L O M É  L I V E S  H E R E !
1
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo L’ANC ne fait pas confiance en la Haute autorité contre la corruption


politique

iciLome | | 3 Commentaires |Imprimer Lu : 2064 fois

Par décret pris en Conseil des ministres le mardi 3 janvier dernier, Faure Gnassingbé a nommé les membres de la Haute autorité pour la lutte contre la corruption et les infractions assimilées. Une commission qui n’inspire pas confiance à l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Devant la presse hier, les responsables de ce parti ont indiqué que la lutte contre la corruption au Togo ne réside pas dans la création des commissions. Il y avait eu des commissions de ce genre, mais la corruption est toujours restée au mieux de sa forme dans le pays. Elle est même érigée en mode de gouvernance.

"Cette commission avait existé sous d’autres formes par le passé. Si ces fameuses commissions avaient été efficaces, on aurait certainement résolu le problème de corruption au Togo", a déclaré le chef de file de l’opposition.

Pour lui, la lutte contre la corruption est d’abord une question de respect des dispositions prévues par la loi fondamentale togolaise. « Si le chef de l’Etat se soumet à la constitution qui l’oblige à déclarer ses biens, si les autorités togolaises ne montraient pas que leur préoccupation, c’est de faire des affaires, si elles ne sont pas actionnaires dans telle ou telle société, le citoyen ordinaire ne se sentirait pas des ailes pour, lui aussi, chercher à s’enrichir malhonnêtement », a-t-il souligné, avant d’insister : « La première étape de la lutte contre la corruption est le respect de la loi ».

Le président de l’ANC ne trouve pas d’inconvénient à ce que des Togolais soient actionnaires dans les sociétés. Mais, même si la loi ne l’interdit pas, le bon sens n’admet pas que des autorités politiques et administratives se retrouvent actionnaires dans ces sociétés qui sont tout le temps accusées de corruption.

« Je ne dis pas qu’être actionnaire est une mauvaise chose. Mais être actionnaire aux côtés de l’Etat, c’est-à-dire l’Etat est actionnaire dans une société en même temps qu’une autorité (…). Je donne l’exemple de la société Servair qui se retrouve dans la société SALT. Comment les Gnassingbé, Boukpéssi, Walla peuvent être actionnaire dans la SALT, et pire, le directeur de la SALT est lui-même actionnaire de Servair aux côtés de la SALT ? Après ça, on vient me parler de commission de lutte contre la corruption ? », S’est-il indigné.

Au regard de tout cela, l’ANC ne croit pas en la capacité de cette commission pour lutter efficacement contre la corruption au Togo. Tous les ingrédients sont réunis pour freiner l’élan de cette commission, à en croire les responsables de ce parti.

I.K



Autres titres

Togo le fils de gnassingbé eyadéma continue le culte de son père à kara 
Togo un pays sous haute tension 
Togo le message de me yawovi agboyibo au « seigneur » et à faure gnassingbé 
Plus de nouvelles




 3   Abladjo | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 13:20
  Morceaux choisis du dernier discours de Barack Obama en tant que president des USA.

Ce soir, mon tour est venu de vous remercier. Que nous ayons eu des conversations les yeux dans les yeux ou que nous nous soyons seulement croisés ces dernières années, mes discussions avec vous – dans les écoles, dans les exploitations agricoles, dans les usines, sur les avant-postes militaires éloignés, ces rencontres m'ont permis de rester honnête. Elles m'ont inspiré. Chaque jour, grâce à vous, j'ai appris.
Et grâce à vous, j'ai été un meilleur président et un homme meilleur.

C'est à cette époque que j'ai appris que, pour changer les choses, il fallait que les gens ordinaires s'impliquent et qu'ils s'engagent. Après huit ans comme président, je le crois encore. Et ce n'est pas seulement ma conviction. C'est le cœur battant de l'idée américaine : nous sommes tous égaux, notre créateur nous a donné des droits et des devoirs : la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. C'est grâce à cela, grâce à notre démocratie, que nous pouvons former une union plus parfaite.
Depuis 240 ans, notre nation a procuré du travail à chaque génération. C'est ce qui nous a amenés à choisir la démocratie contre la tyrannie, ce qui a encouragé les pionniers à parcourir le Grand Ouest de notre continent, c'est ce qui a encouragé les esclaves à choisir la liberté. C'est cette idée qui nous permet de dire que l'Amérique est exceptionnelle. Non que notre nation ait été impeccable dès le début, mais nous avons fait de notre mieux pour améliorer la vie des générations suivantes.La démocratie n'est pas facile à entretenir. Elle avance de deux pas pour reculer ensuite. Mais, sur son long chemin, l'Amérique a toujours été vers l'avant. Et notre pays a toujours eu les bras grands ouverts pour accueillir tout le monde et ne laisser personne au bord de la route.

