Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 3:27:29 PM Lundi, 11 Décembre 2017 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo TOGO, POUR UNE NÉGOCIATION PARTICIPATIVE : Vers une transition démocratique avec un changement de Gouvernement


opinions

CVU Togo-diaspora | | 7 Commentaires |Imprimer Lu : 2480 fois


ANALYSE DE CVU-TOGO-DIASPORA DU 04 DÉCEMBRE 2017

A la suite de la 17e marche pacifiquement du peuple togolais (02 décembre 2017), le régime RPT/UNIR continue à sévir dans plusieurs villes du Togo, notamment Bafilo, Lomé, Mango, Sokodé Tchamba, et Kara. Le paradoxe est que ceux (Président du Ghana, Mr Nana Akufo-Addo ou Président de la Guinée, Mr Alpha Condé) qui se présentent comme des facilitateurs et non des médiateurs dans la crise politique togolaise, ne sont pas nécessairement neutres dans leurs initiatives. Les mesures d’apaisement du Gouvernement de Faure Gnassingbé ne semblent s’adresser qu’à la Communauté internationale pour faire diversion au point de transformer la libération au compte-goutte des prisonniers politiques en une forme de chantage.

La tentative de Faure Gnassingbé de refaire un référendum pour le rétablissement de la Constitution de 1992, adoptée par référendum populaire est totalement rejetée par le peuple togolais. Les marches de contestation pacifiques y sont pour beaucoup. Merci au Peuple togolais pour ta détermination et ta vaillance tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières togolaises !

Mais alors quelles modalités de sortie de crise au Togo ? Il semble que la sortie de la crise togolaise aujourd’hui devrait passer par deux phases, à savoir la négociation participative et la transition démocratique devant mener à la vérité des urnes.

1. LA PHASE UNE : POUR UNE NEGOCIATION PARTICIPATIVE
Une phase de négociation participative doit comprendre des négociations reposant sur un agenda officiel présentant la position des deux principaux protagonistes à savoir le pouvoir RPT/UNIR d’un côté et la coalition de l’opposition représentée par 14 partis ; cette négociation doit refléter la position commune de la majorité de la population togolaise et non uniquement celle des partis politiques :

1.1 aussi, à côté des représentants du RPT/UNIR, de la coalition de l’opposition des 14, il importe d’associer d’autres partis politiques togolais et d’autres représentations du peuple togolais, notamment :

1.2 l’association de représentants de la Diaspora togolaise représentant plus de 27 % des citoyens togolais notamment sa composante non alignée sur le pouvoir en place ou silencieuse par souci de commodité personnelle ;

1.3 la participation de la société civile togolaise engagée dans la lutte pour l’alternance au Togo ;

1.4 le concours des représentations communes des confessions religieuses ;

1.5 une représentation de l’armée togolaise républicaine, ce qui ne peut être les commanditaires des « milices commentant des exactions contre les marches pacifiques du peuple togolais » ;

1.6 une représentation des chefs traditionnels ;

1.7 une représentation de facilitateurs qui devraient provenir autant des pays de la CEDEAO que de pays n’ayant pas d’antécédents de type coloniale ou postcoloniale (Etats-Unis, Autriche).

Le choix des représentations togolais pour participer à la négociation de transition doit reposer sur un nouveau Consensus de Lomé à savoir que chacun des représentants doivent être acceptés sur une base consensuelle par le groupe représentant le RPT/UNIR et le groupe représentant la coalition des 14 partis de l’opposition si possible élargie.

2. LA PHASE DEUX : POUR UNE TRANSITION DÉMOCRATIQUE AVEC UN CHANGEMENT DE GOUVERNEMENT
La phase de transition, pour être démocratique, doit reposer sur un consensus et des garanties d’applications des accords. Compte tenu de l’absence de crédibilité de Faure Gnassingbé sur le respect des engagements pris sur l’Accord politique global de 2006 et la mise en œuvre des conclusions du rapport de Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR), un contrôle sera indispensable afin d’éviter de tomber dans la technique du « gagner du temps », si chère au système militaro-civil de Faure Gnassingbé. Cette technique consiste à systématiquement mettre les partis d’opposition, la Diaspora indépendante et la société civile togolaise devant le fait accompli.

