte en diffamation ? Je la souhaite vivement ! Je m’étonne d’ailleurs qu’elle n’ait pas déjà été déposée. Et je constate qu’il n’y a pas eu de démenti depuis.

Quant à l’information elle-même, je dois vous rappeler comment nous l’avons fait connaître via notre « Appel au peuple togolais … en solidarité avec la grève des enseignants pour sauver l’Ecole togolaise » où nous disions ceci :

« C’est ainsi que des révélations de sources proches du régime, émanant de personnalités elles-mêmes écœurées par l’incroyable cynisme de Faure GNASSINGBE à l’endroit de son propre peuple, indiquent que, lors de son voyage officiel de fin 2016 au Togo, Manuel VALLS, alors qu’il était encore Chef du gouvernement français, aurait reçu un « cadeau » de 5 milliards de F CFA pour sa campagne en France en vue de l’élection présidentielle de 2017 dans laquelle il envisageait de s’engager. (…) »

Vous êtes journaliste ; vous savez donc qu’un journaliste ne doit pas dévoiler ses sources. Il en est de même en politique. Vous n’attendez tout de même pas que je révèle la source de notre information au risque de mettre en danger la vie de nos informateurs ! D’autant plus que tout le monde sait que ce que nous avons dit est vrai.

Et si vous, vous deviez en douter, je vous renvoie à cette information qui nous a appris que la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), l’agence officielle de renseignement chargée, en France, de l’espionnage et du contre-espionnage de l’Etat, a diligenté une enquête au terme de laquelle elle confirme que M. Manuel VALLS a bien reçu les 5 milliards de F CFA de Faure GNASSINGBE. Elle précise même que c’est le sieur Pacôme Yawovi ADJROUROUVI, un Togolais d’origine béninoise, né le 14 mai 1963, maire-adjoint d’Evry (la ville dont M. VALLS était le maire) qui, ancien camarade de classe de Faure GNASSINGBE, aurait joué les entremetteurs entre ce dernier et son compère Manuel VALLS.

Vous voyez donc que d’une simple dénonciation d’impunité économique et de cynisme que nous avons voulu faire, nous avons levé, bien malgré nous, un scandale d’Etat qui touche en plein cœur la France et est certainement appelé à avoir de retentissantes suites …

Pour conclure sur ce chapitre, non seulement nous sommes serein, nous allons même poursuivre la campagne contre ce vol odieux qui révulse l’opinion nationale et internationale.

Nous allons adresser une Lettre ouverte à M. VALLS lui demandant de restituer au peuple togolais le fruit de sa rapine et, s’il s’y refuse, nous comptons constituer un collège d’avocats pour le traîner devant les tribunaux.

Par ailleurs, je profite de votre interview pour m’étonner du silence des amis togolais de M. VALLS, membres comme lui de l’Internationale socialiste : je veux parler de l’ANC et de la CDPA. 5 milliards volés au malheureux peuple togolais, c’est énorme !, mais ils se taisent ! Prétendront-ils ignorer pourquoi, à quelques semaines de la Primaire socialiste, tremplin supposé pour son accession à la présidence française, M. VALLS était venu au Togo ? Non, je ne peux les croire si naïfs. Plus grave, nous sommes bien informés que, pendant que M. VALLS narguait les Togolais en ripaillant avec Faure EYADEMA-GNASSINGBE à la présidence de la République (les images ont fait le tour du monde), une partie de sa délégation ripaillait avec des membres de la direction de l’ANC à leur siège ! Nous pensons aussi qu’ont certainement joué dans cette affaire les liens entre franc-maçons existant entre M. VALLS (qui, publiquement, ne fait pas mystère de son appartenance) et certains responsables de l’ANC. Tout le monde sait ou devrait savoir que c’est à travers cette confrérie que l’impérialisme français tient ses valets africains et les attèle à préserver ses intérêts dans des pays considérés comme ses « chasses-gardées » ; confrérie dans laquelle il lie les personnalités politiques par une sévère loi du silence qui, passant avant les intérêts des peuples, continue à garantir l’impunité aux divers criminels économiques tant français qu’africains. Mais il est temps que cela cesse car trop, c’est trop !

Et vous pensez que c’est votre campagne qui a déplumé le candidat socialiste Valls aux primaires ? Mais la presse française n’en a pas son chou gras comme on pouvait s’y attendre…

Nous n’avons pas cette prétention !

M. VALLS a d’abord et avant tout été balayé pour sa personnalité et sa politique antisociale et autoritaire. Au gouvernement, il a dressé tout le monde contre lui, y compris certains de ses ministres, les « frondeurs », qui ont préféré démissionner que d’avoir à assumer la responsabilité de sa politique.

Je me félicite toutefois que notre révélation sur les 5 milliards volés à son profit ait contribué à éclairer une face cachée du personnage : celle du corrompu. Et je tiens tout particulièrement à saluer ici tous ces militants africains et français qui se sont saisis de notre campagne pour faire battre M. VALLS à la primaire socialiste. Notamment ce courageux couple de Congolais que les médias nous ont montré, sillonnant les rames du métro parisien pour appeler à voter contre M. VALLS.

Revenons à la politique togolaise. Beaucoup vous décrivent comme un révolutionnaire, un partisan de la méthode forte contre le régime Gnassingbé. Vous êtes un va-t-en guerre, un trotskyste à la limite. Croyez-vous en votre stratégie de combat pour sauver le Togo ?

Je n’ai pas pour habitude de me cacher : Oui je suis un révolutionnaire ! Oui, je suis un trotskyste ! Oui, je le suis et je l’assume ! Et alors ? Voulons-nous une démocratie oui ou non ? Ai-je le droit d’exprimer mes opinions oui ou non ?

Cela ne veut pas dire que je sois un « va-t-en guerre » comme vous le prétendez.

Et : « trotskyste à la limite », ça veut dire quoi ? Vous gagneriez à mieux vous informer et à expliquer à vos lecteurs ce que signifient ce terme et les conceptions de ce courant politique, au lieu de chercher à les dénigrer sans fondement sinon vous ne pouvez que contribuer à renforcer l’obscurantisme. Quand vous aurez commencé à le faire, vous pourrez revenir à moi pour que, en toute démocratie, je puisse vous exposer nos conceptions et objectifs dans vos colonnes.

