Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 9:52:38 AM Lundi, 19 Février 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Le Front citoyen Togo Debout organise, le mardi 13 février sur le terrain d'Akassime à Lomé, un grand meeting de sensibilisation des populations sur l'actualité politique, notamment le dialogue annonc


politique

iciLome | | 7 Commentaires |Imprimer Lu : 1758 fois



APPEL A LA MOBILISATION

Le Front citoyen Togo Debout organise, le mardi 13 février sur le terrain d'Akassime à Lomé, un grand meeting de sensibilisation des populations sur l'actualité politique, notamment le dialogue annoncé entre le pouvoir et l'opposition pour une sortie de crise et censé démarrer le jeudi 15 février 2018

Les Patriotes Togolais, engagés depuis août 2017 aux côtés du peuple dans son combat légitime pour l'alternance politique au Togo et sa libération du joug de la dictature nocive à la tête du pays depuis un demi-siècle, saluent cette initiative et en félicitent les auteurs.

Pendant que toute l'attention de la classe politique sera réquisitionnée par les préparatifs du dialogue et sa réussite, il sied que la société civile responsable prenne le relais de la mobilisation des populations et urge qu’elle maintienne vive la flamme de la contestation, au moment où le pouvoir fait les pieds et les mains pour faire suspendre les manifestations au cours du dialogue.

Déjà pour ce meeting, les organisateurs ont été encore confrontés aux manœuvres du régime « démocraticide » et frileux qui a refusé le premier lieu choisi, l'esplanade du Collège du Plateau à Casablanca, pour abriter ce meeting.

C'est le lieu de lancer un appel patriotique aux populations togolaises, soucieuses de l'avènement de l'alternance dans notre pays, une curiosité démocratique dans l'espace ouest africain, à se mobiliser massivement, comme à l'appel de la Coalition des 14 partis de l'opposition, pour ce meeting de sensibilisation. Cette mobilisation serait un signe d'encouragement aux leaders de l'opposition, mais aussi de pression sur le pouvoir.

Le Mouvement Patriotes Togolais émet le souhait que ces meetings se multiplient tout le temps des discussions. Ce serait l’expression de plus de la détermination des Togolais à faire aboutir la lutte, loin des pronostics d’essoufflement faits par le pouvoir Faure Gnassingbé, mais aussi une façon pour le peuple de jouer son rôle de sentinelle sur toute la classe politique et l'empêcher de faire des compromissions sur son dos.

Les Patriotes Togolais comptent sur les Togolais qui ont, durant le réveil populaire en août 2017, suffisamment montré leur soif de l’alternance avec leur participation massive aux manifestations organisées par la Coalition des 14 partis de l’opposition, sur toute l’étendue du territoire.
Notre force, c’est notre nombre, et la lutte populaire est invincible.

Fait aux USA, le 10 février 2018

Pour le Bureau Exécutif
Timothy Doe



Autres titres

Togo jean pierre fabre: "l’histoire politique récente de ce pays est celle de dialogues avortés" 
Togo dialogue "lomé 2018": trouver un accord "exécutable" 
Togo les principes directeurs du dialogue politique 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 7   Soumbou | Mardi, 13 Février 2018  - 9:47
  Réponse à 5-TOUGNOWOU
  Ah. Bon? "Le G14 est constitué de beaucoup de mercantiles, d'escrocs et de menteurs, des gens qui ont appris à mentir chez le RPT" cette déclaration n'est pas de moi, mais d'un militant "con-vaincu" du G14 du nom de TOUGNOWOU. Vous voyez l'état d'esprit des suiveurs inconditionnels de l'opposition? Ils savent que leurs leaders sont de faux types, mais ils les suivent quand même, et répètent bêtement en cœur leurs slogans vides de sens. TOUGNOWOU a tué l'opposition dans son petit moment de lucidité

 6   abawe | Mardi, 13 Février 2018  - 9:38
  Réponse à 5-TOUGNOWOU
  Ahhhhhh! ça commence a tirer entre eux..boom! boom! boom! de grâce vous devez pour une fois laisser Faure en dehors de vos problèmes interne des 14 crabes(c14)

 5   TOUGNOWOU | Mardi, 13 Février 2018  - 8:12
  La société civile doit prendre la lutte en main.Elle doit aller loin pour diligenter d'enquête vérifiant si Faure n'a pas corrompu G14.Rien ne sera plus qu'avant .Soyons vigilant car G14 est constitué de beaucoup de mercantiles ,d'escrocs et de menteurs,des gens qui ont appris à mentir chez le RPT.

