Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo AGOA : UN LIBRE-ECHANGE AFRIQUE-ETATS-UNIS « PROTECTIONNISTE » : Associer la Diaspora africaine indépendante




opinions

CVU Togo-diaspora | | Commenter |Imprimer Lu : 1141 fois

DOSSIER AFROCENTRICITY THINK TANK

Dr Yves Ekoué AMAÏZO

Directeur Afrocentricity Think Tank

yeamaizo@afrocentricity.info

21 août 2017

La lisibilité de la politique africaine du Président américain Donald Trump est de plus en plus opaque. En choisissant de promouvoir l’image internationale d’un régime cinquantenaire connu pour ses abus en tous genres, il y a manifestement un problème de défaillance stratégique au sein du Département d’Etat. A force de ne vouloir satisfaire sélectivement que le marché américain en privilégiant des pratiques bureaucratiques et fastidieuses pour profiter de la Loi sur le commerce et le développement (AGOA), les Etats-Unis sous les Administrations « Démocrates » comme celle des « Républicains », ont délibérément fait de cette Loi un instrument de promotion d’une future zone de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Afrique.

Cette vision futuriste où les poules auront des dents passe par l’AGOA qui semble en réalité favoriser un libre-échange protectionniste au profit des Etats-Unis tout en détournant l’Afrique de se concentrer sur son industrialisation, créatrice d’emplois décents. Mais le véritable constat est l’absence caractérisée d’association au processus des échanges gagnant-gagnant, de la Diaspora africaine indépendante et entreprenante y compris les représentants du Black Caucus Américain 1, membre à part entière de la 6e région africaine que constitue la Diaspora africaine au sens historique.

1. AGOA : LÉGITIMER UN RÉGIME CINQUANTENAIRE DE LA CONTRE-VÉRITÉ DES URNES ?
Les échanges avec l’Afrique sous AGOA sont en perte de vitesse. Entre 2015 et 2016, les exportations américaines vers le Togo ont chuté de 22 %, passant de 311,82 million de $ des Etats-Unis ($EU) à 243,36 million de $ EU, reflétant la contre-performance au niveau de l’Afrique subsaharienne avec une baisse des exportations américaines de 24,5 % passant de 18.010,85 millions de $EU à 13.601,50 million de $EU pour la même période. Au niveau des importations, il y a eu une amélioration de 6,4 % avec 18.840,59 millions de $EU de biens importés d’Afrique subsaharienne par les Etats-Unis en 2015 contre 20.131,94 million de $EU en 2016. Par contre avec le Togo, on enregistre un effondrement du niveau du commerce bilatéral avec les Etats-Unis de plus de 23,6 %, rapporté par les statistiques du département du commerce américain. Les importations américaines en provenance du Togo sont passées de 14,21 million de $EU en 2015 à 10,85 million de $EU 2 en 2016.

La question est de savoir pourquoi le Togo a servi d’espace de rencontres pour la Loi américaine sur le commerce et le développement (AGOA) entre le 8 et le 10 août 2017. Certainement pas parce-que le Togo est un modèle à suivre ! Alors est-ce une erreur stratégique du Département américain et des experts AGOA, dont la présence à Lomé n’a servi en définitive qu’à légitimer un régime non démocratique, piétinant depuis cinquante ans le verdict de la vérité des urnes, portant systématiquement atteinte à la liberté de manifestation et abusant du recours aux forces de sécurité pour empêcher des marches pacifiques ? Assurément !

Les Etats-Unis, n’ont toujours pas de politique africaine officielle sous l’Administration du Président Donald Trump. Ce dernier pourrait revoir l’approche stratégique américaine sur le commerce et l’investissement en Afrique et ne pas continuer à donner l’impression de se faire « rouler dans la farine de manioc » par Faure Gnassingbé, le Président du Togo qui a jugé plus importante une réunion impromptue en Israël que la Conférence AGOA sur son territoire. Les Etats-Unis – qui aiment se représenter comme des parangons de liberté -, sont en contradiction avec eux-mêmes lorsqu’ils font la promotion d’un système politique cinquantenaire, anti-alternance démocratique où la « bonne » gouvernance, à savoir la croissance inclusive, les droits sociaux, le respect des droits humains et des libertés, sont structurées par l’arbitraire et les pratiques abusives des militaires non Républicains et une oligarchie irresponsable au pouvoir, avec toutefois l’appui de quelques multinationales post-coloniales.

