Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 6:52:55 AM Samedi, 22 Septembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Gerry Taama : « Le tribut payé depuis le 19 août 2017 est déjà assez lourd... »


politique

iciLome | | 11 Commentaires |Imprimer Lu : 3121 fois


Ce n'est un mystère pour personne. Malgré les efforts de la Facilitation, la crise politique togolaise est loin de connaître son épilogue. La dernière réunion du Comité de suivi des recommandations de la CEDEAO illustre bien le tableau. Les deux protagonistes ont démontré leur incapacité à engager des discussions de fond sur les questions épineuses. Pire, les regards semblent se tourner vers les deux facilitateurs, leurs Excellences Nana Dankwa Akufo-Addo et Prof. Alpha Condé dont on espère qu’ils apporteront les réponses idoines aux questions intérieures dans un État souverain. Dans un communiqué rendu public mercredi, Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET) a appelé urgemment les deux camps à "dépasser les clivages partisans, à sortir des retranchements personnels pour aborder dans un esprit de sursaut patriotique, les vraies questions". Le communiqué dans son intégralité.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU NOUVEL ENGAGEMENT TOGOLAIS : Nécessité d’un sursaut patriotique

Le lundi 10 septembre 2018 s’est ouverte à Lomé la première réunion du comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo. Outre les représentants de la CEDEAO et des facilitateurs, la réunion a regroupé les représentants des deux protagonistes à savoir le parti au pouvoir Unir élargi au gouvernement et les représentants de la coalition des 14 partis d’opposition (c14). La réunion s’est poursuivie le lendemain 11 septembre 2018.

Selon les informations en sa possession, le Nouvel Engagement Togolais note que cette première réunion n’a accouché d’aucune décision majeure allant dans le sens de la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles ; la rencontre a, au contraire, démontré aux yeux des représentants de la CEDEAO et du monde entier l’incapacité notoire des deux protagonistes à engager véritablement des discussions de fond sur les questions épineuses. Pire, les regards semblent se tourner vers les deux facilitateurs, leurs Excellences Nana Dankwa Akufo-Ado et Prof. Alfa Kondé dont on espère qu’ils apporteront les réponses idoines aux questions intérieures dans un État souverain.

Le Nouvel Engagement Togolais tient avant tout à remercier les représentants de la CEDEAO et les deux facilitateurs pour leur constante disponibilité à accompagner le Togo vers une sortie de crise véritable.
Mais le NET est particulièrement inquiet de la tournure que prennent les événements. Aucune des deux parties ne semble disposer à lâcher du lest et, le Togo est offert en spectacle dérisoire aux yeux de la communauté internationale.

Pour le NET, les réunions du comité de suivi se devraient être des perches à saisir par l’ensemble des acteurs et particulièrement les deux protagonistes, pour avancer sur les véritables questions des réformes. Mieux, le NET pense qu’en amont de ces réunions, les deux protagonistes devraient se retrouver pour discuter entre Togolais et aplanir les divergences. Le temps où la politique se faisait à distance et par média interposé est révolu.

Le Nouvel Engagement Togolais rappelle aux deux protagonistes que les réformes constitutionnelles et institutionnelles sont les véritables enjeux sur lesquels ils sont attendus, et que tout autre préoccupation qui prend le pas sur cet impératif s’apparente à de la diversion et serait nuisible à l’avenir politique de notre pays.
La question des réformes a déjà suffisamment tenu en haleine le peuple Togolais qui ne demande qu’à la voir soldée définitivement et rapidement pour se retourner enfin vers des sujets de développement économique et social.

Le tribut payé depuis le 19 août 2017 est déjà assez lourd pour que le Togo se donne le luxe d’une nouvelle crise socio-politique.

En conséquence, le NET appelle urgemment les deux camps à dépasser les clivages partisans, à sortir des retranchements personnels pour aborder dans un esprit de sursaut patriotique, les vraies questions. Continuer à procrastiner les réformes et maintenir le statu quo ne font guère honneur à notre pays.
Le Nouvel Engagement Togolais est convaincu que même hors la présence des facilitateurs, le génie togolais peut faire triompher la question des réformes si tant est que l’intérêt du peuple soit la véritable motivation de chacun des deux protagonistes.

Le NET veut garder l’espoir que les prochaines rencontres feront avancer les questions de réformes. Le parti se tient aux côtés du peuple togolais et est prêt à jouer sa partition pour toutes fins utiles.

