Vous etes sur la version ARCHIVES. Cliquez ici pour afficher la nouvelle version de iciLome.com
 5:04:37 AM Jeudi, 29 Juillet 2021 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 


Covid-19: SANOFI pharmaceutique fait don de 2700 boites d’hydroxychloroquine au ministère de la Santé

Burkina-Faso - Sante
Le ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho, a reçu des boîtes de médicaments composées uniquement d’hydroxychloroquine. Le don a été fait par SANOFI pharmaceutique, le lundi 27 avril 2020 sur le site de la CAMEG sis dans la ZAD.
En recevant ces boîtes de comprimés d’hydroxychloroquine, le ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho, a été pragmatique avec son staff. « Je vous confie ces médicaments pour le peuple burkinabè et je souhaite que ces médicaments servent dans le traitement de la COVID-19 », dixit Madame Lougué avant de remettre l’échantillon à la directrice générale de la CAMEG et au directeur général de l’Offre des soins. Ce don est essentiellement composé de 2700 boites de 30 comprimés chacune.

Selon Pr Lougué/Sorgho, depuis que le Burkina Faso a adopté le protocole de traitement à l’hydroxychloroquine et a fait appel à SANOFI, le produit était disponibilisé mais à cause de la fermeture des frontières il fallait trouver une solution pour que les produits les parviennent. Aujourd’hui, les produits sont là et nous disons encore merci à SANOFI. « Ce don va nous permettre de continuer la prise en charge de nos patients et de poursuivre nos recherches », a souligné le ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho. Ce don a été fait dans un cadre tout à fait légale selon Nana Kilo Tidiane Ouattara, Directeur pays de SANOFI.

Pour lui, la structure dont il représente a répondu à une demande émanant des autorités du Burkina Faso. « Comme vous le savez, l’Etat du Burkina Faso a décidé d’inclure hydroxychloroquine dans son protocole de prise en charge de la COVID-19. C’est dans ce cadre que SANOFI a respecté son engagement en envoyant ces médicaments dont le coût n’est pas nécessaire dans la transmission mais plutôt la valeur du geste », a-t-il renchéri.


DCPM/Santé