Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 8:21:23 PM Mardi, 16 Octobre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo L’audace d’un bal masqué électoral sous le paravent d’une date fixée par la CEDEAO


politique

Lalternative-togo.com | | 22 Commentaires |Imprimer Lu : 3820 fois


« N’espère rien de l’homme s’il travaille pour sa propre vie et non pour l’éternité ». Antoine de SAINT-EXUPERY, dans Citadelle, fait la lumière sur la notion d’éternité à travers la finalité des actes que nous posons. Il situe ce qui est éternel sur le champ des valeurs et de la vérité, parce que le faux et le mensonge se démentent d’eux-mêmes dans l’inexorable roulement de l’histoire.

Le binôme « valeur-vérité » est le socle de la construction durable, celle qui transcende le temps et prépare l’avenir. La vraie dimension humaine est intemporelle ; son fondement est « valeur-vérité ». Tout politique qui s’écarte de ce principe fait péricliter la société dans un drame incommensurable. Tous les peuples qui se déconstruisent sont pris en étau dans le dogme du faux et de la perversité morale, éthique.

L’expérience de recul et de déconfiture de notre République nous fait voir le long chemin du péril du mensonge et des transgressions inhumaines. Ceux qui nous ont basculés au fond des âges ne se sont cramponnés qu’à leurs intérêts particuliers. L’humanité s’abaisse dès que la gouvernance s’écarte du devoir des comptes au peuple et du devoir de vérité. Le stade de déclassement de notre pays est du ressort d’un cumul de drames politiques et des fréquences de mensonge sur la conduite des élections. La rapine électorale alimente la tragédie et nous voulons faire l’économie d’un rappel de tous les traumatismes qu’elle a semés dans notre pays.

Notre histoire de crimes de sang, de crimes de masse ne peut pas se répéter dans le gribouillis électoral. C’est pourquoi nous sommes assistés par la Communauté régionale pour éviter le remplissage des préparatifs électoraux et la conduite scabreuse du processus.

Si le consensus est la règle de la facilitation pour des élections apaisées, transparentes, crédibles, comment peut-on admettre un recensement unilatéral, biaisé et aux données obscures ?

Que cache la précipitation du pouvoir pour un embarquement immédiat du peuple pour des élections alors que la CENI reformée n’est pas aux commandes du processus ?

Si la CEDEAO elle-même, à travers ses délégués de supervision électorale récuse le fétichisme autour du 20 décembre, la dextérité politique ne peut-elle pas nous habiter pour une préparation propre et sans heurts en vue d’une élection incontestable ?

1) Le réveil d’un peuple sur la fraude électorale

Le recensement électoral sous la licence et la fantaisie qui préparent la forfaiture vient d’une main libre d’un régime qui met sous sa coupe la CENI. Les Togolais connaissent tout le mécanisme des champions fraudeurs. Ils se permettent tout sous le manteau d’une CENI sous leur contrôle exclusif et pressent les populations à courir après aux consultations électorales dans une certitude du brouillard couvert par des forces fantoches de sécurisation du vote.

L’appel tardif étayé par une communication médiocre de l’Opposition en C14 pour le boycott du recensement électoral a phagocyté l’opération, cette manœuvre de la fraude sur chronogramme unilatéral pour prendre de vitesse la nouvelle recomposition de la CENI.

L’ampleur de la réussite du boycott est si révélatrice d’une véritable perte de confiance dans les institutions de notre pays. Quand les autorités d’un pays perdent le contrôle sur les populations et qu’elles ne sont plus prêtes à les écouter, à suivre les ordres administratifs, il faut en inférer que l’illégalité et l’illégitimité de ceux qui font office de gouvernants ont atteint un seuil intolérable.