Fait à Lomé le 12 septembre 2018




Autres titres

Togo les soutiens de habia s’enchaînent devant l’ambassade du ghana 
Togo ftcd : un an d’activités d’éveil des consciences 
Togo crise politique/la facilitation en difficulté : condé manœuvre pour sauver faure 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 11   Jihadiste Atchadam | Samedi, 15 Septembre 2018  - 10:39
  Jean-Pierre et Eric Dupuy en pleine discussion
Eric Dupuy : Mon président sais-tu que si nous ne savons pas faire, Tikpi Atchadam va nous damer le pion aux prochaines élections ?
J-P Fabre : Eric, ne fait pas attention à lui. Le pouvoir en place nous a déjà facilité la tâche en lui collant l'étiquette de jihadiste. Nous devons plutôt accentuer nos efforts sur le pouvoir RPT/UNIR. Tu sais que Faure Gnassingbé demeure encore coriace malgré toute la campagne que nous menons contre lui. Rien qu'à voir l'enthousiasme des populations qui l'accueillent quand il se déplace l'on se demande à quoi à finalement servi toute notre campagne de dénigrement contre lui. Tout le monde cherche à lui serrer la main, à le toucher. Quand je vois ça, j'ai envie d'exploser.
Eric Dupuy : C'est vrai le petit là garde toujours intact sa popularité. Je dirais même qu'il gagne en popularité. Et portant nous formons une coalition de 14 partis politiques contre le RPT/UNIR seul. On dirait que les 13 autres partis politiques qui sont avec nous ne nous apportent pas grand-chose.
J-P Fabre : Je suis d'avis avec toi sur la popularité grandissante du dictateur Faure Gnassingbé. Cela me déçoit beaucoup. C'est comme si nous n'avions rien fait depuis des années. Je vois aussi que notre stratégie de contestation systématique de ses victoires électorales n'ont pas du tout payé. Parlant de l'apport des 13 autres partis politiques qui sont avec nous dans la coalition, je suis encore plus déçu. Leur participation à la coalition ne nous apporte aucune valeur ajoutée. C'est un véritable leurre quand nous pensons que le PNP nous renforce dans le Nord. Tiens ! Le PNP est actif uniquement dans trois villes du Nord du pays : Sokodé, Bafilo et Mango. Sais-tu que dans le Nord du pays c'est uniquement dans ces villes que l'UF et aujourd'hui l'ANC disposent de sièges de députés ?
Eric Dupuy : Oui, je le sais
J-P Fabre : C'est justement nos militants qui ont rejoint le PNP. Donc le PNP ne nous apporte rien de nouveau. Il nous fragilise plutôt dans ces localités. Tu verras qu'aux prochaines législative l'UFC et l'ANC ne gagneront aucun siège dans le Nord.
Eric Dupuy : Mais ce n'est pas mauvais aussi. Ces sièges que gagnera probablement le PNP reviendront à l'opposition.
J-P Fabre : Non ! Tu ne comprends rien Eric. Il ne faut pas faire confiance à Atchadam. Il menace déjà mon leadership de l'opposition. Si nous ne gagnons les sièges de ces localités du Nord du pays, je préfère qu'ils reviennent à au RPT/UNIR. Comme ça eux ils gardent le pouvoir et moi je garde mon titre de chef de file de l'opposition. Tu sais que dans la coalition mis à par le PNP qui menace mon leadership tout le reste n'est que coquilles vides. Ils ne valent rien sur le terrain.
Eric Dupuy : Han ! C'est vrai? La CDPA, le CAR, ADDI, le FDS aussi ?
J-P Fabre : Tous ! Le cas de la CDPA me fâche vraiment. Sa présidente Adjamagbo Jonson ne vaut absolument rien sur le terrain mais elle veut à tout prix s'imposer. Regarde ! Elle n'a rien obtenu à la présidentielle de 2010. Elle a même été battue dans ce qu'elle appelle son fief à Atakpamé lors des législatives de 2013. Son cas me dérange beaucoup. Elle s'est pratiquement barricadée à la tête du CAP 2015 alors que c'est une présidence tournante au départ. Ce qui me fâche encore d'elle c'est qu'elle veut faire partie de toutes les délégations de la coalition. Pour aller en France rencontrer Alpha Condé, elle a tout fait pour être dans la délégation. Pour aller en Guinée, au Ghana c'est pareil.
