Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 12:57:07 AM Vendredi, 25 Mai 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Me Raphaël Kpande-Adzare : « Nous continuons par maintenir que le problème togolais n’est pas électoral »


politique

iciLome | | 38 Commentaires |Imprimer Lu : 4122 fois


« Le schéma électoraliste que vous proposez aux Togolais dans les conditions actuelles reste fort intenable, dangereux, voire suicidaire », c’est ce que dit le Front Citoyen Togo Debout, à travers une lettre ouverte adressée ce 14 mai 2018 à Christoph Sanders, Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Togo. Me Raphaël Kpande-Adzare, 2è porte-parole du FCTD, donne les raisons ce matin sur Taxi fm.

Selon Me Raphaël Kpande-Adzare, le Togo est un simulacre de République dirigée par une dictature dynastique.

« Effectivement, le Front Citoyen Togo Debout a adressé une lettre ouverte à Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Togo. Dans cette lettre, nous avons été clairs. Parce que le Togo est l’un des pays des peuples africains à avoir payé le lourd tribut pour la démocratie. Au Togo, nous nous disons que nous sommes une République, mais tout le monde sait aujourd’hui que le Togo n’est pas gouvernée par les règles de la République, par les règles de la démocratie. Nous sommes gouvernés par une dictature de père en fils, nous sommes tout simplement une monarchie, une oligarchie où une minorité accapare les richesses de l’Etat », a-t-il indiqué.

A travers une analyse faite de la démocratie au Togo depuis 90, Me Raphaël Kpande-Adzare rappelle que les élections ont toujours été émaillées de fraudes, une spirale de violences.

« Vous savez, la crise togolaise ne peut pas se résoudre tout simplement en une crise électorale sinon le Togo s’en serait déjà sorti. Le Togo a organisé les élections depuis 1990 et nous savons que ces élections n’ont jamais été transparentes. Nous avons vu au Togo des militaires bourrer des urnes, voler et transporter des urnes. Pourtant à la suite de ces élections, on a désigné un vainqueur. Nous avons vu des gens qui ont été assassinés, tués, jetés dans la lagune de Bè. Et pourtant, on a donné vainqueur à un candidat aux élections. Nous avons vu des centaines de morts lors des élections présidentielles de 2005. Mais quelqu’un est sorti vainqueur en la personne du président Faure Gnassingbé », a-t-il fait martelé, soulignant au passage qu’« on ne peut pas aujourd’hui sur fond de tension et de contestation précipiter le peuple togolais vers des élections. La crise togolaise n’est pas électorale pour dire que les Togolais n’ont qu’à laisser Faure Gnassingbé aller défendre son bilan en 2020 ».

Pour le 2è porte-parole du Front Citoyen Togo Debout, aller aux élections dans les conditions actuelles serait d’amener le peuple togolais vers le précipice. Les réformes constitutionnelles et institutionnelles d’abord, les élections après.

« Nous pensons que ce serait suicidaire, dangereux et que c’est un schéma périlleux auquel on conduit le peuple togolais. Nous continuons par maintenir que le problème togolais n’est pas électoral. La démocratie d’abord, il faut que les institutions soient fortes. Parce qu’en réalité, cela participe d’un bon sens. Nous parlons des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Quand la diplomatie allemande nous conduit aux élections, nous allons à ces élections avec quelles institutions ? Mais la CENI est impliquée dans le processus de réforme, la cour constitutionnelle également, le cadre électoral également avec un fichier qui n’est pas un fichier pur. Donc nous pensons aujourd’hui que la position de l’Allemagne qui consiste à dire que le peuple togolais n’a qu’à aller aux élections est intenable », a-t-il conclu.

Edem (Stagiaire)




Autres titres

Togo brigitte adjamagbo johnson : « on a l’impression que notre régime est devenu fou » 
Togo la coalition des 14 annonce trois grands meetings ce weekend à lomé 
Togo antoine randolph appelle le peuple togolais à se remobiliser 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 38   LU POUR VOUS | Mercredi, 16 Mai 2018  - 21:7
  personne n' est obligé d' aller aux élections. Il y a aussi d' autres citoyens qui peuvent valablement représenter les populations au Parlement

 37   L'AVEUGLE | Mercredi, 16 Mai 2018  - 20:28
 
LES ARGUMENTS DE LA CONSTITUTION DE 1992.

On dira ce qu'on veut mais la Conférence nationale souveraine a donné le tournant qu'elle pouvait à la marche du Togo. Conduite dans l'enthousiasme et même l'excès de patriotisme par des forces vives avides de changement, elle a inspiré puis accouché une Constitution qui ne pouvait qu'être plébiscitée à la soviétique. On aurait pu arrondir à 100% de Oui que personne n'aurait crié à la forfaiture. Il n'y avait aucun doute sur la droiture du processus référendaire. Les Forces du changement tenaient les rênes du pays au grand jour. En aucun cas nul ne pouvait effectuer plus de deux mandats. C'était gravé dans le marbre. Et pourtant !

L'élection présidentielle qui suit immédiatement, voit la candidature d'Eyadema acceptée avec la bénédiction de la fameuse phrase fétiche qui devait l'éjecter de la course.
Mieux, son score laisse penser que les mêmes Forces du changement ont préféré voter pour lui, pour un changement mais avec la continuité... Le togolais n'était pas contre la rétroactivité immédiate. Il voulait seulement attendre que l'euphorie passe. Il sera toujours temps de voir ce qu'on en fait. Ce peuple qui s'est doté d'une Constitution dégagiste a aussi préféré une longévité supplémentaire pour son bien-aimé Président.

