Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 10:03:05 PM Mercredi, 14 Novembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Pourquoi je ne marcherai pas Samedi


opinions

iciLome | | 12 Commentaires |Imprimer Lu : 1899 fois


Il paraît que la coalition de l´opposition organise une marche Samedi prochain à Lomé et dans toutes les villes de l´intérieur. Normalement je suis un partisan des actions de protestation, marches, sittings ou autres, contre un pouvoir de dictature pour l´obliger à plier. Mais à un moment donné de la lutte et vu certaines circonstances, je peux me permettre de me poser certaines questions en doutant du bien-fondé des actes qu´on me demande de poser. Ici et aujourd´hui il s´agit de la méthode et de la stratégie avec lesquelles la lutte doit être menée en tenant compte de l´état du terrain sur lequel nous évoluons. Est-il opportun de marcher pour marcher? Doit-on marcher pour faire sensation ou pour engrager des résultats?

Je ne marcherai pas Samedi et voici mes raisons:

Le rôle d´un leader politique est de montrer la voie à la grande masse, car il est supposé avoir un certain niveau et surtout un bagage d´expérience politique qui lui permet de pouvoir jauger le pour et le contre afin de prendre la décision qui s´impose en cas de crise. Les populations attendent beaucoup des chefs politiques qui doivent convaincre par des arguments plausibles en expliquant pourquoi ils penchent plutôt pour une démarche et pas pour une autre. Les masses tendent à être impatientes et incontrôlables, à vouloir tout tout de suite, surtout en période de crise comme c´est le cas actuellement au Togo. Les convaincre et canaliser les énergies n´est pas chose facile; et c´est ici que les leaders politiques jouent leur rôle, c´est pourquoi ils sont là. Alors les populations sont dans leur droit de vouloir rapidement en découdre avec le dictateur, mais leurs chefs à qui elles font confiance, sont ceux qui doivent convaincre en proposant les méthodes et le moment de leur application. Donc on ne manifeste pas pour faire sensation, pour plaire, mais pour avoir des résultats.

Les itinéraires des dernières marches, surtout celles de Togo-Debout Samedi dernier, avaient été dictés par le pouvoir. Les marches ainsi confinées dans des quartiers périphériques, n´ont aucun impact sur le régime. Une manifestation est organisée pour se faire remarquer et faire mal en bloquant les principales artères et non pour faire plaisir au pouvoir qui se frotte les mains d´avoir réussi à renvoyer les marches des opposants dans des quartiers insignifiants.

La décision de marcher Samedi prochain avait été prise à la fin de la marche la semaine passée, et nous savons tous que les leaders de la C14 s´étaient envolés tout juste après sur Konakry pour une réunion du Comité de suivi de la CEDEAO en présence d´un des deux facilitateurs. Pourquoi ne pas attendre les résultats de Konakry avant toute décision?
Les populations togolaises ne doivent pas avoir la mémoire courte et doivent se rappeler des marches du FRAC au lendemain de l´élection présidentielle de 2010. Les togolais avaient battu le pavé en se rendant à la plage pendant cinq bonnes années sans résultats; déçus, beaucoup avaient dû se détourner de la politique jusqu´au 19 Août 2017. Je crains que les marches, ainsi organisées selon les desiderata du régime, ne finissent banalisées comme de 2010 à 2015. Ou certains jouent-ils le jeu du pouvoir et veulent voir les revendications du peuple s´étioler comme une peau de chagrin? Nous n´ avons pas le droit de faire perdre à la population le goût des manifestations en les organisant sans avoir pris le temps de choisir le meilleur moment.

Enfin ma dernière raison est celle liée à la sécurité des togolais. Ce qui se passe aujourd´hui à Tchaoudjo avec des militaires qui jouent au Rambo avec des armes de guerre face aux populations civiles aux mains nues, peut se passer à Kpalimé, à Kara, à Aného etc... C´est le problème de l´armée dans son ensemble qu´il faut chercher à résoudre en initiant une diplomatie discrète auprès des chefs d´état de la sous-région au lieu de perdre notre temps à nous quereller pour des marches organisées dans la précipitation.

En attendant d´écouter les résultats de Konakry et de voir jusqu´où la CEDEAO ira dans son comportement à notre encontre, je ne marcherai pas Samedi prochain.

