Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 4:18:47 PM Lundi, 22 Janvier 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Lettre ouverte aux chefs des partis politiques de l’opposition : Que votre Oui soit Oui, Que votre Non soit Non


opinions

iciLome | | 4 Commentaires |Imprimer Lu : 1276 fois


LETTRE OUVRTE AUX CHEFS DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION : QUE VOTRE OUI SOIT OUI, QUE VOTRE NON SOIT NON.

J’ai choisi de m’adresser à vous, à cette étape décisive de notre lutte car, j’ose le dire : les heures, les très prochains jours qui viennent peuvent nous faire basculer dans l’échec ou nous amener à la victoire que tout le peuple togolais attend. Il s’agit de la notion et de la perspective d’un dialogue, la énième dans le Togo des Gnassingbé, en crise permanente. Je ne veux pas prendre la notion de dialogue dans le sens défini par certains dictionnaires et dans lequel beaucoup de locuteurs l’emploient, c’est-à-dire de l’entretien entre deux entités antagonistes qui se rencontrent et se parlent en vue de parvenir à un accord. Si ce n’était que cela, le dialogue, il y a longtemps que la crise togolaise aurait été réglée et l’on ne parlerait peut-être plus de la nécessité de dialogue togolais.

Aux vingt-cinq dialogues précédents, les deux entités supposées opposées au Togo, à savoir l’opposition et le pouvoir Gnassingbé se sont bien rencontrées, se sont parlé et sont sorties de la salle avec un soi-disant-accord. Mais la question « à quand un véritable règlement définitif de la crise togolaise ? » demeure sans réponse.

Je voudrais que cette fois, en toute honnêteté intellectuelle, l’on prenne le mot, par exemple dans le sens du langage du théâtre où il signifie plutôt distribution de la parole. La question est de savoir qui, dans le cas togolais, sont réellement les entités á qui on doit distribuer la parole. Les deux entités « traditionnelles », dans les dialogues précédents, parvenues à des accords qui, (on a beau qualifié la chose de « franche et sincère »), n’en sont pas vraiment, parce qu‘il n’y a jamais eu de dialogue véritable. Parce qu’il existe d’autres entités qui, dans le meilleur des cas, gravitent autour des deux premières et dans le pire des cas voudraient voir dans le règlement de la crise, la défense et la sauvegarde de leurs propres intérêts. Quoi de plus hypocrite que cette deuxième catégorie d’entités cache ses propres préoccupations et ses visées sous des dehors de médiation, de facilitation, de bons offices…tout ce que l’on veut ? La chose se complique encore quand, c’est souvent le cas, l’unité de visées, au sein même de chacune des entités « traditionnelles » n’est que de façade. On le dit et il n’est pas inutile de le répéter ici : nos dirigeants de l’opposition ont, chacun, un agenda personnel, qui n’a souvent pas de rapport avec une quelconque différence d’idéologie, de projet de société ou d’approche objective de la solution aux problèmes togolais.

Quand ce problème fondamental d’harmonisation qui ne prend en compte que les aspirations du peuple sera réglé, l’opposition togolaise, doit s’interroger pour savoir qui, en dehors des deux entités officiellement en conflit, veut quoi :
-la France et ses alliés occidentaux
-les autres nations du monde, parmi les plus influentes, les plus intéressées au Togo ; que l’ombre de ces puissances, au dos des négociateurs togolais pèse plus lourd que la volonté du peuple togolais nous paraît inadmissible ; j’aurais préféré qu’elles apparaissent au grand jour et exposent leurs visées, sinon, qu’elles laissent les Togolais régler leurs propres problèmes, recourant, si nécessaires à des personnalités mondiales, morales ou physiques, pas forcément des dirigeants politiques, Africains ou non, sur lesquelles ils se mettent d’accord,
-les chefs d’État africains…( est-il nécessaire de rappeler que d’une manière ou d’une autre, la plupart de ces derniers aspirent à rester le plus longtemps possible au pouvoir et ne sont donc pas différents de celui contre lequel le peuple togolais s’est soulevé ?); « regarde d’abord la tête de celui qui te promet un chapeau », ai-je déjà écrit dans un autre article.
Personne, dans cette panoplie d’entités n’interviendra dans le conflit togolais en oubliant ses propres intérêts, ses propres visées…
En tant qu’opposition, nous devons parler en tenant compte uniquement des aspirations du peuple que nous voulons représenter, du peuple qui nous fait confiance, du peuple qui est prêt à tous les sacrifices pour atteindre ses objectifs. Si nous passons outre, nous ne sommes pas seulement inutiles á notre peuple, mais aussi nous le trahissons.