Ceci étant, comme révolutionnaire, trotskyste, je suis et nous sommes partisans d’aider à matérialiser la souveraineté des peuples en œuvrant à les mobiliser contre l’exploitation et l’oppression impérialistes. Que cette stratégie puisse aider à sauver le Togo, je n’en doute pas un seul instant. D’autant que les autres « stratégies » prétendues de partage du pouvoir mises inlassablement en œuvre depuis bientôt 27 ans par la soi-disant « opposition démocratique » n’ont, au contraire, fait que sauver et consolider le régime dictatorial qui sévit dans notre pays depuis 50 ans.

Partagez-vous l’opinion de ceux qui pensent que c’est le 12 juin 2012 que l’opposition togolaise a manqué l’occasion de prendre le pouvoir par la rue. Allusion faite au monde fou qui a répondu à la marche du CST, 500 mille personnes dites-vous à l’époque, qui ont voulu transformer Déckon en place Tahrir, c’est-à-dire la place de la Libération… la révolution populaire est-elle encore possible au Togo ?

Une révolution populaire n’est pas seulement possible ; elle est indispensable comme unique voie par laquelle sauver le Togo.

Toutefois, ce n’est pas à un parti ou un dirigeant révolutionnaire d’en décider. Comme nous l’enseigne l’histoire, ce sont toujours aux peuples qu’il revient, seuls, de décider du déclenchement d’une révolution, pour la victoire de laquelle l’action d’un parti révolutionnaire est indispensable.

C’est ce qu’on a vu au Burkina par deux fois en 2014 et 2015. Et c’est également ce qu’on a vu, dans l’histoire, avec la manifestation des femmes en février 1917 en Russie. La Déclaration que nous venons de sortir pour en commémorer le centenaire montre bien que cette simple manifestation, qui exprimait une élémentaire révolte des femmes contre la faim et les souffrances imposées par la Première guerre mondiale, a fait effondrer le régime du Tsar Nicolas II au bout de 5 jours. Si elle a pu ouvrir un palpitant processus qui a conduit, 8 mois après, à la victoire de la Révolution d’octobre, ce fut grâce à l’intervention du Parti bolchévique sous la perspicace direction et de leurs grands dirigeants que furent Lénine et Trotsky.

Ceci étant, si le rassemblement du 12 juin 2012 à Déckon, à l’appel du CST n’a pas pu conduire à la libération du Togo, comme vous le dites, c’est fondamentalement parce que des orientations contradictoires sur les objectifs et la direction de la lutte ont paralysé l’efficacité du CST à l’époque. Certains voulaient que s’exprime la souveraineté populaire à cette occasion ; d’autres voulaient n’en faire qu’un moyen de pression pour négocier un nouveau dialogue et une solution de partage du pouvoir avec le régime RPT/UNIR. Malheureusement, ce sont ces derniers qui l’ont emporté comme on l’a vu avec les plus catastrophiques négociations de l’histoire de l’opposition togolaise ; lesquelles ont conduit au désastre électoral des législatives de juillet 2013 et établi la lamentable configuration de l’Assemblée nationale actuelle où cette opposition est archi minoritaire. Quel paradoxe !

L’actualité politique demeure les réformes constitutionnelles et institutionnelles. En 2001, vous étiez l’animateur du Mouvement « Quelle solution pour le Togo ? » Nous sommes en 2017, de l’APG au HCRRUN, 11 années sont passées sans que le pouvoir de Lomé ait accepté de faire les réformes. M. AMEGANVI, quelle solution pour le Togo afin que les réformes aient finalement lieu ? D’abord le HCRRUN est-il crédible pour conduire les réformes ?

Pour moi, l’APG, le HCRRUN et la « lutte pour les réformes » ne sont que les mêmes instruments pour sauver le régime de Faure EYADEMA-GNASSINGBE, qui s’il le voulait, pourrait faire les réformes en un seul jour comme il a su le faire en une seule nuit en 2005 pour le porter au pouvoir à la mort de son père.

Au Parti des travailleurs, nous considérons qu’après s’être battue contre les aspirations profondes du peuple togolais pour « Donner un 3e mandat à Faure GNASSINGBE » à la présidentielle de 2015, une certaine opposition institutionnelle togolaise, par cette campagne pour les « réformes », ne cherche qu’à flouer et faire perdre du temps au peuple togolais. Prônant à tout prix la participation aux législatives de 2018, puis à la présidentielle de 2020, cette « opposition » n’a d’autre véritable dessein que de maintenir Faure au pouvoir pour permettre à son régime de continuer à violer les droits de l’homme par la répression et les assassinats, à détourner nos deniers publics, à piller nos richesses. En contrepartie, le régime garantit des miettes de sa rapine à cette « opposition démocratique » ; notamment en lui concédant quelques sièges à l’Assemblée, faisant bénéficier ses membres de missions répétitives à l’étranger grassement payées et de fonds secrets illimités comme on l’a dernièrement appris. Tout ceci transforme les « activités politiques » en un juteux fonds de commerce. C’est cynique, mais c’est la triste réalité de ce qui se passe en coulisse alors que, par devant, on sert un double langage au peuple au quotidien !

On peut ainsi mieux comprendre pourquoi cette « opposition démocratique » est incapable d’appeler le peuple à s’organiser pour dire clairement : « 50 ans, ça suffit, dehors le régime du clan EYADEMA-GNASSINGBE ! » et, s’il le faut, à paralyser le pays pour l’obtenir comme on l’a vu au Burkina, en Gambie, etc. Après, elle a beau jeu de dire : « le Togo, ce n’est pas le Burkina Faso ! ». Mais, derrière ces paroles fumeuses se cache la réalité d’une impuissance volontaire !

L’unité d’action de l’opposition gambienne, disent certains, doit inspirer celle du Togo pour aller à l’alternance et au changement tant souhaités. Mais pour le chef de file de l’opposition togolaise, Jean-Pierre FABRE, les contextes sont bien différents, dit-il. Et vous que diriez-vous ?

Unité d’action de l’opposition togolaise ? Ce n’est pas ce problème qui se pose. En fait, les différents partis de cette « opposition » sont en compétition pour mieux servir Faure EYADEMA-GNASSINGBE.