Eric Dupuy : Mais tu es le chef de file de l'opposition. Tu dois le lui dire en face.
J-P Fabre : Non ! Pour le moment j'ai besoin d'eux pour une union de façade. Tu sais que les populations souhaitent l'union de l'opposition.
Eric Dupuy : Oui. Elles nous le disent quand nous allons en tournée à travers le pays.
J-P Fabre : Ok ! Donc j'ai besoin d'eux pour une union de façade. Quand je vais gagner, je vais dire la vérité à chacun d'eux. Ils pensent que si je gagne ils auront quelque chose. Ils n'auront rien. Tu n'as pas encore oublié ce que j'avais fait avec le CST, je l'espère.
Eric Dupuy : Rappelle moi j'oublie déjà.
J-P Fabre : Tu te souviens que le CST était allé aux élections législatives de 2013 dans un scrutin de liste et à la fin des partis politiques ont réclamé des sièges. Je ne leur avais rien donné. J'avais gardé tous les sièges pour l'ANC et ils sont partis.
Eric Dupuy : Ah oui, je me souviens.
J-P Fabre : C'est la même chose que nous allons faire à tous ces tonneaux vides qui sont avec nous dans la coalition des 14. En fait le pouvoir appartient au gens du Sud. Et quand je dis Sud ce n'est pas tout le Sud. Le pouvoir appartient aux gens d'Aného et de Lomé. Et quand je dis Aného et Lomé ce n'est pas tout le monde. Le pouvoir au Togo appartient au métis. Donc il nous appartient. Ne dis à personne, tu entends ?
Eric Dupuy : Oui mon président. Mais tu as un sérieux handicap : tu n'as jamais travaillé. Tu n'as jamais occupé un poste de direction. Et les populations le savent. Je crois même que c'est ça qui a été à la base de ton échec à l'élection présidentielle de 2010 et de 2015. Je crois que les populations craignent de remettre le pays aux mains de quelqu'un qui n'a jamais travaillé ou dirigé un service. Regarde ! Tu n'as jamais exercé une fonction ministérielle. Regarde un peu dans la sous-région. Tous les chefs d'Etat en poste actuellement dans leur pays sont de grands routiers de l'administration de leurs pays. Nana Akoufo Ado qui joue le rôle de facilitateur dans notre dialogue a passé par une longue expérience administrative avant de devenir Président du Ghana. Il a même été Ministre des affaires étrangères au Ghana. Rock Marc Christian Kaboré au Burkina n'est plus à présenter. C'est un vieux routier de l'administration burkinabé. Mohamadou Issoufou au Niger pareil ! Macky Sall au Sénégal a même été Premier Ministre de Wad. Alassan Ouwatara en Côte d'Ivoire, tu connais mieux son histoire que moi. Patrice Talon au Bénin tout près, tous les béninois savent de quoi il est capable avant de le porter à la tête du Bénin. Ibrahim Boubacar Kéita au Mali. La liste est longue. Georges Weah tout récemment au Liberia a été gouverneur d'une région. Quand je regarde ton cas moi-même je suis dérangé. Je suis un jour arrivé à penser que tu constitue le vrai problème de l'opposition togolaise. Quand nous étions dans l'UFC, nous avons dénigré de valeureuses personnes comme Edem Kodjo, Yaovi Agboyibor, Kofigoh alors qu'ils sont des politiciens de grande valeur. Pascal Bdjona, Gilbert Fossoun Houngbo, Barry Moussa Barké, Artèm Ahoumey Zunu, Gilbert Bawara, tous ces gens là sont bons pour diriger notre pays. Ils sont mieux placés que toi pour conduire un jour aux destinées de notre nation. Mais malheureusement tu ne veux pas l'entendre de cette oreille. Pour toi ils ont été des collabos. C'est quoi cette histoire de collabo qui ne nous fait pas avancer ?
J-P Fabre : Je sais tout ça, mais je ne reculerai jamais. Tu sais ? En politique il n'y pas de cadeau à faire à son adversaire.
Eric Dupuy : Tu es vraiment têtu. Et ce n'est pas bon pour notre pays. Je vais te dénoncer un jour. Car trop c'est trop.