Les puissances étrangères qui veulent s’immiscer dans la crise togolaise doivent préciser leurs intérêts car nous n’ignorons pas qu’elles en ont ; il nous appartient de décider si nous avons besoin de leurs services ou pas et sous quelles conditions nous en aurions besoin. Posons-nous, lucidement, cette question : dans quelles mesures les nations occidentales qui avaient imposé les 22 engagements à Eyadema et nous avaient poussés à la signature de l’APG ont contribué à la résolution de la crise togolaise permanente ? Et dans quelles mesures les chancelleries qui ont convaincu les partis d’opposition à entrer à l’Assemblée Nationale ont réellement contribué à des acquis démocratiques au Togo.

Les pires ennemis du peuple togolais que représente l’opposition sont :
-le besoin d’être « politiquement correct », quand cette préoccupation nous pousse à accepter les offres de facilitation ou de médiation sans poser nos propres conditions. Par exemple, quand Alpha Condé, président en exercice de l’Union Africaine, a tenu à recevoir les leaders de l’opposition togolaise à Paris( pas dans une localité africaine), d’abord séparément, avant de les recevoir ensemble. Ceci n’a été possible que parce que nos leaders, malgré leur unité affichée, n’ont jamais été capables de désigner un seul d’entre eux, qui serait leur porte-parole dans cette période de révolution populaire ; on ne conseillera jamais assez à nos dirigeants des partis d’opposition de se méfier, d’être prudent : tout ce qui peut avoir l’allure d’un piège, d’une manœuvre pour mettre à l’épreuve leur encore fragile unité doit être lucidement détecté et soigneusement évité. Nous apprenons par la presse qu’Alpha Condé, président de l’Union Africaine, doit rendre compte à Emmanuel Macron de ses entretiens avec les opposants togolais. N’y a-t-il pas, au moins dans la manière dont la démarche est présentée dans les médias, si elle est effective, quelque chose de choquant, d’humiliant même pour les Africains ? Et toujours selon certains médias, le même Macron aurait déchargé Alpha Condé du dossier togolais au profit du président ghanéen. A quel titre ?

-la peur d’être traité de radical et accusé de manquer de retenue, de modération…Or ceux qui vous accusent ainsi, prennent-ils simplement la peine de dire aux tenants du pouvoir qu’ils se comportent comme des entêtés hystériques à la seule idée de ne plus pouvoir un jour jouir de leurs privilèges actuels ?

-la lutte sourde pour le leadership qui nous mine, non pas que cette lutte ait pour base et justification une différence d’approche ou d’idéologie, mais simplement une soif de reconnaissance, chacun voulant jouer sa carte personnelle. Est-il à votre avis rationnel de se présenter pendant cette période comme « chef de file de l’opposition », surtout quand on sait que ce plastron décoratif et encombrant a été attaché au cou de celui qui le porte par le pouvoir illégitime que les Togolais combattent dans leur majorité? Si chef de file il doit y avoir, que ce soit celui que ses pairs, les autres chefs de parti, au nom de leurs militants, auront désigné, selon un règlement intérieur idoine.