La sensibilisation via les réseaux sociaux sur une duperie d’enrôlement des électeurs est d’une portée fulgurante, alors que le Togo est médiocrement couvert par ce mode de communication et que l’illettrisme est encore à 70% de l’âge des citoyens prêts au recensement électoral.
On a beau faire croire aux citoyens que la date du 20 décembre est impérative et qu’il n’y aurait pas de rattrapage pour ceux qui manqueraient au rendez-vous du recensement ou que la carte d’électeur équivaudrait à une carte d’identité, mais le soupçon de fraude est trop grand pour donner un fouet à l’engagement citoyen. Pitié pour les politiques qui subissent le bannissement honteux de leur propre peuple !
Aujourd’hui, nous avons tous la certitude que l’opinion nationale est bien vivante dans notre pays et qu’elle ne se laisse à n’importe quel vent. Elle est d’un caractère trempé, parce qu’elle s’est construite à travers une histoire et se dégage avec un cran de bon sens qu’il faut prendre en compte dans les affaires publiques.

La résistance populaire contre l’imposture est raide, parce que l’expérience de notre peuple sur les cruautés électorales est déjà acquise et la récidive n’est pas envisageable.

Ceux qui ont toujours cru que la force suffit à la docilité d’un peuple se trompent lourdement sur le mental des Togolais. Ils sont honteusement tombés dans leur propre traquenard et leur condescendance se fracasse sur le front d’une conscience nationale.

Les dictatures ignorent trop souvent que la souffrance du manque et le chagrin éclairent le chemin de la liberté par le combat des peuples et développent les forces de l’esprit.

L’histoire récente des élections au Togo se ravive dans la représentation mentale du peuple au point que personne ne peut encore dissimuler l’émanation populaire d’une procédure électorale consensuelle et sans heurts. Le langage du peuple se définit, s’exprime éloquemment à l’intérieur de la Coalition de l’Opposition autant que ses attentes. Le feu de l’adversité populaire contre la dynastie aux crimes multiples qui se maintient au pouvoir par l’effraction et la forfaiture est d’une prudence indéniable dans le rejet plantureux d’un enrôlement de falsification du jeu électoral.

Nous sommes fiers de notre peuple, de sa maturité affichée dans ce boycott majeur qui oblige le pouvoir à ravaler ses méthodes désuètes de banditisme électoral. Ce boycott de dignité élève la conscience nationale qui se positionne sur l’éthique de l’action et la vérité des urnes. Le stade de notre conscience est dans le refoulement cru du viol du code électoral autant que dans le rejet des transgressions du consensus autour du chronogramme des préparatifs électoraux. Le stade de notre sagesse équivaut à ce que Marcel PROUST décrivait dans A la recherche du temps perdu : « On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même, après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut nous épargner ».

2) Devoir d’espérance

Aucun régime ne peut forcer un peuple à vivre le supplice du mauvais destin à lui imposé tant que les citoyens renoncent d’eux-mêmes, par l’engagement ferme et massif, d’obéir aux ordres de leurs bourreaux. Il n’existe pas de réalité politique autre que celle qu’assument entièrement les peuples eux-mêmes.

Ceux qui, confusément, à leur corps défendant, enfumant la notion de peuple doivent bien lire le philosophe-politique, Roger -Gérard SCHWARTENBERG, dans L’Etat spectacle. La grande majorité des citoyens qui s’exprime clairement sur un sujet est la consécration du peuple, mais elle doit respecter scrupuleusement les droits des minorités. Sans ce respect nécessaire pour un gage de solidarité et de stabilité juridique, éthique et morale, la notion de peuple s’effiloche et perd son sens. L’expression majoritaire dégage la préséance aisément, mais la majorité intègre dans son action l’évidence de l’intérêt collectif pour sauvegarder l’équilibre social.

Dans un système proprement démocratique, les élus sont des élus du peuple et leurs choix de gouvernance sont censés apporter de l’espérance partagée autant aux minorités qu’à la majorité. Le déclin de notre pays, de nos institutions saute aux yeux et menace la solidarité nationale. Dans le boycott de l’enrôlement, l’expression majoritaire tient à corriger les anomalies électorales qui débouchent sur des crises, des tueries et la fracture sociale. Elle a réussi sa mission.