C’est ce que révèle ce statut très officiel de « Chef de file de l’opposition » qui, en faisant de lui une institution du régime, est une stratégie de manipulation pour discréditer Jean-Pierre FABRE et, par sa morgue et sa suffisance, le pousser à diviser l’opposition.

Je vous fais une confidence : c’est Jean-Pierre FABRE lui-même qui, lors de causeries en marge des marches de 2010 à 2013 contre le coup d’Etat électoral de 2010, nous a informé que Blaise COMPAORE, dont le cynisme est connu, lui a révélé avoir délibérément inventé ce statut pour discréditer totalement les principaux responsables de l’opposition burkinabè et qu’il y a réussi.

Si vous ne me croyez pas, interrogez-le ainsi que les autres responsables de l’« opposition » et dites-leur bien que c’est moi qui vous en ai parlé !

Comment comprendre son aveuglement à faire le gros dos avec ce ridicule statut, si on en juge par le rôle qui lui est dévolu par la loi portant statut de l’opposition qui le transforme en garçon de course de Faure pour museler et impuissanter l’opposition togolaise ? Loi qu’il avait pourtant vigoureusement dénoncée au départ avant de s’apercevoir qu’il en tirerait de substantiels avantages personnels devenant ainsi un chef de file-godillot. Quelle lamentable et déshonorante volte-face !

L’opposition togolaise semble s’unir, le groupe des six partis veut s’allier au CAP 2015 pour une unicité d’actions, le Chef de file de l’opposition n’est plus contesté, que ce soit Me Paul Dodji Apévon ou Nicolas Lawson, etc., chacun reconnaît aujourd’hui en Jean-Pierre Fabre, le chef de l’opposition. Qu’attend alors le Parti des travailleurs pour rentrer dans la danse et faire bloc comme le souhaitent les populations contre le régime togolais ?

Avec les réunions en cours entre CAP 2015 et le Groupe des 6, il ne s’agit pas d’« unité d’action » de l’opposition, mais de rencontres préparatoires à des négociations entre acteurs politiques de l’opposition et régime UNIR/RPT sur le contingent de sièges que ce dernier serait disposé à leur octroyer aux prochaines législatives de 2018.

D’abord, notez cette coïncidence frappante : ce rapprochement intervient à un an des législatives de 2018 comme, dans un contexte semblable, celui de fin 2012-2013 entre les partis politiques membres du CST et ceux de la Coalition Arc-en-ciel en vue des législatives de 2013. Ce rapprochement CST-Coalition Arc-en-ciel d’alors n’avait finalement servi qu’à préparer les négociations de Togotélécom II puis, celles organisées sous l’égide de Mgr BARRIGAH et de l’Ambassadeur des USA. A l’époque, l’« opposition » s’est fait proprement rouler dans la farine par le régime UNIR/RPT. Il faut donc en déduire que la répétition du scénario catastrophique de 2013 est en train de se préparer pour les prochaines législatives de 2018 ; avec le même aveuglement.

Maintenant, pourquoi cet aveuglement ? En réalité, il ne s’agit pas d’aveuglement, mais d’une collusion d’intérêts assez simple à comprendre. Nous avons affaire à des partis dont le programme ne différant pas idéologiquement de celui du RPT sur le fond, ont adopté comme mode de fonctionnement son clientélisme. Les militants n’étant pas appelés à cotiser pour matérialiser leur adhésion aux idéaux du parti, ces partis se tournent vers l’Etat pour être financés. Ils en viennent ainsi à décider qu’au moins le « président » ou un groupe de responsables du parti se voient garantir, à l’Assemblée Nationale, un ou quelques sièges ; la falsification du système électoral togolais arrogeant le monopole de leur répartition au régime UNIR/RPT. C’est pourquoi il y aura nécessairement à venir « dialogue », négociations et « accord » entre RPT/UNIR et « opposition démocratique », lesquels se préparent secrètement d’ores et déjà. C’est là le véritable enjeu des réunions actuelles et rien d’autre ! Vous comprendrez donc pourquoi le Parti des travailleurs ne peut en aucun cas s’associer à cette trahison des intérêts du peuple togolais.

Le quatrième mandat de Faure Gnassingbé, le sort en est jeté. Avez-vous un seul moyen d’empêcher Faure Gnassingbé d’être candidat et d’être élu en 2020 ?

Non, aujourd’hui, demain, en 2018, en 2020, le sort du maintien de Faure EYADEMA GNASSINGBE au pouvoir n’est nullement jeté ; car à tout moment, le peuple togolais peut décider d’exercer sa volonté.

C’est pourquoi au Parti des travailleurs, nous en appelons au sursaut des Togolais en soulevant ces questions : faut-il laisser Faure aller au-delà des 50 ans de règne du clan EYADEMA-GNASSINGBE au Togo ? Est-il glorieux pour notre pays d’être la deuxième plus vieille dictature familiale au monde après celle des KIM-IL-SUNG de la Corée du Nord ?

Nous pensons que NON ! Que c’est maintenant, tout de suite, qu’il faut agir pour mettre fin à son régime comme le peuple Burkinabè et le peuple gambien ont su si bien le faire.

Dans ces conditions, n’est-ce pas dès aujourd’hui qu’il faudrait songer à une manifestation populaire dans toutes les grandes villes du Togo, de Lomé à Cinkassé, à l’occasion de la commémoration de la fin des 50 ans de pouvoir du clan EYADEMA-GNASSINGBE, le jeudi 14 avril prochain. Sur un seul mot d’ordre : « 50 ans, ça suffit ! A bas la dynastie des EYADEMA-GNASSINGBE ! Faure, Dégage ! ».

Si le peuple est prêt, nous, Parti des travailleurs, sommes disposés, à aider à mettre en place un comité pour préparer cette manifestation.

Dites-nous enfin Claude AMEGANVI, comment se porte votre parti ? Le parti des travailleurs ? Quelle est sa vision en ces moments de crise socioéconomique et politique au Togo ?

Nous allons bien, après avoir traversé, comme la plupart des partis d’opposition, une crise qui a vu certains nous quitter pour aller créer un autre parti : le PADET. Mais, le PADET, qui en entend parler aujourd’hui ? Il ne suffit pas d’organiser une surréaliste scission en déférant au diktat de certaine chapelle de bureaucrates « internationalistes » aux relents colonialistes. Encore faut-il, par la suite, dans la complexe situation politique togolaise, savoir oser et pouvoir agir sur le réel. Faute de quoi, peut s’ouvrir une boîte de pandore susceptible de propulser dans une autodestruction multidimensionnelle. Chose vue.