Sous nos yeux et sous ceux de la communauté internationale, les Togolais, pendant plus de trois mois déjà manifestent, sont tués, battus, chassés de leur domicile, emprisonnés, persécutés…hommes, femmes, vieillards, enfants, bébés, certaines villes sont assiégées, tout simplement parce qu’un homme ne veut pas respecter une Constitution qui exige qu’il quitte le pouvoir après deux mandats. Ajouter à cela que ces même puissances, cette même communauté internationale savent comment cet homme a hérité le pouvoir de son père, dans quel bain il a plongé le Togo pour monter au trône dynastique, ce qu’il est capable d’entreprendre pour le conserver… ( nous en avons une démonstration au cours de ces trois mois de crise ) que cet homme, honnêtement, n’a jamais été élu président de la République.

L’opposition togolaise doit répondre à une seule question : cet homme doit-il continuer à régner sur le Togo ? La réponse du peuple togolais est, sans ambages, NON. Un grand NON ! Je ne vois pas pourquoi, comment les opposants togolais répondraient autrement sans trahir le peuple togolais. « Que votre OUI soi OUI. Que votre NON soit NON ». Le reste, ce qu’on y ajoute, vient du diable, dit Jésus.

Faut-il rappeler qu’au Togo des leaders de l’opposition ont dit NON une fois, puis OUI une autre fois, NON le jour et OUI la nuit ?

Sénouvo Agbota ZINSOU


L'AUTEUR
Sénouvo Agbota Zinsou
.


Autres titres

Togo quelle réponse à trump ? 
Togo togo chéri, l’or de l’humanité… 
Togo tikpi atchadam et le djihadisme : les élucubrations d'un ministre nommé agadazi 
Plus de nouvelles





 4   Koromsa | Vendredi, 24 Novembre 2017  - 11:18
  " Posons-nous, lucidement, cette question : dans quelles mesures les nations occidentales qui avaient imposé les 22 engagements à Eyadema et nous avaient poussés à la signature de l’APG ont contribué à la résolution de la crise togolaise permanente ? Et dans quelles mesures les chancelleries qui ont convaincu les partis d’opposition à entrer à l’Assemblée Nationale ont réellement contribué à des acquis démocratiques au Togo."

Bien soulevé par le grand frère Sénouvo Agbota ZINSOU. car, tout le drame de la lutte pour la démocratie au Togo est dans cette question!
Et, c'est même le "dialogueur" Apollinaire Yaovi Agboyibor , (un des chantres de l'APG) P.M du dernier gouvernement issus de ces accords, qui apporte récemment la réponse en indiquant que c'est la communauté internationale en l’occurrence l'union européenne qui n'a pas joué son rôle de garant de ces accords. Notamment, lorsqu'il s'était avéré que le pouvoir tergiversait à les mettre en oeuvre, sur le point des réformes institutionnelles. Bien au contraire, l'UE se serait précipitée pour lever les sanctions économiques pesant sur le régime, qui a tôt fait de voir dans cette inaction, un encouragement.
Disons le clairement, au-delà de la posture trouble & incompréhensible de L'UFC de GIL, FABRE, Patrick lawson et consorts (refusant finalement de participer au gouvernement) qui plombait cette affaire dès le départ, C'est bien la complaisance d'une certaine "communauté internationale" qui est cause principale de l'échec de ce gouvernement. en d'autre termes, depuis les accord de OUAGA 1er en 1993 à l'APG, tout dans le jeu de la bienveillante communauté internationale, n'a été que (excusez du peu), un véritable foutage de gueule du peuple togolais!