 4   Diaz Tokoin | Mardi, 13 Février 2018  - 8:3
  Réponse à 2-Chromosome 21
  le RPT/UNIR est libre de constituer les membres de son équipe comme il l'entend, façon il y a déjà une grande part importante de l'armée dans ce gouvernement, Faure lui même reste ce ministre de la défense, des anciens combattants, le chef sûpreme de l'armée donc premier donneur d'ordres et décideur de qui doit avoir la vie sauve et qui doit être mutilé ou embastillé...l'éputation ethnique, la purge dans l'armée c'est encore Faure...un representant incontournable de cette armée donc, il est le premier invité...

Dans tous les cas, le gouvernement peut se faire representer par un civil mais l'armée a déjà un "representant incontournable: c'est "Kodjo le meunier" et le RPT/UNIR peut complèter sa liste par Kaboua, Taama et quelques rabougris de la politique togolaise libre à eux...

Laissons pisser Bawara...c'est la fin qui nous interesse, et qu'ils débarrassent au plutôt le plancher

Faites passer le message, Diaz Tokoin

 3   Diaz Tokoin | Mardi, 13 Février 2018  - 7:46
  Réponse à 1-Clement Gavi
  La chutte d'une dictature fait toujours du bruit, le dictateur se débat vigoureusement comme un beau diable sur tous les fronts en semant le K.O, le désespoir et la ruine partout et en tout... (plus de 100 morts depuis le 19 Août 2017)...on lui découvre des capacités insoupçonnées de se muer en RePTile à double têtes capable de laisser repousser un membre décapité, de rennaître de ses cendres tel un sphinx...d'user de tous les pouvoirs toujours dans l'intention de NUIRE et non d'unir...

Il serait plus intelligent de savoir faire face à ce "monstre" et ce, sur tous les fronts et même sur des terrains inimaginable, ne rien lui concéder...

Aujourd'hui Faure notre ECHEC national est dans "une politique Israelienne" qui consiste à aller beaucoup plus loin sur le terrain de son adversaire, créer une crise dans la crise et obliger l'adversaire à d'abord négocier pour se sortir de la seconde crise au point de releguer au second plan la première crise la plus importante (les prisonniers politiques et les innocents abitrairement détenus) constitue un moyen de pression et d'échange pour Faure le corbillard qui risque de critaliser le dialogue au point de faire oublier l'essentiel "le départ immédiat de Faure" aux peuples...

Maintenir la flamme activée restera le seul moyen de les contraindre à un issu positif...personne ne fait de concession à un pouvoir illégitime et illégal comme celui de Faure, et OUI l'alternance ne sera pas négociable...

Faites passer le message, Diaz Tokoin

 2   Chromosome 21 | Mardi, 13 Février 2018  - 6:53
  Aucun sujet ne sera exclu au cours du dalogue, selon Gilbert Bawara sur Africa 24

©Nouvelleafrique (Lomé, le 12 février 2018)

Après six (6) mois de soubresauts politiques, le démarrage du dialogue inter-togolais, le 27ème au compteur n’est qu’une question d’heures, plus précisément le 19 février prochain selon les dernières informations. Aussi dans l’état major de chaque partie engagée dans cette crise, du moins au niveau de C14 et du gouvernement, le temps n’est pas du tout au repos.

Du côté du pouvoir, le seul qui s’exprime ces derniers temps sur le sujet n’est personne d’autre que le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Reforme administrative, Gilbert Bawara. Invité ce lundi sur les plateaux de la Télévision Africa 24, l’homme s’est aisément soumis comme à son habitude aux questions liées à de divers sujets.

Le ministre Bawara a été d’entrée de jeu entraîné sur le terrain social, notamment la crise qui secoue le secteur du travail au Togo. Dans son argumentaire, le ministre a indiqué qu’il y a énormément d’actions et de mesures qui ont été prises au cours de la dernière décennie afin d’améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires et des travailleurs y compris dans le secteur privé.