Les agitations tapageuses de la minorité libertine n’ont aucune habileté à faire démentir les réalités du terrain. L’aval aux transgressions dans l’enrôlement des électeurs est massivement combattu par les patriotes qui veulent donner un sens aux suffrages du peuple. Il n’y a pas de petits événements pour les nations et les peuples lorsque les citoyens choisissent eux-mêmes leur propre voie. Nous sommes en train de vivre une grande victoire de notre peuple sur les élections frauduleuses dont les préparatifs commencent par des données fausses programmées pour des résultats détournées. Le peuple s’est rétracté d’un forcing d’enrôlement d’électeurs en attendant les conditions de possibilité pour un recensement transparent, légal qui corresponde aux normes du code électoral, aux ordonnances de la CENI revue et corrigée par l’entremise de la Cedeao pour rétablir la confiance dans la procédure de consultation populaire.

La résistance populaire contre la fraude électorale a changé de stratégie. Elle ne se polarise plus sur les résultats qui ne tombent jamais en une opération de simple addition. Elle va à la source de la méthode. Elle se dresse contre les vautours, les troubadours et la ronde des malheurs sur la République. La responsabilité citoyenne est au galop dans tout le pays et dans la diaspora. De la société civile aux politiques de l’Opposition, la conscience du sursaut est à son summum que l’efficacité du boycott d’un recensement de la forfaiture est patente. Nous avons fait un grand pas pour sortir de la fange électorale. Le signal populaire est si tranchant que le régime n’a d’autre choix que de revenir sur les principes du consensus et de transparence électorale.

L’assistance de la CEDEAO est une chance, mais tout se joue dans notre propre détermination raide pour la vérité des urnes. Amplifiant notre vigilance populaire pour la droiture et la rectitude à la dimension de la justice électorale. Nous avons compris comme Charles de GAULLE dans ses Mémoires de guerre que: « Les exigences d’un grand peuple sont à l’échelle de ses malheurs »




Autres titres

Togo l’ufc menace d’attaquer la c14 en justice, annonce me isabelle améganvi 
Togo me isabelle améganvi: « nous avons fait notre job, il revient à unir de dégager l’ufc de la ceni » 
Togo me isabelle améganvi : « si nous accompagnons unir, nous nous rendons complices d’élections frauduleuses...» 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 22   aaron | Vendredi, 12 Octobre 2018  - 7:0
  Réponse à 20-KOZAX
  Tu estAgent du mosshad

 21   Religion | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 20:34
  Plus de 90 % des Togolais sont Juifs Chrétiens

