Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 9:48:53 PM Mercredi, 14 Novembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo « Opération champs de maïs »: comprendre l’obsession du régime RPT/UNIR pour la ville de Sokodé


opinions

iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 998 fois


Selon l’histoire du Togo, le RPT, ancêtre du parti au pouvoir UNIR, a été créé dans la ville de Kpalimé suite à un appel dit "historique" lancé par son fondateur le Général Eyadéma. Kpalimé est donc le berceau du RPT/UNIR. Mais pour mieux comprendre l’histoire de ce parti, c’est-à-dire ses débuts, son apogée, son déclin et son inéluctable chute, c’est du côté de Sokodé qu’il faut chercher.

En octobre 2017, face à la détermination et au pacifisme de la population de cette ville dans les revendications pour l’alternance politique, le RPT/UNIR avait fait arrêter l’imam Hassan, une icône pour une très grande partie de la population locale. L’arrestation faisait partie d’un plan orchestré par le régime; c’était une pure provocation, car le régime savait que compte tenu de la popularité dont jouit cet imam, la population sortirait dans la rue pour protester. Pour cela, des militaires et des miliciens du RPT/UNIR avaient préalablement été préparés puis postés aux quatre coins de la ville avec pour instruction de provoquer des émeutes dès que la nouvelle de l’arrestation de l’imam se répandra en ville. Ces émeutes ont provoqué le déploiement sans précédent de militaires dans la ville, des violations massives de droits de l’homme, des blessés et amputés, la mort d’un grand nombre de personnes, l’exil de milliers de personnes, des dégâts matériels ainsi que le siège militaire permanent sur la ville.

Malgré cette tentative de réduire la ville de Sokodé au silence ou de transformer cette ville « en un champs de maïs » comme le disaient avec joie certains responsables civils et militaire du régime, aujourd’hui encore Sokodé continue de faire peur au régime. Pourquoi? Pour deux raisons politiques spéciales.


D’abord parce que cette ville-carrefour à l’entrée du nord du pays dément de manière flagrante à la thèse du régime selon lequel tout le nord du pays lui est inconditionnellement acquis. Elle fausse la dualité politique que le régime aime servir à ses visiteurs et autres experts de l’Afrique, trop pressés de sabler le champagne, ramasser des millions, et rendre des rapports iniques et imaginaires à ceux qui les ont dépêchés au Togo. Et politiquement lorsque Sokodé parle, le nord écoute et le sud retient son souffle. Bizarre pour une ville que les affidés du régime RPT/UNIR ont de tout temps présentée comme étant peuplée d’analphabètes (pour rappel la population de Sokodé a connu l’écriture au moins un siècle avant l’arrivée des colons Allemands au Togo).

Ensuite parce que la ville de Sokodé offre la meilleure lecture de l’histoire – et de la chute – du RPT/UNIR. Cela va du soutien inconditionnel et multiforme des notables de la ville à la création du RPT ainsi que du soutien financier obtenu par ce parti auprès des commerçants de la ville dans les années 60 et 70. Cela comprend l’acceptation, par les populations, de la marginalisation de leur ville au son de l’animation populaire. Cela comprend aussi et surtout les nombreux cas dans lesquels les natifs de la ville et de ses environs ont été les plus farouches défenseurs (ou les sauveteurs) du RPT/UNIR dans ses moments les plus difficiles (1986, 1998 et 2005). Il y a enfin le fait que c’est Sokodé qui a fait voler en éclat le mythe de l’invincibilité du régime, et brisé les désirs de pouvoir éternel du RPT/UNIR.

Et parce que Sokodé fait peur au régime, il faut lui faire peur. Ou essayer de lui faire peur.

L’incendie du siège du RPT/UNIR, organisée sans aucun doute par le régime RPT/UNIR lui-même, est un acte violent en soit qui ouvre la voie à d’autres formes de violences du régime contre la population de Sokodé. Mais comme toujours avec le RPT/UNIR, la provocation est venue plus tôt: le changement, sous protection militaire, des couleurs sur les murs du siège du PNP dans la même ville. Cette opération au forceps, tout comme l’arrestation de l’imam Hassan il y a un an, avait pour but de déclencher la colère et d’éventuels actes de revanche de la population. N’ayant pas constaté cette réaction qui lui aurait permis de déverser ses éléments les plus rétrogrades dans la ville pour commettre des actes de violence plus graves, le RPT/UNIR reprend les choses en mains par l’incendie de son propre siège à Sokodé. En clair, dans la logique du RPT/UNIR, le « œil pour œil » qu’il espérait devrait nécessairement être « siège pour siège ». Il est plus facile d’expliquer aux esprits faibles que l’incendie du siège du RPT/UNIR à Sokodé est un acte criminel en réaction contre le coup fait au siège du PNP, explication bien compréhensible dans un monde RePTilien (comme dans Harry Potter), mais qui ne convainc aucun esprit intelligent.

Comme Sokodé l’a amplement démontré, avec le régime RPT/UNIR, il n’y a jamais deux sans trois. Lorsque le RPT/UNIR porte un coup à un adversaire, il s’attend à un coup en retour. Lorsque l’adversaire ne réagit pas, le RPT/UNIR se donne lui-même des coups plus puissants pour justifier le prochain coup qu’il portera à l’adversaire. C’est ce qui se passe à Sokodé: puisque la violence politique est la signature la plus reconnaissable de ce régime, il faut bien qu’il pose des actes violents (la provocation) pour justifier plus de violence et ainsi justifier son existence. Dans les jours qui viennent, il n’est pas exclu que le siège du PNP soit aussi incendié par les miliciens pour donner le change.

Une conclusion s’impose: avec l’incendie de son propre siège, le RPT/UNIR prépare des arrestations des militants de l’opposition à Sokodé ou pire des tueries qui videront la ville de ses électeurs favorables à l’opposition. Le régime RPT/UNIR est tellement prévisible dans ses manœuvres que même tout nouveau-né Togolais sait à quoi s’attendre. Voilà pourquoi je disais au début que pour mieux comprendre les débuts et la fin du RPT/UNIR, c’est à Sokodé que vous trouverez les réponses.

Mais par rapport à ce que nous savons des rapports ambigus entre le régime RPT/UNIR et la ville de Sokodé, il faut dire que la population de cette ville ne tombera pas dans le piège pour enfants du régime. Pourquoi? Parce que cette population a compris qu’il est préférable de se préparer à un inéluctable avenir glorieux sans le RPT/UNIR que de réagir aux actes désespérés d’un régime en perdition.

La ville de Sokodé a connu les débuts incertains du RPT ; elle a joué le jeu d’une apogée sans gloire du RPT ; elle a subi la transformation du RPT en UNIR et a donné le ton pour la chute du régime RPT/UNIR, avec tous les sacrifices nécessaires. Voilà pourquoi les attrape-nigauds du RPT/UNIR échoueront à Sokodé malgré les rodomontades inutiles de ses affidés, pompeusement appelés "cadres".

Personne ne réécrira l’histoire de Sokodé. Surtout pas au forceps.

L'AUTEUR
Ben Yaya
.



Autres titres

Togo fin de récréation avec la cedeao. le peuple doit se réapproprier son combat 
Togo tragi-comique illusion pour un héritier 
Togo opposition togolaise : 7 millions de conseillers, un angle mort 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com