Samari Tchadjobo


L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
Allemagne



Autres titres

Togo fin de récréation avec la cedeao. le peuple doit se réapproprier son combat 
Togo tragi-comique illusion pour un héritier 
Togo opposition togolaise : 7 millions de conseillers, un angle mort 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 12   ana | Mercredi, 14 Novembre 2018  - 4:28
  Quand l'ethnicisme ou le regionalisme inhibe ou altere nos capacites intellectuelles et nous rend bete. Parce que je suis de la meme region qu'un leader politique, je dois obligatoirement suivre ce qu'il dit.
Maintenant Tikpi a fait une sortie et dit qu'il n'est pas contre les marches.
Maintenant, l'auteur va reconsiderer sa position.
Maintenant, il va marcher le Samedi.
Deguelasse
CHUAN!

 11   Barnabé | Mardi, 13 Novembre 2018  - 21:59
  Tu es trop gros pour faire un kilomètre à pied. Donc ne nous emerde avec tes aneries et ton incoherence mentale. Moi, je marche et je prendrai la forteresse de Lomé 2 d'ici la fin de la semaine. Helouuuuuu loooo.

 10   TOGOLAIS | Lundi, 12 Novembre 2018  - 17:46
  Toi même tu es problème. N'est ce pas toi qui dénonçais le racisme des gens du sud au sein de la c14 lorqu'un journal avait illustré sa page de garde avec les images de 3 dirigents de la c14 sans la photo de celui de PNP qui était kotokoli????

 9   Clement GAVI | Lundi, 12 Novembre 2018  - 5:22
  Du n'importe quoi!

Il est completement absurde l'idée qu'il y a des quartiers insignifiants, car dans ces quartiers résident des Togolais, des êtres humains.
La coalition a raison d'appeler à des manifestations. Ces manifestations ont un contenu informationnel même si elles se déroulent dans des quartiers périphériques. Ces quartiers font parti du territoire. Ces manifestations apportent un poids à la position de la Coalition.

Le PNP devient perturbateur de la cohésion de la coalition. Si le PNP a fait librement le choix d'adhérer à la Coalition il s'engage à se soumettre à la vision, aux méthodes, etc de la Coalition.

Il faut avoir le courage de ses convictions. Si l'on ne partage pas la vision, etc de quelque chose on s'en éloigne, mais lorsqu'on adhère on est obligé de faire sienne la vision, les méthodes, etc de cette coalition.

Le PNP nous fatigue. Personne n'a forcé le PNP à adhérer à la Coalition, s'il s'est trompé il ne lui reste qu'à retirer son adhésion.

 8   Honte | Dimanche, 11 Novembre 2018  - 14:45
  Bonsoir Samari,

Votre réponse n'est pas convaincante, car vous intervenez ici plutôt en tant que membre actif du PNP et faites aussi la publicité de votre parti.
Si vous affirmez le contraire, alors vous n'êtes pas un journaliste professionnel ou tout au plus un "journaliste affidé au PNP."
Ceci est à mettre à votre crédit dans tous les cas.

Là où on ne vous comprend pas, c'est votre volonté constante de défendre la désolidarité du PNP aux actions des autres partis et votre volonté claire de saboter publiquement les mêmes actions.
Que le PNP ne trouve pas opportun la marche, qu'il reste à la maison et laisser les autres marcher. Il n'y a aucune raison que vous veniez dire aux autres de ne pas la faire.
Par ailleurs, en démocratie, c'est la voix de la majorité qui l'emporte. Cela veut dire que même si vous n'acceptez pas la position des autres, vous êtes obligés de vous y plier du moment où elle est majoritaire. Vous le dites bien en relevant le parallèle avec les divergences d'opinions dans un parti. Mais vous dites une chose et en même temps son contraire, car du moment où une opinion émerge dans cette divergence, c'est elle qui est portée par tous. Pourquoi alors le PNP ne se plie-t-il pas à cette règle?

Honte!

