3:04:07 AM Mardi, 19 Février 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo Atakpamé : Un projet de réhabilitation du marché de Blakpa divise le Maire et les revendeuses


Société

iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 2611 fois
atakpame-un-projet-de-rehabilitation-du-marche-de-blakpa-divise-le-maire-et-les-revendeuses


Le courant ne passe plus entre Adjonou Kassegne, Maire de la ville d’Atakpamé (située à 160 km de Lomé) et les femmes revendeuses de légumes du marché de Blakpa. Ils sont à couteaux tirés sur un projet de réhabilitation dudit marché.

En effet, il y a environ un mois, Adjonou Kassegne, Maire de la ville d’Atakpamé, est allé annoncer à ces femmes revendeuses du marché de Blakpa, son intention de les déplacer vers le marché Agbonou, situé également à Atakpamé. Mais visiblement, ce projet de délogement n’a pas reçu l’assentiment de ces bonnes femmes. Elles disent avoir été déjà victimes d’un tel projet dans le passé, et qui les avait complètement ruinées.

« Nous sommes dans ce marché, il y a plus de 30 ans. Actuellement, c’est difficile car nous ne vendons plus comme avant. Nous roulons sur des prêts des institutions de micro finance et c’est en ce moment même que le Maire vient nous dire qu’il va nous déplacer vers le marché d’Agbonou. Par exemple, si quelqu’un veut payer adémè 100F, il va prendre un taxi moto pour aller jusqu’à Agbonou, ce n’est pas logique. C’est Blakpa qui est le marché d’Atakpamé depuis fort longtemps. Aujourd’hui, il nous renvoie, nous ne pouvons pas l’accepter. Nous avons appris qu’il veut casser le hangar et construire des magasins pour les commerçants nigériens, ce que le préfet n’a pas accepté », a confié une revendeuse dans le marché.

Ces femmes revendeuses qui expriment leur ras-le-bol vis-à-vis de ce projet estiment qu’il est inadmissible voire inconcevable que l’immeuble dans lequel elles font leurs affaires pour subvenir aux besoins de leur famille soit réhabilité avec de nouveaux magasins, puis confiés aux commerçants Nigériens.

« Si le Maire n’accepte pas que nous restons ici, ce sera la guerre. Nous n’allons pas accepter qu’il nous déloge. Nous avons des marchandises à crédit chez nous que nous devons écouler. Si nous acceptons d’aller à Agbonou, chaque jour nous allons transporter nos marchandises par des camions, c’est inadmissible. Tout le monde fait son petit besoin au marché et c’est ici que nous trouvons des petits moyens pour l’éducation de nos enfants », a laissé entendre une autre femme.

Approché, le Maire d’Atakpamé, Adjonou Kassegné confirme l’existence dudit projet qui prévoit effectivement la délocalisation des revendeuses de légumes du marché de Blakpa vers le marché d’Agbonou. C'est dans le but de pouvoir ériger de nouveaux magasins au commerçants nigériens. Selon lui, ce sont ces Nigériens qui alimentent l’économie de la ville, mais il n’y a jamais eu question de chasser ces bonnes dames du marché.

« J’ai effectivement approché les bonnes dames et je leur ai dit que nous voulons construire des magasins pour embellir l’endroit. On s’était entendu et je leur ai dit d’aller elles-mêmes faire le tour de la ville pour trouver le lieu où nous pouvons les caser en entendant qu’on fasse les travaux. Après trois jours, le préfet m’avait informé que les femmes sont venues lui dire que je veux les chasser du marché, ce que je n’ai jamais dit. C’est suite à ça que le préfet et moi avons fait le tour de ville pour voir où on va les caser. Même si j’ai cette intention, il ne m’appartient pas en tant que fils du pays de chasser les revendeuses du marché de Blakpa. C’est vrai que c’est les étrangers qui tiennent notre économie ici, mais ce n’est pas pour cette raison que je vais chasser les bonnes femmes, elles sont aussi dans leur rôle », a-t-il indiqué.

En tout cas, ces revendeuses ne comptent pas se laisser faire. Pour calmer la situation, elles proposent à la municipalité de construire un immeuble de 3 étages et réserver le bas aux vendeurs condiments, des légumes et autres, le premier étage aux vendeurs des produits cosmétiques et vestimentaires et le 3e étage aux commerçants nigériens.

Visiblement, le Maire Adjonou Kassegné se montre réceptif à cette proposition. « Ce qu’elles proposent, c’est bon mais c’est de l’argent. Pour moi, c’est qu’on arrive à un compromis pour que l’endroit soit sécurisé. Leur idée n’est pas rejetée », a-t-il conclu.






Autres titres

Togo - Une forte pollution anthropique dans le canal lagunaire de Lomé
Togo - Agriculture : Un nouveau fonds de FIDA pour accompagner les producteurs ruraux
Togo - La communauté salésienne pleure le Père César Fernandez
Togo - Lancement officiel de la campagne « Aux Filles l’Égalité » de Plan International...
Togo - Lettre pour la mobilisation du peuple togolais
Togo - Interview de Komi KOUVON, Enseignant-Chercheur à l’UL : « On ne peut espérer sur...
Togo - Prolifération des produits avariés sur le marché : La LCT interpelle le gouverne...
Togo - Des mouvements anti-FCFA appellent à une manifestation devant l'Ambassade de Fra...
Plus de nouvelles




RECOMMANDÉS
1.  Togo - Mal inexpliqué chez des collégiennes à Sokodé: honteuse récupération politique par le...

2.  Togo - L’essentiel de ce lundi 18 février 2019 sur iciLome.com

3.  Togo - Antoine Folly : « La différence entre le régime et la C14, c’est que la C14 essaie de...

4.  Togo - Diplomatie : Faure Gnassingbé invité au « Sommet Russie-Afrique » en Russie

5.  Togo - Revue de presse du lundi 18 février 2019



Restez connectés sur iciLome


HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média