Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 12:59:01 AM Lundi, 28 Mai 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Cameroun Économie et insécurité au menu des journaux camerounais


société

Apanews | | Commenter |Imprimer Lu : 288 fois


Des nouvelles pas toujours désagréables, sur le front de l’économie nationale, mais également la situation de la crise anglophone et de la lutte contre la secte islamiste Boko Haram, constituent le menu des journaux camerounais parus jeudi.

D’InfoMatin à Défis Actuels en passant par Le Jour ou encore L’Essentiel, la presse salue l’annonce, par le gouvernement, de la réduction de la dette intérieure de l’État à hauteur de 30 milliards FCFA au titre des exercices 2016 et antérieurs.

Pour la dernière publication citée, il s’agit de l’aboutissement d’une promesse du chef de l’État qui, dans son discours du 31 décembre dernier à la nation, s’était engagé à accorder une attention particulière à la situation des petites et moyennes entreprises (PME), et à contribuer à l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Selon InfoMatin, sont concernés par ces paiements, les personnes physiques, les prestataires de services et autres fournisseurs des administrations publiques, les établissements publics, privés et les organismes bénéficiaires des subventions de l’État et n’ayant pas reçu leur appui financier depuis 2016, les contributions publiques au financement de la couverture sociale ainsi que les fonds de contrepartie.

Mais Le Quotidien de l’Économie relève comme un fâcheux contraste, dans la démarche gouvernementale : tout en soldant une bonne partie de sa dette, le même État, en 2017, a continué à alourdir son train de vie «somptueux», tout en promouvant des mesures d’austérité.

Contrairement au discours officiel, l’exercice écoulé aura ainsi été marqué, note le journal, par un dépassement des dépenses courantes, de celles des transferts et des biens et services.

Les retombées de la politique d’austérité se font effectivement attendre, convient L’Équation, des réponses appropriées n’étant pas toujours au rendez-vous des aspirations des masses laborieuses souhaitant qu’enfin le fruit de leurs impôts soit traduit en réalisations d’infrastructures de base.

Pendant ce temps, note Mutations, le même gouvernement continue de créer des éléphants blancs et des «coquilles vides» à l’instar du Conseil national de la jeunesse, un «machin budgétivore» et qui, en 9 ans d’existence affiche un bilan dérisoire, sa subvention annuelle de 40 millions aiguisant par ailleurs les appétits de ses dirigeants.

Rien ne va plus sur le front de l’activisme séparatiste anglophone dont le bloc, signale L’Anecdote, vient de voler en éclats après l’exécution annoncée, par les Forces de défense de l’Ambazonie (ADF), un mouvement insurrectionnel, du délégué régional des Affaires sociales pour le Nord-Ouest, Animbom Aaron Ankiambom, enlevé le 24 février 2018.

L’un des leaders pondérés du mouvement, Cris Anu, vient ainsi de se désolidariser de ses compagnons d’armes, appelant par ailleurs les populations anglophones à dénoncer les extrémistes.

La cause anglophone vient de déraper dans le bain de sang, explique à The Guardian Post M. Anu, par ailleurs secrétaire à la communication du mouvement, déclarant que les tueries de civils ne font pas partie du programme pour l’indépendance des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Mais l’activiste risque de n’être pas entendu par les jusqu’au-boutistes du mouvement qui, à travers la prise d’otages, viennent, selon L’essentiel, d’inaugurer un nouveau mode opératoire dans la crise anglophone.

«Coupeurs de route ou sécessionnistes ?» s’interroge le journal à propos de ces «terroristes» dont les actes sont semblables à leurs compères du Delta du Niger, et entre les mains de qui l’armée a arraché 14 otages étrangers en deux mois.

Et Le Jour de relater l’enfer vécu par 12 otages italiens et suisses, libérés en début de semaine par l’armée et remis à leurs ambassadeurs respectifs à Yaoundé, des actes qui vont davantage plomber un tourisme local dont les recettes pourraient améliorer la situation de l’économie camerounaise.




Autres titres

Cameroun la politique fait les choux gras de la presse camerounaise 
Cameroun la politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais 
Cameroun la crise diplomatique avec les usa en couverture des journaux camerounais 
Plus de nouvelles






TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
| | | | .
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com