Cette approche n’est plus tolérable dans cette ère de renaissance du Togo où le double langage du Gouvernement doit prendre fin. C’est aussi pour mettre fin à ce double langage de l’Etat togolais qui s’est spécialisé sur « des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient », que le Collectif pour la Vérité des Urnes-Diaspora recommande que la coalition des 14 partis politiques accepte le principe de :

continuer les marches pacifiques d’appui à la transition démocratique du Togo ; et
exiger la fin du Gouvernement de Komi Selom Klassou pour le remplacer par un Gouvernement de transition et non un Gouvernement d’union nationale. Ce nouveau Gouvernement doit être inclusif avec la participation des représentants de RPT/UNIR, la Coalition des 14, la Diaspora indépendante ou non alignée, la société civile togolaise et les représentants des militaires républicains.

3. UN RAPPORT DE FORCE ADDITIONNEL EST NÉCESSAIRE
En plus du vote de la Diaspora togolaise, le retour à la Constitution originelle de 1992 est l’une des requêtes principales de la population et relayées par les 14 partis de l’opposition. Croire que Faure Gnassingbé va « pacifiquement » en accepter les termes est un leurre. Les appuis de militaires non-républicains et les lobbies intérieurs et extérieurs au Togo du système RPT/UNIR ne semblent pas disposés à voir ce troisième mandat à la tête du Togo entre 2015-2020 écourté. En plus des marches pacifiques, il faut donc s’attendre à augmenter le rapport de forces au profit du peuple togolais. Également, des démarches auprès des pays dont les intérêts sont lésés au Togo du fait des agissements mafieux du Gouvernement togolais pourraient trouver un avantage certain à aider et soutenir indirectement les revendications du peuple togolais. Ce point devra être considéré par tous ceux qui souhaitent une alternance démocratique au Togo.

Faut-il rappeler qu’en novembre 2017, un « navire battant pavillon togolais a été intercepté début novembre en Italie pour contrebande de diesel ». En octobre 2017, « la police italienne avait déjà arrêté six personnes et émis des mandats d’arrêt contre trois personnes toutes impliquées dans un réseau de contrebande de carburant », notamment la vente de plus de « 30 millions d’euros de gasoil à des stations-services en Italie et en Europe » et « 11 tonnes de cigarettes de contrebande ». A qui profitent ces trafics illicites en dernier ressort ? En attendant les premiers résultats de l’enquête, la police italienne n’a pas encore communiqué de plus amples d’informations sur cette affaire, notamment les donneurs d’ordre.

4. IDENTIFIER LES INTÉRÊTS ÉCONOMIQUES QUI VEULENT LE STATU QUO AU TOGO
Bref, il faut donc voir la réalité en face car il y a des intérêts économiques en jeu. Sans des tractations sur la protection des intérêts des uns et des autres, il sera difficile de faire aboutir le volet politique des revendications du Peuple togolais sans informer ce même Peuple afin de trouver un consensus sur l’identification des pays amis du Togo qui pourraient contribuer à améliorer substantiellement le rapport de force additionnel au profit du Peuple togolais.

Les dirigeants de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition gagneraient à élargir cette coalition avec d’autres partis politiques, la Diaspora indépendante non alignée afin de pouvoir identifier les intérêts économiques en jeu qui pour certains viennent en contradiction avec les intérêts du Peuple togolais.

Il importe alors d’informer le Peuple togolais de ces enjeux économiques aux conséquences politiques afin de mieux comprendre les rapports de force et les soutiens qui pourraient manquer pour faire aboutir la lutte pour l’autodétermination, la transparence du processus démocratique et le retour de la liberté et des droits fondamentaux des citoyens togolais. YEA.

04 décembre 2017.

Dr Yves Ekoué AMAÏZO

L'AUTEUR
Dr Yves Ekoué AMAÏZO
Coordonnateur général, Collectif pour la Vérité des Urnes
CVU-TOGO-DIASPORA. Une association de fait financièrement indépendante et politiquement libre.
Membre du Réseau de la Coordination de la Diaspora Togolaise Indépendante.
www.cvu-togo-diaspora.org
info@cvu-togo-diaspora.org
© CVU-TOGO-DIASPORA


Autres titres

Togo vers l’intégration des structures de l’alternance : le peuple togolais est « fatigué d’attendre » ! 
Togo révolution togolaise : le tour de garde 
Togo de la nécessité du cantonnement de "l´armée togolaise" sous le contrôle des forces de la cedeao ou de l´onu 
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



 7   FABRE DEMAND PARDON | Mercredi, 6 Décembre 2017  - 18:14
  '
Le Togo fait la une au-delà de l'Afrique. Mais des gens s'en réjouissent parce que c'est pour encourager la destruction d'un petit pays qui recommençait à briller.