27 ans après ce combat héroïque, on demande à ce peuple de bien vouloir reprendre dans sa version originelle, cette idyllique Constitution qui n'a pas fait ce qu'une minorité attendait secrètement d'elle, et n'a pu empêcher le toilettage de sa phrase incantatoire devenue obsolète. 27 ans après, si on veut bien croire les affirmations des Forces du changement rénovées (C14 ou G14), le peuple tient au retour de sa Constitution de 1992. C'est le même peuple et il devrait l'approuver avec la même ferveur et , normalement lui donner la même application. Sauf s'il s'avise de se poser la question épineuse : à quoi sert-il de ressusciter les mêmes causes pour espérer en tirer des effets différents ?

La réponse est toute faite dans ce cas, le vote n'aurait pour but que de lui faire explicitement enterrer à jamais cette constitution 92, bon sens oblige !!

Il faut être G14 pour s'accrocher mordicus à l'idée prometteuse que le peuple n'avait pas compris le sens de la rétroactivité ou que ça ne renforcerait pas la jurisprudence. Hélas même si c'est le cas, le peuple n'aurait d'autre choix que de donner un sens contraire à son vote pour obtenir l'effet inverse de ce qui s'était passé 27 ans plus tôt. J'espère que la C14 va se munir d'une bonne quantité d'aspirine pour tenter de comprendre ma sulfureuse démonstration.




 36   Rosalie A Abbey | Mercredi, 16 Mai 2018  - 15:37
  A moins que Yovo a be ya da e kpo de n'ko na mi kpo puisque souvent des Faure Gnassugbe organise ses elections certains opposants oublient les positions quíl defendaient pour sácoquiner a ce qui reste une entreprise mafieuse; je veux parler des elections a la sauce Gnassingbe Eyadema. Aux opposants aussi de prouver cette fois-ci leur serieux.

 35   GNAROU | Mercredi, 16 Mai 2018  - 11:45
  Réponse à 34-KASSANDA
  Pourtant vous avez fait le tour de toutes ces ambassades pour pleurnicher en defendant votre cause perdue d'avance !!

Pfffff......!


 34   LU POUR VOUS | Mercredi, 16 Mai 2018  - 10:24
  SENEGAL: à balles réelles les agents des forces de l' ordre ont tiré sur des étudiants....1 mort !

Sene News Actu /
Les affrontements entre forces de l'ordre et étudiants ont occasionné la mort du jeune Fallou Sène qui, après avoir reçu une balle, a succombé de ses blessures à l'hôpital. Il sera inhumé à Touba, ce mercredi.

 33   KASSANDA | Mardi, 15 Mai 2018  - 21:51
  Réponse à 31-Kassanda le nigaud
  L'ambassadeur Allemand a quoi à voir avec les élections au Togo ?
Des faux hommes comme toi me font marrer.

 32   ALOHEIN | Mardi, 15 Mai 2018  - 21:44
  Réponse à 25-El Niño
  Dixit.
"Les élections dans ces 4 pays sont crédibles..."
______
dans ces 4 pays les opposants sont crédibles: jamais ils ne s' offriraient une augmentation secrète de salaire alors que tout manque dans les hôpitaux de leur pays!

 31   Clement GAVI | Mardi, 15 Mai 2018  - 21:42
  Me Raphaël Kpande-Adzare : « Nous continuons par maintenir que le problème togolais n'est pas électoral »

Et c'est dire le vrai que de dire que le problème togolais n'a rien d'électoral. Car, les élections qui ne sont telles que dans la forme, ne servent qu'à légitimer ce qui est complètement illégitime, c'est à dire, la dictature.

Le problème a deux contenus, le départ de Faure Gnassingbé qui accumule déjà quinze ans de pouvoir après les trente huit de son père, et le pardon.

Faure Gnassingbé que l'on dit instruit doit comprendre que l'instruction c'est aussi l'être, c'est à dire, la conduite. La conduite comme le sens des mesures, l'humilité, la retenue de soi. Il est simplement ridicule que des millions viennent au monde souffrir des caprices de quelques uns. Le Togo n'est pas la propriété des Gnassingbé, ni de quelqu'un de particulier, le Togo est un don commun de Dieu. Maintenir son propre frère Kpatcha Gnassingbé en prison depuis 2009 et être préoccupé par des élections après quinze ans de pouvoir est simplement lamentable. Alors, le Front Togo Debout n'a que trop raison le problème togolais n'est pas électoral, il s'enracine dans une alternance sans Faure Gnassingbé, c'est à dire dans une rupture d'avec ce passé sanglant et douloureux. Faure Gnassingbé doit partir et nous peuple Togolais devons pardonner les crimes de ce régime.

 30   Kassanda le nigaud | Mardi, 15 Mai 2018  - 19:52
  Réponse à 23-KASSANDA
  Macron a quoi à voir avec le cadre électoral togolais? Kassanda, des demi-hommes comme toi font marrer!

 29   GNAROU | Mardi, 15 Mai 2018  - 19:51
  Réponse à 25-El Niño
  Tu sais comment on renverse un regime ??
Je ne crois pas que les ghanéens , nigeriens et burkinabé aient eté aussi idiots que vous pour adopter vos methodes !!!

Renversez un regime n'est pas une affaire de femmes !!



TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com