Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 4:19:39 PM Lundi, 22 Janvier 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Crise politique togolaise : Faut-il (déjà) changer de médiateur ?


opinions

- | | 3 Commentaires |Imprimer Lu : 1558 fois


Le samedi 16 décembre 2017, une manifestation de soutien au peuple togolais organisée à Accra a été dispersée par la police ghanéenne. Dans la foulée, 19 personnes ont été interpellées.

Dans une audio circulant sur les médias sociaux, l’auteur, qui se présente comme un Ghanéen d’origine togolaise et un fin connaisseur de la vie politique ghanéenne, met l’opposition togolaise en garde contre la duplicité du président ghanéen, non pas seulement du fait de ce malheureux incident, mais aussi à cause de la longue histoire de collaboration secrète entre le régime togolais (de père en fils) et l’actuel parti au pouvoir au Ghana, le NPP (Nouveau Parti Patriotique). Il réagissait ainsi à l’audio de Tikpi Atchadam dans laquelle ce dernier plaçait beaucoup d’espoir dans la médiation que mènera prochainement le président ghanéen, Nana Akufo-Addoh.

Au début des années 90, c’était un secret de polichinelle que le président Eyadema avait largement soutenu financièrement le NPP. Les militants du NPP ne le cachaient pas. Pour Eyadema, il s’agissait d’un parti qui pouvait faire tomber son ennemi juré John Jerry Rawlings, soutien de l’opposition togolaise. Par conséquent, l’auteur de l’audio suggère à l’opposition soit d’être extrêmement vigilante, soit de carrément demander à la CEDEAO le changement du médiateur.

Vigilante, oui l’opposition togolaise doit l’être. Non pas parce que Akufo-Addoh est le médiateur, mais parce que cette opposition a affaire à un régime qui n’a pas encore dit son dernier mot. Le régime compte damer les pions à l’opposition du début jusqu’à la fin, afin que le dialogue qu’il a appelé de ses propres vœux échoue. Car si les points que l’opposition voudrait voir inscrits à l’ordre du jour du dialogue étaient pris en compte, il s’agira donc de discuter de la fin du régime plutôt que de sa survie. Mieux vaut donc son échec, et le régime multipliera les coups tordus pour que le dialogue échoue ou qu’il ne se tienne même pas. Le refus obstiné de libérer TOUS les détenus politiques en est une illustration pour quiconque croit en la bonne foi du gouvernement.

Mais dire que l’opposition doit demander un changement de médiateur serait un pari très risqué : dans l’audio en question, l’auteur rapporte que lors de la visite de Macron au Ghana, lui et son hôte avaient parlé des opposants togolais comme des « radicals », des politiciens radicaux en anglais. C’est tout dire. Quel que soit celui des deux présidents qui a utilisé ce terme, c’est que cela exprime déjà une vision biaisée partagée sur la politique togolaise. L’un a pu utiliser ce terme parce qu’il est sûr que son interlocuteur partage cet avis. Cela signifie aussi que la médiation ghanéenne recherche des signes qui pourraient justifier sa description de l’opposition comme étant un groupe de radicaux. Dans ce cas-là, demander un changement de médiateur pour des motifs comme la dispersion d’une manifestation ne ferait que mettre de l’eau au moulin de tous ceux qui, dans la communauté internationale et dans l’entourage du président ghanéen, sont pressés de jeter l’anathème sur l’opposition togolaise afin de continuer le business avec la famille régnante du Togo. Et nous le savons, ceux-là sont nombreux.

Tout n’est pas blanc dans une médiation, et tout ne peut pas être noir. Tout est question de vigilance. Le fait que le président ghanéen soit issu d’un parti qui a eu – et a peut-être encore – des accointances avec le régime togolais ne signifie pas nécessairement qu’il est contre l’opposition togolaise.

La résolution des conflits nous apprend qu’un médiateur compétent est celui qui parvient à gagner la confiance des deux parties bien avant le début des discussions. Il ne s’agit pas d’une confiance totale, mais d’une confiance nécessaire pour la résolution du conflit. La dispersion de cette manifestation met à mal la confiance que l’opposition peut avoir en le médiateur ghanéen. Mais en tant que médiateur, il se peut qu’il ait un parti-pris personnel qui peut vite être corrigé par le sérieux dont l’opposition saura j’en suis sûr, faire preuve. Ce sérieux comprendra entre autres, une stratégie de communication avec le médiateur qui respectera les normes diplomatiques, c’est-à-dire une communication qui ne dépende pas des aléas de la politique intérieure du Ghana.

L’objectif du dialogue n’est pas d’avoir un médiateur parfait, issu d’un parti parfait ou d’un pays parfait. L’objectif est de résoudre la crise qui touche le Togo. Cela signifie que quelles que soient les carences du médiateur, c’est l’objectif poursuivi qui compte.