 7   Samari Tchadjobo | Samedi, 10 Novembre 2018  - 18:1
  Réponse à 5-Togotogo
 
Bonsoir cher Professeur!!!
Tout d'abord je suis très touché et révolté par ce crime sur votre frère qui vous a fait quitter le pays. Mais souffrez, grand-frère, que je ne sois pas d'accord avec votre point de vue qui veuille qu'on on ne critique pas son propre camp. On ne critique pas son parti politique en public, mais en interne, certes; mais ici il s'agit d'une coalition de l'opposition et il s'agit de savoir quelle stratégie adopter pour que la lutte aboutisse. Et pour ma part, étant dans la diaspora, je ne suis pas un acteur direct au sein de la C14 et je crois et j'espère que les togolais de l'étranger ont aussi le droit d'avoir leurs points de vue et de les exprimer, et c'est ce que je fais de temps en temps et c'est ce que je continuerai à faire. Je ne crois pas que donner son point de vue à travers des articles en appelant un chat un chat, sans insulter ni minimiser personne, fasse mal à la lutte. Au contraire égratigner de temps en temps l'opposition en en critiquant la méthode doit faire réfléchir pour pouvoir améliorer les choses. Que pensez-vous alors du comportement des journalistes togolais, supposés proches de l'opposition et qui critiquent aussi la stratégie de cette même opposition?
Par ma formation je suis enseignant et journaliste et j'écris de mon prisme d'observateur et de démocrate togolais sympahisant de l'opposition. Ne dit-on pas, "qui aime bien, châtie bien?"
Bonsoir à vous mon Professeur!!!!

 6   Nyawo | Samedi, 10 Novembre 2018  - 13:16
  Quand notre compatriote a écrit un articile pour faire l'apologie de certains activistes de son ethnie et surtout ramener la lutte togolaise à la marche du 19.08, je l'ai invité humblement à l'évitement de la suffisance dans laquelle se sont vautrés d'autres avant le PNP. Je l'ai aussi humblement inviter à l'évitement de la culture de l'ethncisme.
Puis, il a sorti un autre article dans lequel il critique l'ANC. Je l'ai encore appelé à la retenue bien que depuis 30 ans, je sois parmi des rares personnes qui s'opposent ouvertement aux stratégies de l'opposition institutionnelle bien avant mon pauvre Tcha qui ouvre les yeux aujourd'hui tout simplement parce qu'il fait partie du PNP.
Malheureusement, il a continué dans sa dérive publique.
"Démocratie d'abord, multipartisme ensuite" c'est la phrase la plus intelligente qu'un homme politique ait jamais prononcée au Togo.
J'appelle PNP à la méditation politique de cette phrase.


En passant, il un certain "Nyawo" qui usurpe mon nom sur ce site. J'en appelle à sa hauteur d'esprit.

 5   Togotogo | Vendredi, 9 Novembre 2018  - 22:57
  Mon cher frère Samari Tchadjobo,

C'est un vieux Monsieur de 72 ans qui souhaite vous parler. Ancien professeur de l'université de Lomé, j'ai dû quitter mon pays parce que mon frère ainé a été assasiné à coups de feu par les soldats du régime. je sais donc de quoi je parle et surtout je connais la volonté de cette dictature de profiter de toutes les maladresses de l'opposition pour prendre le dessus. Dans une action de groupe, il n'y a rien de plus dangereux que de critiquer son propre camp dans la presse. Qu'obtenez-vous en posant de tels actes? La division dans votre propre camp. Est-ce ce que vous recherchez? Vous ne voulez pas marcher, eh bien personne ne vous y force! Restez donc chez vous.

 4   Môlidaw | Mercredi, 7 Novembre 2018  - 20:29
  Réponse à 1-JO
  Jo le PNP ne discute pas avec le regime
On ne va pas marche par ce quil faut marche

 3   Edem224 | Mercredi, 7 Novembre 2018  - 11:7
  je ne suis pas d'avis avec la diplomatie discrete car aucun chef d'etat d'un autre pays de la CEDEAO ne cautionerai pas des turbulances dans un etat de l'organisation selon leur reglement stupide c'est qui l'organisation a etre discredite aupres de tout le peuple de la region. Ils sont tous des bandits a col blanc et en plus hypocrites et lachent. Ils le savent tous et jouent a l'ignorant. Nous ne pouvons pas compte sur ce syndicat qui cause des troubles et souhaite intervenir " comme les ONG importees" puis nous tendent des factures lourdes que nous payerons dans 4 generations.

La bonne question a repondre: Sommes nous pret a payer le prix de la liberte pour nos future generations?
LANCE PIERRE CONTRE AK-47, ARMES DE GUERRE

Ma solution: allons tout droit au but. La liberation ne viendra que de l'interieur. Que les leaders de l'opposition ne nous retarde pas pour l'alternance polique.

Il faut enpecher les institutions etatique dans leur decision ecerveler et irresponsable.

ACTION DU MOUTON, REACTION DU BERGER

VIVE LA LIBERTE !!!
VIVE LE TOGO MA PATRIE !!!

VIVE L'ALTERNANCE AU TOGO.



TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com