Quant à nous, qui avons maintenu le cap de la continuité de l’OTTD, que le peuple togolais a découvert à la Conférence nationale, au Parti des travailleurs d’aujourd’hui, toujours fidèles aux intérêts des travailleurs et du peuple togolais, nous sommes confiants en l’avenir.

Interview réalisée par Sylvestre K. BENI
Indépendant Express (N° 405 du mardi 28 février 2017)

 39   007 d' Agoé Nyivé | Mercredi, 8 Mars 2017  - 18:16
  Réponse à 33-James Bond de Bé
  le pays hélas réflète le chaos de son opposition !

 38   Le Vrai Jay Bon Jeu | Lundi, 6 Mars 2017  - 22:36
  Lu pour vous..

"..
La politisation de notre jeunesse est une voie de salut. Il faut tenir tête, voire affronter tous ceux qui, sous le couvert d’une forme coupable de bienveillance, éloignent la jeunesse de la politique au profit d’autres miroirs aux alouettes ; qu’il s’agisse de l’entreprenariat ou du numérique, souvent nimbés d’une inanité vaine et ludique. Les Africains vivent des souffrances terribles dans leur chair. Appréhender les enjeux du continent doit être un travail sérieux, grave, qui rompt avec la naïveté, la puérilité qui caractérise souvent l’entre-soi des influenceurs.
.

 37   Le Vrai Jay Bon Jeu | Lundi, 6 Mars 2017  - 22:19
  Lu pour vous..

"..
Le 27 février 1933, le siège du Parlement allemand brûle, Hitler jubile et l’ère nazie commence. Hitler, qui vient tout juste d’être nommé chef du gouvernement, légalement et démocratiquement constitué à l’issue des élections législatives de novembre 1932, profite de l’occasion pour changer le système. Il exulte : « Nous serons sans pitié. » ; « Quiconque se mettra en travers de notre chemin sera massacré. »
Le lendemain, sur le conseil et les pressions d’Hitler, le président allemand signe un décret « pour la protection du peuple et de l’Etat », qui prive tous les citoyens allemands de leurs droits fondamentaux, comme les libertés d’expression et de réunion, et les expose à des « détentions de sûreté ». Une semaine plus tard, le parti nazi, qui a présenté l’incendie comme le début d’une immense campagne de terreur menée par la gauche, remporte une victoire décisive aux élections parlementaires. Les milices nazies, ainsi que la police, commencent alors à arrêter les opposants politiques et les internent dans des camps de concentration. Peu après, le nouveau Parlement fait passer une « loi habilitante », qui autorise Hitler à gouverner par décret.


 36   Le Vrai Jay Bon Jeu | Lundi, 6 Mars 2017  - 20:49
  40 % des policiers se livrent à des activités illégales ». « Vous les policiers, vous êtes les plus corrompus. Vous êtes corrompus jusqu’à la moelle. C’est dans votre sang », accuse-t-il, avant d’annoncer qu’il retire la police de la lutte antidrogue et la remplace par l’armée. Décision qu’il annulera un mois plus tard en prévenant les policiers qu’il sera impitoyable : « Si vous faites une erreur, vous mourrez. C’est certain. »

voyez vous le rapport ??
""..
Escorté de trois avocats, il énumère lors d’une conférence de presse une série d’assassinats commis à Davao sur l’ordre de Duterte, soit pour éliminer des opposants, soit pour combattre des délinquants présumés. Et révèle qu’il a lui-même abattu ses deux frères, impliqués dans le trafic de drogue « par loyauté aveugle envers Duterte ». « Qu’on les enterre ou qu’on les jette à la mer, on était toujours payés par le maire », confie-t-il. L’ancien policier-exécuteur raconte aussi avoir touché l’équivalent de 56 000 euros pour tuer en 2003 un journaliste de radio, Jun Pala, qui déplaisait au maire..."

Question :
Aux Amateurs et Professionnels d'Adewii: Voyez vous le Rapport maaaaaahhh ??


 35   DECHEANCE | Lundi, 6 Mars 2017  - 10:24
  Quand je vois la marmaille de ministre et de conseillers qui s'empile et s'entasse à la tête d'un pays d'à peine 7 millions d'habitant, je comprend aisément qu'il y a un vrai problème de compétence dans ce gouvernement. Comme le disait Voltaire, "Le meilleur gouvernement est celui où il y a le moins d'hommes inutiles". Si après 50 ans de règne on n'a pas été en mesure de remplir le ventre des togolais, de leur assurer un système sanitaire adéquat, une justice impartiale, une éducation de qualité et des élections libres et transparentes, je crois franchement qu'on doit pouvoir rendre le tablier et aller voir ailleurs. J'ai dit.