2. LES ÉCHANGES AVEC L’AFRIQUE SOUS AGOA EN PERTE DE VITESSE
La Loi américaine de l’an 2000 sur le commerce et le développement a été promulguée le 18 mai 2000 sous le mandat du Président américain Bill Clinton et avait pour titre « Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique » dite AGOA. Cette Loi avait pour ambition de soutenir le développement des pays africains, choisis par les Etats-Unis, en offrant un système généralisé de préférences (SGP) commerciales. Environ 6.800 produits peuvent entrer aux Etats-Unis hors taxes sauf que la plupart de ces produits ne peuvent entrer à cause de barrières non tarifaires et de la sous-industrialisation des pays africains. Avec la primauté américaine pour le commerce et l’investissement notamment le pétrole, les produits miniers non transformés, le textile et l’habillement, les produits agricoles non transformés 3, c’est en fait le refus de soutenir l’industrialisation africaine qu’il faut retenir, ce avec la complicité de certains dirigeants africains.

L’AGOA n’a pas encore permis de faire évoluer les pays africains vers leur indépendance économique et financière. Donc, le « véritable partenariat dans l’avenir » que souhaitent les Etats-Unis, pourrait créer un véritable « clash » avec un véritable objectif d’amélioration du mieux-être des populations africaines. Il ne faut donc pas confondre les objectifs recherchés par les populations et ceux recherchés par certains dirigeants et chefs d’Etat africains lorsque de nouvelles stratégies de libre-échange, entre les Etats-Unis et l’Afrique organisée en blocs régionaux, se dessinent ou justement ne se dessinent pas…

Qu’en est-il de l’AGOA 17 ans après sa création, quand les exportations africaines ont chuté, passant de plus de 81 milliards de dollars des Etats-Unis ($EU) en 2008 à 18,7 milliards de $EU en 2015 ? Selon les statistiques du Département du commerce des États-Unis (Bureau du recensement sur le commerce des États-Unis) et sur la base des statistiques les plus récentes sur le commerce entre l’Afrique subsaharienne et les États-Unis entre janvier et décembre 2016, le commerce total des États-Unis (exportations et importations confondues) avec l’Afrique subsaharienne (ASS) enregistre une baisse de 8,5%, passant de 36,9 milliards de dollars en 2015 à 33,7 milliards de dollars, ce qui représente moins de 1% (0,93%) du total du commerce américain avec le monde.

Alors que les importations américaines 4 en provenance de l’Afrique subsaharienne ont augmenté en 2016, les exportations américaines ont considérablement baissé, ce qui a entraîné une baisse du commerce total. Mais si on s’attarde uniquement sur les échanges entre les Etats-Unis et les pays AGOA, la tendance, au cours des trois (3) dernières années, est à la baisse structurelle (voir le tableau 1). Pour prendre l’exemple du Togo qui estime être un « modèle » pour l’AGOA, le commerce tous secteurs confondus est largement déficitaire au profit des Etats-Unis. Donc le « America First » s’applique parfaitement. En 2016, les exportations des Etats-Unis vers le Togo s’élevaient à 23,3 million de $EU contre 2,1 million de $EU d’importations des Etats-Unis à partir du Togo, en sachant que si l’on exclut les importations grâce au système de préférences généralisées (SPG), les Etats-Unis n’ont rien importé du Togo sous régime AGOA en 2016 5.

Télécharger le document complet ici

L'AUTEUR
Dr Yves Ekoué AMAÏZO
Directeur Afrocentricity Think Tank


Autres titres

Togo editorial de mr raoul dagba : la saga du régime de faure 
Togo chronique : et pourtant, le togo se réveillait ! 
Togo lettre d´un jeune tem de sokodé à son frère militaire 
Plus de nouvelles




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com