 20   KOZAX | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 17:11
  Le martyr du peuple togolais est organisé conjointement par le régime et une opposition bienveillante et docile malgré les apparences. Cette opposition n'a visiblement aucune intention d'organiser le peuple pour mettre fin au régime qui maintient notre pays dans un état de néo-colonie. Cette situation est même devenue un tabou pour l'opposition qui n'ose pas y toucher, parce que le but de son existence et de ses activitées n'est pas de lutter pour libérer le pays, mais d'aider un pouvoir illégal à administrer notre pays pour le compte de la Françafrique.
Par conséquent, pour réussir à nous débarrasser du régime fantoche et sanguinaire qui régente notre pays, nous devons commencer par nous débarrasser de cette version frelatée de l'opposition dont le rôle principal est celui d'un tampon entre le peuple et le pouvoir. Cette opposition n'a jamais lutté pour la libération effective de notre pays. A chaque soubresaut, elle s'adresse aux commanditaires de notre exploitation qui, à leur tour, lui recommandent le meilleur moyen de détourner de leur cible les flèches de la colère populaire. Ce moyen maintes fois utilisé, c'est la participation à des mascarades d'élections dont l'issue est connue d'avance, quelles que soient les conditions.
Les dirigeants de ces partis savent pertinemment qu'ils ne sont pas assez qualifiés pour servir la Françafrique et que le seul moyen de jouir de quelques avantages liés aux services rendus à la Françafrique est d'aller faire leurs armes au sein du système en tant que députés dans un parlement bidon, ministres ou premiers ministres. Je n'invente rien ici, il suffit de revoir la liste des leaders et des membres de cette fameuse opposition qui se sont retrouvés dans le gouvernement qu'ils avaient pourtant combattu et appelé leurs militants et le peuple à rejeter.
L'autre moyen utilisé par cette opposition douteuse est son refus (d'aucuns diront son incapacité, mais en fait c'est un refus délibéré) d'informer, d'éduquer et de conscientiser ses militants et le peuple en général. Demandez aux militants des partis d'opposition et aux manifestants pourquoi ils veulent un changement (un terme souvent confondu avec alternance), et ils vous diront:
- 50 ans, c'est trop
- Le Togo ne doit pas être gouverné par une dynastie
- Il faut une alternance à la tête de l'État
- La famille Gnassingbe s'est accaparé le pouvoir en s'entourant des gens de son ethnie et en jouissant du bouclier sécuritaire d'une armée composée en majorité des ressortissants de la même ethnie.
- Retour de la Constitution de 1992
- En aucun Cas ......
Les vraies raisons de cette longévité du régime, de sa férocité et de son mépris pour les citoyens togolais ne font pas l'objet de discussions ou de débats pendant les campagnes de l'opposition, ni dans les réunions. Si cela avait été le cas, on en aurait perçu les effets dans le comportement de ceux qui participent aux manifestations.

 19   Saint Avlekete | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 15:50
  Réponse à 15-Religion
  LES DEBUTS DU CHRISTIANISME

Comment est née et s'est diffusée la religion chrétienne dans l'Antiquité ?

I- L'APPARITION DU CHRISTIANISME

Où et quand le christianisme apparaît-il ?

A) Le contexte
On trouve les premiers chrétiens en Palestine au Ier siècle après JC. La Palestine est une province de l'Empire romain peuplée de Juifs. Or le peuple juif vit très mal la domination romaine et de nombreux Juifs attendent un messie, un homme qui viendra les libérer (« un sauveur »). un messie : un « envoyé de dieu » pour aider les Juifs
Quels sont la vie et le message de Jésus ?

B) Jésus est-il le messie attendu par les Juifs
a. Jésus est mort vers 30, crucifié par les Romains. Selon les Evangiles, il est venu pour renouveler l'alliance avec Dieu. Les hommes sont sauvés (=ils iront au paradis) s'ils vivent comme Jésus le leur demande. Donc jésus ne va pas libérer les juifs de la domination romaine, mais leur offre une libération spirituelle.
b. Les juifs sont divisés : ceux qui sont d'accord avec Jésus vont être les premiers chrétiens ceux qui refusent son message continuent de pratiquer la religion juive traditionnelle

II- COMMENT LES ROMAINS REAGISSENT-ILS FACE A L'EMERGENCE DE CETTE NOUVELLE RELIGION ?
Pourquoi les premiers chrétiens sont-ils persécutés par les Romains ?
Du Ier au IIIe siècle, les empereurs et la population romaine sont hostiles aux chrétiens :
-car leurs pratiques semblent mystérieuses
-car ils refusent de participer au culte de l'empereur
Ils sont persécutés, mais cela n'empêche pas le christianisme de se développer.

III- L'EMPIRE DEVIENT CHRETIEN
Comment l'Empire devient chrétien ?
A) Des empereurs chrétiens
Au début du IVe siècle , l'empereur Constantin se convertit au christianisme. Avec l'édit de Milan (313), il autorise la pratique du christianisme
A la fin du IVe, l'empereur Théodose interdit la religion romaine : le christianisme est la seule religion autorisée dans l'Empire. Mais dans les campagnes, les populations restent attachées aux anciennes croyances.