 34   Vokoutime | Lundi, 6 Mars 2017  - 9:34
  Réponse à 30-Sasakawa
  Vous dites Lome la belle dans les années 80? Cela dépend de ce que vous autres appelez Lome la belle..Aviez vous vécu cette époque? Ne venez pas raconter des bêtises ici..C'était la période de plomb du régime Eyadema avec les arrestations arbitraires,les assassinats d'opposants, l'ouveture des camps de concentration de Kazaboua et d'Agombio,la violence aveugle sur contestation du régime..Lome la belle? Une ville qui n'a d'eau potable que dans deux quartiers et dans laquelle la collecte des ordures est laissée aux chiens vous l'appelez la belle..On sait,c'est ce qu'on vous met dans le crãne de l'autre côté.<< le Togo avant 90 était ceci..,Lome était la belle et la grève est venue tout capoter,Eyadema est le bâtisseur....>> Allez raconter cela à vos enfants! Nous qui avons été témoins du régime sanglant d'Eyadema en lisant vos propos sommes choqués..Vous ne changerez pas l'Histoire du Togo.
Lome capitale des grandes rencontres.Vous voulez parler des accords ACP CEE? Tout simplement parce que Lome disposait de la maison du RPT et de l'hôtel du 2 février de véritables infrastructures d'accueil qui ne sont pas construites avec l'argent d'Eyadema mais avec l'argent issu des richesses du Togo..Vous ne constatez pas le moindre instant que si dans ces années là ils ont pu construire ces édifices avec le peu de ressources matérielles et humaines dont le pays disposait et qu'aujourdhui le pays est dans cet état que c'est un chaos? Des régimes de gabégies de père en fils! Ce que fait le fils à la tête du pays avec les ressources qu'il a à sa disposition un autre well-minded président qui n'est pas du RPT fera des résultats extraordinaires .Une tragedie,ces régimes des Gnassingbe.Véritable Nakba diront les Arabes.
Vous qui soutenez le pouvoir des Gnassingbe par pure proximité géographique malgré toutes les preuves de leur incompétence à diriger le pays laissez moi vous dire que vous avez un problème de complexe.C'est cet état émotif et surtout la peur de perdre et le pouvoir et vos acquis qui vous fait agir de la sorte,user de tous les moyens pour conserver le pouvoir.Ce régime est trop impopulaire pour diriger les affaires là bas. On ne dirige pas un pays dans l'intérêt d'un seul groupe c'est à dire le clan,la famille,les amis,les courtisans,les militants.Les deux derniers soutiennent le pouvoir par pur opportunisme.. Les pays qui se dévéloppent mettent en avant deux règles d'or: le mérite et l'intérêt général.
Pourrez vous faire passer cela au RPT?

 33   James Bond de Bé | Lundi, 6 Mars 2017  - 7:37
  Le titre est juste, oui chaos total orchestré par le Club de Kodjindji et le CSF ( 13 rue Dupuy, Kodjindji Bè / via Lomé).

La stratégie a consisté en une illusion de conquête du pouvoir, sans en avoir les moyens ni intellectuels ni matériels, portant ainsi préjudice aux populations !

 32   Jack le1 | Lundi, 6 Mars 2017  - 4:12
  Réponse à 30-Sasakawa
  Oui sassakawa jadis lomé le carrefour des affaires,où chacun et chacune passaient de bons moments .ton pseudo me rappelle le clairvoyant sassakawa qui foula le sol togolais Et refusa de repartir dans son pays,tout simplement il trouva qu avec Eyadema le Togo avait tous atouts de se monde .voila qu aujourd'hui cette méchante grève à tout détruit.mon frère comme tu l as dit il n est jamais trop tard.les jalons et les fortes institutions que faure est en train de poser vont hisser ce pays

 31   Le Vrai Jay Bon Jeu | Lundi, 6 Mars 2017  - 3:21
  Réponse à 27-Jack Le 2
  Dixit Jackot le 1er devenu le 2...

"..
Quelqu un peut m aider à ouvrir ma bouche? "

Question :
Toi ??tu as une bouche toi ?? pourrait-on la voir ta tronche ??
Pardon !! c'est bon comme sa !! Hiiiiiiii

 30   Sasakawa | Lundi, 6 Mars 2017  - 1:55
  Réponse à 27-Jack Le 2
  Jack Le 1 je suis très content quand je vois ton pseudo et celui de Gnarou,j aime bien vous lire toi personnellement tu me fais revivre l année 80 ,jadis lomé la belle.vraiment le Togo a tout perdu ,la joie le bonheur,il n est jamais trop tard

 29   Kozah Nostra | Lundi, 6 Mars 2017  - 0:53
  LE Togo ne peut Jamais avancer quand il EST dirige' par des CONS!!!

 28   Vokoutime | Lundi, 6 Mars 2017  - 0:34
  Réponse à 27-Jack Le 2
  Chacun a son goût vous répondrez à vos détracteurs,n'est ce pas? Vos commentaires sur icilome.com n'apportent aucune plus value aux débats...vous croyez faire preuve d'un cynisme ou narguer mais je peux vous rassurer que cela n'émeut personne..Je vous plains,le jour oú ce régime va tomber vous serez l'homme le plus malheureux sur la terre.Croyez moi,le régime des Gnassingbe tombera puisque telle est l'aspiration de la majorité des togolais.Vous ne resterez pas vita eternam au pouvoir.Dieu nous donne vie..
Quand vous parlez de la grève générale illimitée qui a mis par terre le Togo,parlons-en! Croyez-vous que si Eyadema Gnassingbe aimait bien le Togo et les togolais il allait laisser la grève courrir sur 9 mois? Pour lui ce n'était son problème.Vous appelez celui là un président de la république? Cette gréve générale lancée à partir du 17 novembre 1992 a bel et bien prouvé l'impopularité d'Eyadema dans le temps.Le Togo était presque << mort>>…ll ne lui restait qu'à chercher une sortie honorable mais nenni il a préféré laisser la situation pourrir par pure méchancété..
Sortez de temps en temps aussi pour avoir des éléments de comparaison.Le Togo est très en retard du fait du pouvoir clanique des Gnassingbe qui n'ont jamais été capables de prendre des initiatives courageuses ou faire des choix politiques pour lancer le dévéloppement du pays et créer de la richesse.En principe tout bel esprit doit avoir honte de ce régime.Quand l'article parle de chaos c'est aux bas mots..


 27   Jack Le 2 | Dimanche, 5 Mars 2017  - 22:6
  Quelqu un peut m aider à ouvrir ma bouche? Quelqu un peut m aider à dire à ces assoiffés, que maintenant je suis grand pour prendre mes propres décisions? Oui prendre mes propres décisions parce que le passé m a enseigné ,le passé m à éduqué,oh yes le passé m a ouvert les yeux,il m a parlé . aujourd'hui je suis grand ,aujourd'hui je peux écrire comme eux,lire comme eux,et bien aujourd'hui je connais le bien et le mal.Oui aujourd'hui je peux faire le vent,oui le vent parce que le passé m a appris à choisir .Mais je garde toujours une haine contre lui,une haine parce qu'il m a volé,et bien il a pris de moi ,l autosuffisant alimentaire,oui parce qu avant c est mon pays qui desservait les autres de la sous région.il a pris de moi la valeur de mes sœurs nana Benz,il a pris de moi mon avenir,il m a réduit et détruit mon honneur.ah l erreur du passé

 26   Peuple humilié | Dimanche, 5 Mars 2017  - 21:48
  C est Le mandat pour multiplier vos soucis.
Vos n aviez pas compris.