 3   K. Kofi FOLIKPO | Vendredi, 24 Novembre 2017  - 8:31
  Réponse à 2-Clement Gavi
  Un passage percutant tiré de la Lettre ouverte de mon Aîné Agbota ZINSOU aux Acteurs politiques:

"Nous apprenons par la presse qu’Alpha Condé, président de l’Union Africaine, doit rendre compte à Emmanuel Macron de ses entretiens avec les opposants togolais. N’y a-t-il pas, au moins dans la manière dont la démarche est présentée dans les médias, si elle est effective, quelque chose de choquant, d’humiliant même pour les Africains ? Et toujours selon certains médias, le même Macron aurait déchargé Alpha Condé du dossier togolais au profit du président ghanéen. A quel titre ? " (fin de citation)

Sans perdre de vue la nécessité de se retrouver en un milieu neutre pour une discussion politique, Nous Nous sommes aussi posés la question de savoir pourquoi la rencontre d'un Président Africain avec les Leaders politiques d'un autre pays Africain doit se faire HORS D'AFRIQUE et a fortiori sur le Sol de l'ancien colonisateur commun, la France ?

Nous Nous sommes posés aussi la question de savoir pourquoi le Président de l'Union Africaine Alpha CONDÉ doit faire un "compte rendu" (selon les termes des média) au Président français Macron, puisque le Président guinéen ne tient pas officiellement son mandat de médiation de son homologue français, même s'il est vrai que le gouvernement français a intérêt de voir une résolution rapide de la crise togolaise en raison des liens économiques, historiques et géopolitiques existant entre la France et le TOGO et même s'il est vrai que certains Acteurs politiques togolais se sont appuyés sur ces Réalités pour demander au gouvernement français d'apporter leur contribution au dénouement du drame togolais dont les Français portent indéniablement une lourde part de Responsabilité et doivent payer pour cela s'ils ne le font pas!!!

Nous Nous sommes posés par ailleurs la question de savoir à quel titre le Président français Macron voudrait confier désormais solennellement toute la médiation au Président Ghanéen qui le fait déjà sur recommandation de ses pairs de le la CEDEAO!
Nul ne refuse les contributions diplomatiques des uns et des autres. Mais on ne saurait avaler sans broncher une "solution française" aux problèmes africains!

K. Kofi FOLIKPO
۞ PYRAMID OF YEƲE ۞

 2   Clement Gavi | Vendredi, 24 Novembre 2017  - 5:31
  Sénouvo Agbota ZINSOU, est l'exemple de ce que le Togo regorge de talents, de personnes qui utilisent la raison pour connaitre et qui raisonnent pour opter ver la connaissance. De nobles énergies que la tyrannie ne cesse de ruiner.

Résistons et résistons encore. Cette sanglante dictature vieille de plus de cinquante ans est un véritable drame pour le Togo et au delà du Togo, pour l'Afrique.

Oui, 'au Togo des leaders de l’opposition ont dit NON une fois, puis OUI une autre fois, NON le jour et OUI la nuit ?'

Cette réalité, n'empêche pas l'espérance. Espérons que cette fois ci, nos leaders tiendront ferme en repoussant avec véhémence l'idée d'un gouvernement d'union et en assurant du pardon du peuple Togolais.

Faure Gnassingbé doit partir.

 1   TOUGNOWOU | Vendredi, 24 Novembre 2017  - 5:23
  Merci grand frère de valeur.Il revient à chacun de choisir le rôle qu'il veut jouer dans l'histoire.Nous disons que les gens de 4 mots doivent quitter le pouvoir.Le peuple est souverain.Nul ne peut exercer plus de 2 mandats sur la terre de nos aïeux.dialogue ,dialogue ,diable dans quelle démocratie le peuple négocie avec celui qui le torture ,le rend pauvre?Nous voulons notre dignité et notre souveraineté.Dialogue n'est pas en soi un programme de société.Dialogue mais de quoi parle t-on?Qu'on demande pardon à Faure de continuer à nous piller à nous massacrer avec ses voyous de 4 mots sans aucun état d'âme?Non et non ,nul n'a le monopole des armes .Peuple togolais lève toi et met point à cette pagaille de vernissage.FAURE MUST GO.


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
http://www.mon-transatbebe.com| | | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com