B) Le christianisme organisé
Les communautés chrétiennes ont des prêtres qui organisent le culte (la messe). Ils sont dirigés par un évêque ;
Les Eglises se multiplient : elles ont souvent la forme d'anciens bâtiments romains, on les appelle des basiliques.
--------------------------------------------
PS : Bob Marley a dit...
La politique et l'église, c'est la même chose. Elles maintiennent les gens dans l'ignorance. Ces prêtres sont des imposteurs. La seule bonne chose qu'ils vous annoncent, c'est la mort. Parce que, après tant de souffrances, tout ce qu'ils ont à proposer, c'est de mourir et d'aller au paradis.

 18   Saint Avlekete | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 15:41
  Réponse à 15-Religion
  "La religion importée par les hommes blancs (Européens & Arabes) a fortement nui aux peuples africains. Par conséquent, il convient de retourner aux origines de la civilisation africaine, aux anciennes traditions et croyances." - Jacob Zuma


Le christianisme, mais aussi l'islam, sont les principaux facteurs d'aliénation de l'élite noire.
Ces religions détruisent nos ressources spirituelles créatrices, lesquelles ressources nous font défaut pour entrevoir les voies d'une maitrise de notre destin d'Africain et celles d'une reconquête de l'initiative scientifique et politique. La Chine, le Japon et l'Inde n'ont pas eu besoin de ces deux religions. D'où vient-il que toute l'élite soit encline à chercher un salut dans l'au-delà alors qu'elle est asservie spirituellement et intellectuellement sur terre?
Partout où dix Africains sont assis, on assiste à dix façons de voir qui pulvérise toute tentative d'orientation d'un consensus. Francophones, Anglophones, Chrétiens, musulmans, protestants, témoins de Jéhovah, maçons, rosicruciens, homosexuels, politiciens de mille partis, autant de disparités dont les conséquences conduisent aux événements de RCA, du Soudan, du Nigeria, de la Côte-d'Ivoire, de la RDC, etc ... Mbombog Mbog Bassong

 17   Koffi de Souza | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 14:38
  Religion, Kozax ,005 sont des agents du Mossad.

 16   Religion | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 14:11
  Réponse à 12-Diaz Tokoin
  Il y a des soucis dans tous les pays du monde. ceci n'est pas une raison pour renier mes coutumes et traditions. je ne veux pas devenir un africain noir aliéné.

 15   Religion | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 14:7
  Réponse à 10-Saint Avlekete
  Il faut aller le dire aux chefs traditionnels dépositaires de nos coutumes et traditions du pays

 14   Lassissi | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 13:14
  Réponse à 2-GNAROU
  Nous attendons vivement la surprise cher paresseux abonné aux commentaires de sénile sur ce site

 13   Cyrille le Linguiste | Jeudi, 11 Octobre 2018  - 12:15
  On a beau chasser le naturel, il sort nonchalamment par la fenêtre, mais on le voit revenir au galop par la grande porte. Le clan dynastique RPT-URINe, ses zouaves, sbires et scribes peuvent tergiverser autant qu'ils pourront dans leur dilatoire, érigé en mode opératoire politique de médiocre gouvernance; tout ne sera que vanité des vanités.
Plus rien ne sera comme auparavant au Togo, le peuple togolais se portant garant de se sortir vaille que vaille du cinquantenaire tristement célèbre et atypique statu-quo, entretenu par ce branlant pouvoir vorace.
La CEDEAO fera respecter à la lettre sa feuille de route, la CENI recomposée fera pleinement le travail qui lui incombe dans l'inclusivité recommandée, les réformes profondes que le peuple réclame et exige de tous ses vœux seront arrachées avant toute prochaine élection transparente.
Ainsi, ce ne sera plus jamais ni la minorité RPT-URINe, ni la C14, ni l'armée, ni les civils, ni la CEDEAO, qui aura gagné, mais plutôt le peuple togolais, par ricochet la communauté internationale qui auront gagné.
LA LUTTE POPULAIRE RESTE INVINCIBLE ! LA NUIT EST LONGUE MAIS LE JOUR EST DEJA A NOS PORTES !



TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com