Peuple mouton.

 25   Vérifiez Voumèm | Dimanche, 5 Mars 2017  - 19:27
  Réponse à 14-J'AI MAL PARTOUT
  concitoyen avez-vous vérifié la fable de la Fontaine citée? Le seul togolais qui a été courageux fut un certain Adokou de la CDPA qui était prêt au sacrifice suprême. Puzis silence, lui au moins il a eu l' avantage d' avoir fait au moins la gueule!
_____Revenons à nos moutons
Dixit:
"QU'APPELEZ VOUS YEUX ???"
______________
ne vous en déplaise honorable concitoyen par "yeux ouverts" je signifiais "esprit ouvert et vigilent..."
Nous ne basons pas nos vies sur des fables centenaires mais sur les réalités de l' heure.
Vous n' avez sûrement jamais mis les pieds derriére nos montagnes là où il fait bon vivre !

 24   3345 | Dimanche, 5 Mars 2017  - 18:52
  Réponse à 23-jjk
  Toi tu sais pas mettre un virgule et point à tes phrases? Wa l'ai

 23   jjk | Dimanche, 5 Mars 2017  - 18:51
  Réponse à 18-Jack Le 1
  Il faut être comme toi pour supporter un président qui après 115 ans de pouvoir n a pas de femme légitime ceux qui deviennent ministres ou qui sont ministre au Togo sont des sanguinaires ils accompagnent la mauvaise gérance le dg de la CNSS est la depuis 20 ans le dg du port autonome est la depuis 15 ans le dg de la lonato est la depuis 20 ans c est les militaires qui ont attaqués les commerçants a l aéroport et emportés 2000 000 000 fr c fa dirriger par titikpina et ceux qui incendier les 02 grands marchés du Togo
Avec tt ca il y a au Togo des idiots imbéciles qui soutiennent ce régime

 22   Ahlonko | Dimanche, 5 Mars 2017  - 17:58
  Réponse à 18-Jack Le 1
  Curse = malédiction

 21   momo le togolais | Dimanche, 5 Mars 2017  - 17:54
  Réponse à 18-Jack Le 1
  idiot

 20   Yevi | Dimanche, 5 Mars 2017  - 16:55
  Réponse à 18-Jack Le 1
  La douleur des Togolais constituera une curse à toi, à ta famille et ce jusqu' a l' éternité.

 19   J'AI MAL PARTOUT | Dimanche, 5 Mars 2017  - 16:26
  Réponse à 18-Jack Le 1
  FAIS ATTENTION

SUPPORTER SUR LE WEB UNE FAMILLE DE MAHLEUR QUI FAIT SOUFFRIR 7 MILLIONS D!HUMAIN AU TOGO PEUT NUIRE À TA VIE RÉELLE.

MALHEUR PEUT T'ARRIVER DANS TA VIE RÉELLE.

MORT SUBITE, ACCIDENT GRAVE, MALADIE INCURABLE, BRÛLER VIF, ETC....

FAIS GAFFE COMPATRIOTE

CORDIALEMENT

 18   Jack Le 1 | Dimanche, 5 Mars 2017  - 16:4
  Desertré par les investisseurs et ,pour cause de ce mot d ordre de grève le Togo se retrouva au pied de la montagne .malgré les cris d alarme des Togolais et certains pays amis,l opposition a persisté sur son plan a maintenir cette grève.les institutions internationales,la banque mondiale,la FMI,l Union européenne et certains pays européens ont infligé une sanction à l aveuglette à notre pays .voila comment l économie de notre pays a été empoignadé par les assoiffés du pouvoir. Cette bêtise humaine a donné un coup dur aux infrastructures de notre pays ,l hôtel de la paix a pris le coup,le 2 février n était pas épargné les routes sont laissées à elles pas d entretien.le peuple uni s est laissé emporté par la haine.les filles et fils ont pris le chemin de l exil ,il ne restait que les vieux et les nourrissons incapables de tenir la houe en main.pauvre pays qui jadis avait pour nom suisse d Afrique,.Dieu qui a le cœur d un père,a écouté la prière et le cri des ses enfants pour nous redonner tout ce que l ennemi a pris.Faure dors en paix car Dieu a dit tout ceux qui sont avec Israël 🇮🇱 seront béni,je sais vous allez surprendre le monde et les togolais



 17   Kozah Nostra | Dimanche, 5 Mars 2017  - 15:56
  TOGOLAIS, PROFITONS DE CE CHAOS SOCIAL (issu du "MANDAT PILLAGE") pour chasser definitivement du Togo la Kozah Nostra, cette Mafia togolaise des mangeurs de ch.ien qui pu.ent de la gue.ule dirigee par LE parrain FAURE (Al Capone) GNASSINGBE!!! A bas la Kozah Nostra!!!

 16   J'AI MAL PARTOUT | Dimanche, 5 Mars 2017  - 15:47
  Réponse à 13-Ba Gouda
  DIXIT
Quel est ce peuple qui vit dans une misère impitoyable et a peur de se sacrifier pour
retrouver la vie, la dignité, le droit, l' amour et l' avenir des enfants?
Quel est ce peuple qui témoigne tous les toujours le gaspillage, corruption aux yeux ouverts, des conférences bidons qui engloutissent des milliards et au même moment, les mêmes gouvernants refusent de reconnaître les réclamations légitimes des enseignants, ceux la même qui doit former vos enfants à un avenir serein?

CE PEUPLE EST CELUI À QUI T'ENVOIE DES WESTERNS UNIONS POUR FAIRE TON GRAND QUELQU'UN.

POUR QU'ON VOIT QUE T'ES UNE RÉUSSITE EN OCCIDENT.

POUR DIRE QUE TU ES DEVENU TRÈS RICHE EN OCCIDENT.

ARRÊTES TES WESTERNS UNIONS ET TU VERRAS AVEC QUEL VITESSE LES TENANTS DU DÉSORDRE FUIRONT SANS LAISSER D'ADRESSE DANS LEUR CAVEAU FAMILIALE À PYA BAS.