«Est-ce que cela est suffisant? certainement pas. comme toute oeuvre humaine est perfectible, nous comprenons les aspirations des travailleurs et des travailleuses et les améliorations continuent leur cours», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Gilbert Bawara n’a pas hésité à faire le lien entre les revendications syndicales, et les celles des partis politiques de l’opposition. Pour le porte-parole du gouvernement, il y a une volonté de jonction entre les deux fronts qui normalement, selon lui, devraient êtres séparés.

« Avant d’être responsables syndicaux, ces gens sont des militants des partis politiques (..) Il y a des responsables syndicaux qui se disent que le gouvernement serait fragilisé donc c’est le moment de monter les enchères (…) Parfois même leurs plateformes revendicatives sont forgées dans les anti-chambres des regroupements de partis politiques », a-t-il glosé.

Comme « plat de résistance », Gilbert Bawara a été amené à répondre aux questions liées à la crise politique qui secoue le pays depuis six (6) mois. Sur la genèse de la crise, le ministre a déclaré sans ambages que « la manifestation du 19 août 2017, relevait d’une volonté de déstabiliser les institutions de la République».

«Nous avons été surpris de constater que des gens qui se disent démocrates s’inscrivent dans une logique de déstabilisation des institutions de la république par la rue. Nous avions cru que cela était révolu »,a-t-il clamé.

Sur le sujet épineux du dialogue, le ministre Bawara a indiqué que le gouvernement prendra sa responsabilité dans un esprit d’écoute et de consultation avec les autres principaux acteurs.

En ce qui concerne l’inclusivité du dialogue, le porte-parole du gouvernement estime qu’au regard des objectifs, des partis politiques ne doivent pas être amenés à disqualifier d’autres.

« En ce qui concerne l’inclusivité du dialogue. Je ne vois pas l’intérêt pour un parti politique d’avoir du mépris pour les autres partis politiques. Je pense que l’objectif qui est recherché est de permettre à tous les acteurs de s’exprimer sur les réformes dont notre pays a besoin », a-t-il expliqué.

« Le meilleur moyen d’entraver et de compromettre l’aboutissement du dialogue, c’est de commencer déjà à ériger des barricades. Au tour d’une table de discussions, il faut que les parties aient le loisir et la possibilité de mettre sur la table de discussions les points qu’ils souhaitent », a laissé entendre le ministre dans la suite de sont intervention avant d’ajouter :

« Qu’il s’agisse du départ du président de la République ou de la constitution dite de 1992, nous n’allons empêcher personne de mettre sur la table de discussions quelques sujets que ce soient. Nous allons à ce dialogue avec un esprit constructif, avec un esprit d’ouverture et la volonté de rechercher et de parvenir à des compromis qui soient dans l’intérêt du Togo ».

Le ministre de la Fonction publique, qui a affiché un air d’optimisme, va plus loin et estime que « la finalité du dialogue c’est de réaliser les réformes ».

« Le dialogue en lui-même n’est pas une finalité. Si le dialogue a eu lieu et nous le souhaitons, nous en avons pris l’initiative. Encore faut-il que chacun soit animé d’un esprit constructif et d’œuvrer pour le bon déroulement et le bon aboutissement du dialogue », a indiqué Gilbert Bawara avant de conclure que : « Là où nous devons avoir les esprits focalisés c’est la réalisation des réformes. Et c’est le plus important ».

Gabriel Blivi

 1   Clement Gavi | Mardi, 13 Février 2018  - 4:52
  'il sied que la société civile responsable prenne le relais de la mobilisation des populations et urge qu’elle maintienne vive la flamme de la contestation, au moment où le pouvoir fait les pieds et les mains pour faire suspendre les manifestations au cours du dialogue.'

Maintenir vive la flamme de la contestation. Ne pas se résigner. Car, un pouvoir des terroristes, illégitime et diabolique, est ce pouvoir, tel qu'il devient légitime de se rebeller contre lui, de lui opposer une résistance déterminée.

Si c'est un mal, des générations détruites par une clique de délinquants, voyous et terroristes, c'en est un terrible de s'y résigner. Alors, maintenir la flamme de la contestation n'est plus qu'un droit, il devient un devoir.

Résistons ces terroristes, résistons ce régime de terreur.


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
http://www.mon-transatbebe.com| | | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com