Dans 10 jours, le monde sera témoin de notre démocratie. Il verra le transfert pacifique du pouvoir d'un président librement élu à l'autre. Je me suis engagé envers le président élu Trump à ce que mon administration assure la transition la plus douce possible, tout comme le président Bush l'a fait pour moi. Parce que c'est à nous tous de nous assurer que le gouvernement est le mieux préparé à affronter les nombreux défis que le pays doit affronter.Mais ce potentiel ne peut se réaliser que si notre démocratie fonctionne bien et si notre politique reste décente.
Ce n'est que si nous tous, indépendamment de nos convictions politiques ou des intérêts particuliers, nous travaillons ensemble que nous pourrons répondre aux défis du pays.

Ce sur quoi je veux mettre l'accent ce soir, c'est l'état de notre démocratie. Il ne s'agit pas de marcher au pas dans la même direction. Nos fondateurs se sont querellés, et finalement ils se sont mis d'accord autour d'un objectif commun. Ils s'attendaient à ce que nous fassions de même. Ils savaient que la démocratie exige un sentiment de solidarité. Ils avaient imaginé qu'avec toutes nos différences, nous nous lèverions comme un seul pour aller dans la même direction. La façon dont nous relèverons ces défis déterminera notre capacité à éduquer nos enfants, à créer de bons emplois et à protéger notre patrie. En d'autres termes, notre avenir.
Notre démocratie ne fonctionnera pas sans le sentiment que tout le monde a des opportunités économiques. Et la bonne nouvelle, c'est qu'aujourd'hui l'économie se renforce. Les salaires, les revenus, l'épargne et les retraites progressent et la pauvreté recule.
Parce que, après tout, c'est la raison pour laquelle nous avons choisi de servir la communauté : pour améliorer la vie des gens.

Malgré tous les progrès que nous avons réalisés, nous savons que ce n'est pas suffisant. Notre économie ne fonctionne pas bien lorsque quelques-uns prospèrent davantage que la classe moyenne. Et que, derrière, beaucoup ne peuvent rejoindre cette classe moyenne.

Les inégalités flagrantes sont dangereuses pour la démocratie.

Nous pouvons discuter de la meilleure façon d'atteindre ces objectifs. Mais nous ne pouvons pas être complaisants sur les objectifs eux-mêmes. Car si nous ne créons pas d'opportunité pour tous, la désaffection et la division bloqueront nos progrès.
Indépendamment de la position que nous occupons, nous devons tous faire des efforts. Nous devons tous considérer que chaque concitoyen aime ce pays tout autant que nous ; qu'il aime son travail et sa famille autant que nous. Et que leurs enfants sont aussi dignes d'espoir que les nôtres.

Ce n'est pas facile. Pour beaucoup d'entre nous, il est devenu plus sûr de se retirer dans nos propres bulles, que ce soit dans nos quartiers, dans les collèges, dans les lieux de culte ou surtout dans nos médias sociaux, entourés de gens qui nous ressemblent et partagent la même vision politique. Et ne contestent jamais nos hypothèses. Cela nous pousse à ne plus faire confiance à l'information vérifiée lorsqu'elle challenge nos convictions.
Et cette tendance représente une troisième menace pour notre démocratie. La politique est une bataille d'idées. C'est ainsi que notre démocratie a été conçue. Mais sans une base commune de faits, vérifiés et incontestables, il est impossible de débattre sereinement. Et de trouver un compromis.
Comment excuser les défaillances éthiques dans notre propre parti en attaquant l'autre camp ? Ce n'est pas seulement malhonnête. C'est suicidaire. La réalité triomphe toujours.

Dans son discours d'adieu, George Washington écrivait que la rigueur des gouvernements était le fondement de notre sécurité, de notre prospérité et de notre liberté, mais que l'action gouvernementale nécessitait un consensus.

Permettez-moi de vous dire, et c'est un message à cette génération qui vient – elle est altruiste, créative, patriotique –, que vous avez raison de croire en une Amérique juste. Vous êtes les gardiens de cette démocratie. Et grâce à vous, je sais que l'avenir du pays est entre de bonnes mains.
Mes chers compatriotes américains, ce fut le plus grand honneur de ma vie de vous servir. Je ne m'arrêterai pas. Je serai là avec vous, en tant que citoyen, pour le reste de ma vie. Je n'ai qu'une dernière demande en tant que président, que votre président : je vous demande de croire. De croire en vous. Croyez dans notre Constitution. Croyez dans l'idée chuchotée par les esclaves et les abolitionnistes, croyez dans les rêves des immigrants qui arrivent ici, croyez dans ceux qui aiment la justice. Croyez en ceux qui ont planté le drapeau de la démocratie et chassé la tyrannie, croyez dans ce drapeau planté sur la Lune. L'histoire de l'Amérique n'est pas écrite.

Oui, nous pouvons. Yes ! We can ! Yes, we can ! Yes, we can ! Merci. Merci. Que Dieu bénisse l'Amérique.

Merci !

 2   aglanvi70 | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 13:12
  J'invite tous les togolais a mediter sur cette citation du President Obama: " 'change only happens when ordinary people get involved and they get engaged and they come together to demand it' "

Merci

 1   NEVA | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 12:19
  Peut-il dire autre chose, quand on sait que lui aussi n'est pas blanc comme neige dans la corruption


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Commparer pour le meilleur pret auto| | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
Serrurier Paris 6| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com