CORDIALEMENT 😘 😘 😘 COMPATRIOTE

👋 👋 👋 Bye-bye


 15   Ba Gouda | Dimanche, 5 Mars 2017  - 15:27
  Absolument, le peuple Togolais est un peuple con et con, faible, incapable, fainéant bref, peureux.
L' adage "la vie dure et misérable vaut que la mort" nuit l' intelligence de ce peuple.
L' autre adage imbécile est " ca arrivera" en ewe, "elavagno"

Du nord au sud, de l' est à l' ouest, ce peuple dans sa forme homogène préfère la misère à la liberté, incapable de penser à long terme, ce peuple s' est condamné à la misère.
En gros, les teneurs du pouvoir ont compris cela et mène la scène en leur faveur, car ce qui se passe au Togo ne se passera jamais dans un autre de l' Afrique avant même les éléments de l' armées mettent fin à cala.
Quel est ce peuple qui vit dans une misère impitoyable et a peur de se sacrifier pour retrouver la vie, la dignité, le droit, l' amour et l' avenir des enfants?
Quel est ce peuple qui témoigne tous les toujours le gaspillage, corruption aux yeux ouverts, des conférences bidons qui engloutissent des milliards et au même moment, les mêmes gouvernants refusent de reconnaître les réclamations légitimes des enseignants, ceux la même qui doivent former vos enfants à un avenir serein?

Une mobilisation générale illimitée suivit par des sacrifices Humains, Faure et ses voyous compagnies ne resteront pas au pouvoir.
Les militaires vont tuer mais ils ne tueront pas tout un peuple.

 14   J'AI MAL PARTOUT | Dimanche, 5 Mars 2017  - 15:24
  Réponse à 12-Vérifiez Voumèm
  DONC, VOUS, VOUS AVEZ LES YEUX OUVERTS DERRIÈRE VOS MONTAGNES????

NON SÉRIEUX

LE TOGO MEURTRIE QUE NOUS SUBISSOBS TOUS, VOUS AVEZ LES YEUX OUVERTS VOUS PEUPLE DERRIÈRE LA MONTAGNE ????

MA PAROLE

QU'APPELEZ VOUS YEUX ???

J'AI PEUR QUE NOUS NE PARLONS PAS DE LA MÊME CHOSE.

JE SAIS QUE POUR VOUS PEUPLE DERRIÈRE LA MONTAGNE ; YEUX =ANUS, 🐶 = 🐑, ÉTRANGERS = PATRONS, LIBANAIS = SUÈDOIS, AVIATION = AÉROGARE, FILLES MÉTIS = ANGES DESCENDUS DU CIEL, LA LISTE 📃 EST LONGUE.

HOOOOOOOOOOOOO NAMI

J'AI MAL PARTOUT

 13   Ba Gouda | Dimanche, 5 Mars 2017  - 15:23
  Absolument, le peuple est un peuple con et con, faible, incapable, fainéant bref, peureux.
L' adage "la vie dure et misérable vaut que la mort" nuit l' intelligence de ce peuple.
L' autre adage imbécile est " ca arrivera" en ewe, "elavagno"

Du nord au sud, de l' est à l' ouest, ce peuple dans sa forme homogène préfère la misère à la liberté, incapable de penser à long terme, ce peuple s' est condamné à la misère.
En gros, les teneurs du pouvoir ont compris cela et mène la scène en leur faveur, car ce qui se passe au Togo ne se passera jamais dans un autre de l' Afrique avant même les éléments de l' armées mettent fin à cala.
Quel est ce peuple qui vit dans une misère impitoyable et a peur de se sacrifier pour retrouver la vie, la dignité, le droit, l' amour et l' avenir des enfants?
Quel est ce peuple qui témoigne tous les toujours le gaspillage, corruption aux yeux ouverts, des conférences bidons qui engloutissent des milliards et au même moment, les mêmes gouvernants refusent de reconnaître les réclamations légitimes des enseignants, ceux la même qui doit former vos enfants à un avenir serein?

Une mobilisation générale illimitée suivit par des sacrifices Humains, Faure et ses voyous compagnies ne resteront pas au pouvoir.
Les militaires vont tuer mais ils ne tueront pas tout un peuple.

 12   Vérifiez Voumèm | Dimanche, 5 Mars 2017  - 14:57
  Dixit:
"POURQUOI VOUS NE MOUREZ PAS ALORS DERRIÈRE VOS MONTAGNES ???"
---------------------
au lieu de mourrir derrières nos montagnes nous nous sommes donné comme mission de venir généreusement ouvrir les yeux á nos concitoyens qui ont plagié La Fontaine " Plutôt souffrir que mourir..."
C'est la moralité de la fable " La mort et le bûcheron". Cherchez sur internet et vous trouverez...

 11   Anous Dessavoir | Dimanche, 5 Mars 2017  - 14:44
  Réponse à 1-Franck
  Dixit:
" Faure ne nous écoutera pas il sait ce qu'il fait il n'a jamais ete pitoyable..."
_____________________
pitoyable?
Ce mot dérive de "pitié" comme nous le savons.
Voulons des droits ou voulons des avantages relevant de la pitié ?

 10   AIE Ayih | Dimanche, 5 Mars 2017  - 14:40
  Réponse à 8-Jack Le 1
  as-tu déj`entendu ceci " chacun son tour chez le barbier..."
Leur tour viendra, le mien viendra et le tien ?
C'est sûr il viendra aussi.

 9   Ba Gouta | Dimanche, 5 Mars 2017  - 14:30
  Réponse à 8-Jack Le 1
  Aucune intelligence, vous n' êtes que des ennemis du peuple.
Comme aucun système ne perdure éternellement, votre tour viendra même si cela doit prendre encore plusieurs années, mais ce qui est certain votre tour de fin viendra, mais cela très douloureux pour vous, c' est l' histoire Humaine.

Si tu penses que investir plus de 20 milliards dans une pourie de conférence maritime qui n' a rien apporté aux Togolais et qu' il est normal de refuser la réclamation des enseignants et donc tu es plus bêtes que les animaux.