Le destin d’au moins 7 millions de personnes est en jeu.

L'AUTEUR
Aminou Ben Yaya
.


Autres titres

Togo quelle réponse à trump ? 
Togo togo chéri, l’or de l’humanité… 
Togo tikpi atchadam et le djihadisme : les élucubrations d'un ministre nommé agadazi 
Plus de nouvelles





 3   L'aveugle | Samedi, 23 Décembre 2017  - 21:16
  L'opposition connait déjà les conclusions du dialogue. La maneuvre pour faire accepter ces conclusions consiste à faire croire qu'elle n'y collaborait pas.

C'est simple, dit et répété maintes fois. Dans un pays reconnu comme démocratie même naissante, arriver au pouvoir par tout autre voie que celles des urnes n'est pas toléré. Même une insurrection dite légitime ne passe pas. Au Togo vous verrez débarquer la CEDEAO comme en 2005. Rien de plus simple à comprendre quand le dernier sommet de cette instance insiste sur ce que le président français a déjà martelé.

Médiateur ou pas et même sans dialogue, le problème est déjà réglé. Il reste seulement à savoir si Faure ne va pas se fâcher et enclencher le côté judiciaire qu'on le presse d'activer pour décourager les futures tentatives de coup d'État.

 2   LeTogo | Jeudi, 21 Décembre 2017  - 10:13
  Al Mudjahidine,

Merci pour ta sortie. Je partage amplement ton analyse. On a en face un régime qui a des ramifications partout, et c'est tout le mérite d'Éyadéma.

Notre pays est le cœur sinon l'épicentre de la grande nébuleuse mafia internationale qu'est la Françafrique. Et c'est à juste titre qu"ils soutiennent cette mafia car ils savent que si le régime togolais tombe, ce sera l’élément catalyseur du mouvement de libération des peuples africains. Ce qu'ils ne veulent pas voir se concrétiser. Souvenons-nous que la première forfaiture politique d'après les indépendances a eu lieu au Togo, pour ensuite embraser d'autres pays du continent.

Cela nous amène à envisager d'autres types de stratégie pour mettre à mal les intérêts de cette mafia dans le pays. C'est la seule façon de les amener à se plier à la volonté du peuple togolais.

Donne aussi de tes news de temps en temps même si je sais que les choses ne sont pas du tout évidentes quand on est à l'étranger.


Tina bilè


 1   KOZAX | Mercredi, 20 Décembre 2017  - 6:33
  Je salue la sortie de M. Aminou Ben Yaya. Comme le dit si bien, on ne sera jamais trop vigilant quand on a à faire avec le régime de Gnassingbe père et fils. Pour entamer une négociation chaque partie doit bien se préparer et arrêter des points et des principes sur lesquels elle ne transigera pas, car dans le cas d'espèce, c'est le sort de notre peuple qui est en jeu. Et c'est sur ce point que j'aimerais attirer l'attention de M. Aminou Ben Yaya sur des faits qu'il a lui-même évoqués et qu'il semble minimiser pour arriver à la conclusion qui est sienne, à savoir le bagage historique du médiateur. Un fait est d'accepter une médiation même si on n'a pas les mêmes orientations politique et sociale que le médiateur. Mais accepter un médiateur dont les faits et gestes sont plus qu'inquiétants, c’est décider de se précipiter dans un traquenard en voyant celui qui l'a posé attendre juste à côté pour qu'on y soit pris.

Depuis que les manifestations ont commencé le 19 août de cette année, on n'a pas entendu parler d'arrestation de membres de la Diaspora togolaise de par le monde, si ce n'est qu'au Ghana, le pays voisin le plus immédiat. Non contentes de faire arrêter les membres de la diaspora togolaise à Accra en octobre dernier, les autorités ghanéennes ont fait arrêter le weekend dernier 19 membres ou sympathisants d'un parti politique ghanéen qui s'étaient rassemblés pacifiquement pour marquer leur solidarité avec le peuple togolais en lutte pour l'instauration d'un véritable système démocratique au Togo. Comme l'a précisé le chef du parti politique en question, les officiers de police lui auraient signifié que l'ordre de les arrêter était venu "d'en haut", sous-entendu du Ministre de la Sécurité, celui-là même qui est chargé par le président ghanéen de conduire l’équipe de médiation, et dont les liens d’amitié avec son homologue togolais sont connus.

Que faut-il de plus pour éveiller les soupçons de l’opposition en lutte ? Les gestes de bienveillance de Faure Gnassingbe à l’égard d’Akufo-Addo à travers l’hommage remarqué rendu au roi des Ashantis lors de sa visite récente à Kumasi constituent un geste qui serait resté anodin si on ne tenait pas compte de son contexte. Et ce ne sera pas la première fois que l’opposition togolaise se fera couillonner.


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
http://www.mon-transatbebe.com| | | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com