 10   Clement GAVI | Samedi, 15 Septembre 2018  - 1:56
  Dans un communiqué rendu public mercredi, Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET) a appelé urgemment les deux camps à "dépasser les clivages partisans, à sortir des retranchements personnels pour aborder dans un esprit de sursaut patriotique, les vraies questions".

Il est de notoriété publique que Gerry Taama et sont NET sont un nid de contradictions en ce qu'ils sont un prolongement du régime tyrannique. Ce que Gerry Taama appelle 'les vraies questions' ne sont en rien dans son esprit, les questions fondamentales, ces questions qui sont telles qu'en les abordant, en les traitant convenablement, traitent, deviennent des solutions aux questions périphériques.

Gerry Taama qui clame il y a quelques jours encore, que le train des élections est en route qu'il y a pris place et ne descendra point, etc se fourvoie dans cette déclaration qui n'est que celle de quelqu'un de profondément inconsistant. Il se dit homme politique et semble oublier que la politique c'est avant tout une question de conviction.

Les vraies questions pour le Togo et pour l'immense majorité du peuple meurtri depuis 1967 par une clique de terroristes, ne sont guère les élections, mais bien la structure dans laquelle ces élections sont données. C'est à dire, les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

 9   Kozah Nostra | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 21:0
  Qu'est-ce qu'il nous chante encore ce mangeur de chi.en??? ON VOUS AURA!!! La fin de la Kozah Nostra, la mafia togolaise diabolique, satanique et maléfique des man.geurs de chi.en (Kozah Nostra) dirigée par l'analphabète, attardé et énergu.mène Faure Al Capone GNASSINGBÉ, s'approche à grands pas!!!

 8   akakpo | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 18:15
  Réponse à 7-yégor
  On a encore du chemin a faire.

 7   yégor | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 18:7
  C'est dommage pour nous au Togo. Quand on n'est pas du même parti, on vous insulte même si vos idées sont bonnes et constructives. Je parie que si les français agissaient comme "certains togolais" Macron ne seraient jamais Président de la France. On l'aurait lavé avec l'eau de douche d'un crabe, il en aurait eu pour son compte. Jusqu'ici, la seule vraie spécialité de "certains togolais" résidant au Togo et de la diaspora c'est des insultes. Comme si on disait à un ministre ou président ou leader d'un parti politique ou au chef de file de l'opposition... salaud ou imbécile ou encore je ne sais quoi, cela va apporter un changement ou un devéloppement. Nous devons changer. Laisser les gens 'exprimer librement, sans insultes.

 6   abawe | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 16:39
  Réponse à 3-Maximus Djitri
  Je t'avais parlé de ta folie....... je pense qu'elle est arrivée à un point de non retour comme notre train des élections prochaines...😕
Ce sont tes parents qui vont se morfondre depuis l ciel....😇

 5   Alpha jet | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 15:48
  Dommage mon Lt devenu politicien, qui apparemment cafouille dans son instabilité politique d'amateur, toujours ce jeu de taupe vis à vis de l'opposition comme du pouvoir!!! Cher Taama, tu as dit que le train (CENI) est en marche et tu ne descendras plus.....alors en avant! Si tu voulais les reformes avant les élections alors que fais tu dans ce train qui court????? Attention, soyez fidèles à vous, ayez une conviction claire.....Nous on t'a à l'oeil.....

 4   Mani | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 15:46
  le jour ou tout va s exploser, ils vont faire les reformes dans les 24 hrs.Heureusement que les autres partis sont a la table,Pas seulement ANC.Il faut reprendre les manifestations au plus vite

 3   Maximus Djitri | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 15:40
  Espece de tribaliste et de raciste inculte sans aucun honneur ni probite morale.
Dans 1e association ou regroupement tel que la C14 il y a des portes paroles qui st unaniment elu pour s exprimer au nom du groupe.

J ai une question pour toi salope?
Combien de generaux ou d officiers sudistesvy a t-il ds votre milice tribale genocidaire dite FAT?

Combien de sudistes sont aux postes de commandement sensibles ds la milice tribale FAT???

Combien de sudistes y a t il ds la milice tribale qui commandent 1e zone militaire, un camp militaire ou 1e force speciale???

Et j en passe pour l administration et les societes d etat?????

Depuis que vote putain de CENI corrompue a ete cree combien de president sudistes ont ete nommes a la tete de la CENI.

Et ce trouffion malsein aussi veut accuser la C14 de tribalisme.

Va balayer devant ta porte avant de vouloir commenter sur les salete devant la porte d autrui.

Prochainement reflechis bien avant de raconter des conneries pareils.

 2   Etiko | Vendredi, 14 Septembre 2018  - 15:26
  Un plaisantin qui cherche de quoi moudre tout comme son alterego Abass Kaboua.




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com