 8   Jack Le 1 | Dimanche, 5 Mars 2017  - 12:51
  Les foctionnaires sont payés ou pas ? Oui ils sont payés mais ceux ci veulent une condition de vie meilleure .et bien laissez moi vous dire que c est le travail libert l homme.je reviens sur un mal qu aucun pays au monde n avait jamais connu ,ou expérimenté la grève générale illimitée .et bien cher citoyen voilà le prix que les togolais continuent de payer depuis fin 92 jusqu au nos jours .ce mot d ordre a empoisonné la vie des togolais ,.ici pour remercier les efforts de son excellence faure qui après un traivail bien fait du père de la nation le respecté Eyadema ,essaie de poser les jalons pour ramener le Togo où il était .nous continuons de demander la protection divine pour qu il puisse finir ce qu il a commencé amen

 7   J'AI MAL PARTOUT | Dimanche, 5 Mars 2017  - 12:42
  Réponse à 5-GNAROU
  POURQUOI VOUS NE MOUREZ PAS ALORS DERRIÈRE VOS MONTAGNES ???

VOUS NOUS ACCUSEZ DE PEUREUX ALORS QUE VOUS ÊTES VOUS DES LÂCHES QUI PROFITENT DU CADAVRE DE LA TERRE DE VOS AÏEUX DEPUIS 50 ANS.

VOUS QUI AVEZ DES FACILES ALLER-RETOUR À LOME 2, VOUS QUI AVEZ LES MOYENS MILITAIRES, FINANCIERS ET CONNAISSANCES PLANETAIRES........ POURQUOI VOUS NE FAITES PAS LE BOULOT ????

LE PROBLÈME TOGOLAIS N'EST PLUS UN PROBLÈME DE STRATÉGIE POUR VOUS.

C'EST JUSTE UN PROBLÈME DE COURAGE.

COURAGE QUE VOUS N'AVEZ PAS.

QUE DES LÂCHES

PAR CONTRE, LES PETITES FILLES DE LOMÉ QUI SE PROSTITUENT POUR LEURS PAINS QUOTIDIENS..... ET PAYER LES ORDONNANCE DE LEURS PERES MALADES.......... LÀ, VOUS AVEZ LE COURAGE DE COUCHER AVEC ELLES.

LÀ, LE COURAGE EST LÀ. IL VOUS EXCITE ET VOUS COUCHEZ AVEC CES FILLES MALHEUREUSES ET SOUFFRANTES.

MA PAROLE

J'AI LA NAUSÉE

MERDE

J'AI RÉELLEMENT LA NAUSÉE.

J'AI MAL PARTOUT



 6   KASSANDA | Dimanche, 5 Mars 2017  - 12:35
  Réponse à 5-GNAROU
  Gnarou ministre ou député c'est un travail ??
Il a travaillé où ce bonhomme au sourire carnassier ?
Un boulot où tu dois mettre du carburant dans ta caisse pour aller pointer à l'heure.
Arrivée à 9h partir à 18h.
Travailler quoi comme Monsieur et Madame tout le monde.
Il saura que avec 35000 francs CFA par mois on ne peut pas faire un plein manger et s'habiller convenablement au Togo.


 5   GNAROU | Dimanche, 5 Mars 2017  - 10:52
  Réponse à 4-J'AI MAL PARTOUT
  Un tel proverbe est possible pour un peuple predestiné á l'esclavage !!!

"AGBÉ BADA ÑOWU EKU" quelle bassesse d'esprit !!

L'esclave a deux choix : souffrir ou mourir !!

On entendrait jamais ce proverbe derriere nos montagnes!! On prefere mourir !🆘

 4   J'AI MAL PARTOUT | Dimanche, 5 Mars 2017  - 10:36
  Réponse à 2-KASSANDA
  DÉGAGER DE LUI MÊME..... NON

FARIDA A LE VERBE FACILE ET ELLE PARLE, S'ÉNERVE, DÉNONCE EXCLUSIVEMENT SUR LE WEB.

FARIDA VA CONTINUER AINSI JUSQU'AU JOUR OÙ LES GNASSDOLLARDS VONT LA GILCHRISTER.

AINSI VA LE GNASSLAND


TANT QUE LE PEUPLE 🐑 🐑 🐑 🐑 🐑 🐑 NE DÉCIDERA D'EN FINIR AVEC SA VIE MISÉRABLE, CE SOURIRE carnassier RESTERA.

SEULEMENT VOILÀ et J'AI MAL PARTOUT.

UN PROVERBE NATIONALE DIT JE CITE : agbé badãã gno wou kou

TRADUCTION

UNE VIE MISÉRABLE VAUT MIEUX QUE LA MORT 💀.

MA PAROLE.

UNE HISTOIRE DE NÉGROS QUOI !!!!!


TU SAIS KOI

JE VIS SUR LA TERRE DE NOS AILLEURS LOIN DE LA TERRE DE NOS AÏEUX,

ET JE SUIS TRÈS HEUREUX AVEC UN SOURIRE carnassier.

😁 😁 😁 😁 😁 😁


👋 👋 👋 Bye-bye

 3   GNAROU | Dimanche, 5 Mars 2017  - 10:20
  Réponse à 2-KASSANDA
  Et FARIDA elle -meme a deja travaillé où ?? A part squatter les reseaux sociaux ou eventuellement se prostituer.... !!

Ministre, deputé, et on dit de quelqu'un qu'il n"a jamais travaillé ??

 2   KASSANDA | Dimanche, 5 Mars 2017  - 9:35
  Pourquoi vous exhibez ce sourire carnassier ?
Un sourire qui contraste avec la réalité des togolais.Ce Monsieur qui comme dit Farida n'a jamais travaillé de sa vie n'a jamais payé le carburant de sa poche peut se permettre d'augmenter indéfiniment le prix du carburant. Il ne connait pas l'effet que ça fait.
Aucune personne de son entourage immédiat ne sera impacté.

Personne n'a le droit d'être dans une situation inamovible et sans résultat surtout.
Une sorte de toi fainéant.
Ce monsieur doit dégager.

 1   Franck | Dimanche, 5 Mars 2017  - 8:51
  Bien dit seulement nos détracteurs seront là pour nous faire signifier que cette situation n'est pas vraisemblable du togo et vous dites ailleurs ici c'est le togo où les togolais aiment la misère c'est leur fortune, leur richesse sinon Faure ne nous écoutera pas il sait ce qu'il fait il n'a jamais ete pitoyable ainsi que son entourage et son gouvernement,allez y comprendre pourquoi il arrive souvent d'emprisonner un frère consanguin


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Commparer pour le meilleur pret auto| | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
Serrurier Paris 6| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com