Y'en a marre de me demander pourquoi je dois accompagner la lutte pour la démocratie quand cette lutte ne fait pas la différence entre ce qu'il faut changer et ce qu'il faut préserver. En exemple, vous constatez que le bus dans lequel vous êtes est conduit par un chauffeur incompétent à 100 à l'heure, et vous mettez le feu au véhicule parce que le chauffeur met votre vie en danger. Moi aussi passager comme vous, dois-je vous aider ?

C'est dans ce cas que nous nous trouvons avec le Togo. Je veux la démocratie et non le chaos. Soyons responsables dans tous les aspects de cette lutte qui perdure parce que nous faisons trop d'erreurs. S'il te plait Fabre, je ne suis pas le plus avisé des combattants, peut-être même un militant un peu tiède.

Mais de grâce, la période actuelle a commencé avec fracas et promesses visibles de victoire. Mais à ce jour je ne peux m'empêcher de constater que Atchadam n'a couru vers toi que lorsque son plan s'enlisait. Pas grave, sauf que depuis, il n'a cessé de se mettre en avant tout en prétextant qu'il devait rester caché pour sa vie..? Ça ne colle pas à moins que Atchadam soit plus préoccupé par ses ambitions personnelles que par celles du peuple qui est prêt à le protéger.

Maintenant qu'il a entraîné nos députés à se mouiller dans sa légitime tentative de renverser le pouvoir, et que l'échec n'est plus très loin, revenons au pragmatisme pour sauver les meubles. Nous n'allons pas couler avec Atchadam dans cette aventure qu'il fallait tenter. C'était son idée à lui qu'il voulait mener tout seul sans partage. Nous nous sommes joints après pour le soutenir donc nous pouvons nous retirer aussi lorsque nous constatons avoir été abusés. Oui nous avons été abusés par Atchadam.

Nous souhaitons vivement le départ de Faure, pas sa mort, ni celle de soldats qui pouvaient être poursuivis si coupables, ni la mort d'innocentes personnes, ni même le retour au sous développement primaire de notre pays. C'était une grosse erreur de ne pas se dissocier de la violence qui alimentait nos manifestations comme dans le printemps arabe dont nous connaissons l'aboutissement réel aujourd'hui.

La méthode Atchadam n'avait que quelques jours pour réussir. Le temps est largement dépassé. Actuellement il ne reste que la guerre civile avec la communauté internationale qui va se ranger du côté du pouvoir. C'est clair. Je ne veux pas sortir de la marmite de la dictature pour tomber dans le feu de la guerre. Ça n'a jamais été notre option dans l'opposition démocratique. La voie Mandela ou Gandhi gagne aussi et est pérenne donc faisons amende honorable pour reprendre la lutte avec un esprit d'avenir.

Pardon, s'il te plait Fabre, demande pardon au peuple, pas au dictateur. C'est pour nous, pour toi, pour la democratie, pour le Togo.

 6   Autocensure | Mardi, 5 Décembre 2017  - 15:57
  Réponse à 1-Clement Gavi
  Le Webmaster laisse les commentaires. Pourquoi l'autocensure???

6 Voltron | Mardi, 5 Décembre 2017 - 15:38
Chacun sait au Togo que ce vrai faux Mr Clément Gavi est aligné sur Faure Gnassingbé qui le paye tellement bien.
Aussi pour s'enrichir vite, il a été missionné pour faire la propagande et la désinformation.
Cvu-togo-diaspora est une structure autonome et financièrement indépendante. Parfois le site www.Cvu-togo-diaspora.org reçoit jusqu'à 209 virus ou spams par jour, surtout quand les articles démontrent les liens mafieux du système Gnassingbé que protègent certaines grandes puissances occidentales.
Il existe une Diaspora alignée sur UNIR comme il existe des partis politiques togolais alignés officiellement ou officieusement sur le système Gnassingbé. Le nier c'est croire Gavi.
Cvu-togo-diaspora a identifié des agents infiltrés du RPT/Unir et de OBUTS qui voulaient contrôler le Cvu-togo-diaspora. Ils ont tous été expulsés et rejetés et avaient créés un faux cvu-Togo pour faire diversion.
Pour l' information de tous, Dr Amaïzo n'a jamais rencontré Mr Agbeyomé Kodjo, ni serré sa main. Le peuple togolais est libre de croire Mr Gavi qui oublie que les forces de l'opposition doivent trouver des rapports de force supplémentaires s'ils veulent gagner cette lutte pour l'autodétermibation politique et économique au Togo.
Il y a plus de 110 partis politiques au Togo. 14 + 1 ne suffiront pas pour faire basculer le système RPT/UNIR qui bénéficie des appuis des entreprises multinationales françaises et donc de la France. Mr Gavi veut que cela continue et veut empêcher les citoyens Togolais de faire des critiques et propositions constructives.
Chacun est libre de croire Gavi ou Amaïzo. Mais l'un des deux trompent le peuple togolais. Que chacun fasse son choix car un an de manifestations au Togo avait accouché du maintien du système Gnassingbé au pouvoir. Depuis le 19 août l'opposition recommencé la même stratégie et refusé d'élargir en n'associant pas la Diaspora togolaise indépendante ni la société civile togolaise indépendante, ni les autres partis politiques indépendants.
Gavi est en en mission pour Faure Gnassingbé et ses esclaves trompent le peuple togolais.

 5   michelin | Mardi, 5 Décembre 2017  - 13:36
  Réponse à 4-Kanléto
  C'est ce que tes grands parents ont fait en 90 et aujourd'hui tu le regrette. Tes petits fils regretteront aussi des faits car depuis 90 à aujourd'hui, rien n'a changé. Les Gnassigbé sont encore au pouvoir. Si vous aviez eu en ces temps une petite sagesse, Eyadema qui vous avait déjà laissé le pouvoir serait aujourd'hui oublié. Je te fais cette histoire car tu n'étais pas né en ce moment. Bonne digestion.

 4   Kanléto | Mardi, 5 Décembre 2017  - 8:41
  Le peuple togolais ne veux plus vivre une conférence nationale souveraine bis. La coalition de 14 partis politiques est ouverte, ce qui veule peut l'intégrer.
Notre objectif principal est le départ de ce dictateur Faure.

 3   Gallouzo | Mardi, 5 Décembre 2017  - 7:49
  M. Amaïzo, trop de répétition accompagné d'un français touffu.

Je vous cite :

"4. IDENTIFIER LES INTÉRÊTS ÉCONOMIQUES QUI VEULENT LE STATU QUO AU TOGO
Bref, il faut donc voir la réalité en face car il y a des intérêts économiques en jeu. Sans des tractations sur la protection des intérêts des uns et des autres, il sera difficile de faire aboutir le volet politique des revendications du Peuple togolais sans informer ce même Peuple afin de trouver un consensus sur l’identification des pays amis du Togo qui pourraient contribuer à améliorer substantiellement le rapport de force additionnel au profit du Peuple togolais."

Sincèrement je n'ai rien compris de ce début du paragraphe 4.
Cela pourrait se dire en deux ou trois lignes maximum.


 2   Trop de titres | Mardi, 5 Décembre 2017  - 7:2
  TROP DE TITRES TUE LE TITRE

 1   Clement Gavi | Mardi, 5 Décembre 2017  - 1:56
 
Il y a quelques temps encore Dr Yves Ekoué AMAÏZO parlait dans l'un de ses articles, d'indépendance économique et aujourd'hui, il parle de 'lutte pour l'autodétermination'. Quand on sait qu'il y a des intérêts extérieurs en jeu, l'idée d'indépendance économique ou d'autodétermination sont des idées à ne pas avancer. Autrement on fait peur à ceux et celles dont les intérêts sont assurés par la dictature.

C'est pourquoi, la lutte du peuple Togolais est une lutte pour la liberté, être libre de cette sanglante tyrannie.

Aussi, Yve Ekoué AMAIZO ne peut parler de diaspora indépendant non alignée car si quelque chose est indépendante, elle est nécessairement non alignée. De même, dire que 'les dirigeants de la coalition des 14 partis politiques gagneraient à élargir cette coalition' revient à supposer que cette coalition était fermée or il y a quelques heures, Mme Adjamagbo de la CDPA appelait l'UFC et ses membres à les rejoindre et que d'autres leaders de l'opposition faisaient appelle aux élites Togolais.

Nous savons que Yves Ekoué Amaizo est proche d'Agbéyomé Kodjo, fondateur du parti politique OBUT et le peuple Togolais sait que Agbéyome Kodjo n'est qu'un opportuniste.

Cette coalition a la légitimité populaire.






TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
http://www.mon-transatbebe.com| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com