Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 12:19:14 PM Dimanche, 17 Décembre 2017 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Thomas Koumou rebondit sur les flux financiers illicites qui minent l'économie


economie et finances

iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 2776 fois



Dans la sous-région, le Togo vient en troisième position après le Nigéria et la Cote d'ivoire en terme de pays assujetti aux flux financiers illicites. Se basant sur ces résultats d'une enquête de Global Financial Integrity, l'économiste Thomas koumou démontre à quel degré la mauvaise gouvernance, la corruption constituent une pierre d'achoppement à l'émergence de nos pays. lire!

J'espère que vous avez tous passé un très bon weekend. Je viens de participer au sommet citoyen de la CEDEAO organisé par les Universités Sociales du Togo. J'ai promis de publier mon intervention qui porte sur le thème " bonne gouvernance, croissance inclusive et cohésion sociale". Je vous prie de trouver ici la première partie.

Avant d’aborder la mauvaise gouvernance, synonyme d’inégale répartition des richesses produites dans nos états, constituant de fait une entrave à la véritable cohésion sociale, il nous parait essentiel de rappeler à nouveau la faiblesse ou l’insuffisance des taux de croissance économique réalisés par nos états. Nous n’avons cessé à Veille Economique de mettre l’accent sur la faiblesse des taux de croissance économique des pays de l’Afrique subsaharienne en générale et ceux de la CEDEAO en particulier. Au-delà de cette insuffisance, les performances économiques de nos états sont inconstantes dans le temps.

Selon le document du Fond Monétaire International (FMI), intitulé, les Perspectives économiques régionales - Afrique subsaharienne - un changement de cap s’impose, les moyennes des taux de croissance économique (2015-2017) seraient respectivement pour la zone UEMOA, le Ghana et le Nigéria, de 6,5%, 5,3% et 2,83%. Nous estimons que ces taux de croissance sont faibles non seulement parce que nos états ont des niveaux de PIB relativement faible, mais aussi des paramètres tels que le taux de croissance démographique et le taux d’inflation qui annihilent l’effet de la croissance.

En termes de variabilité, on note que sur 14 ans (2004-2017), l’UEMOA, le Ghana et le Nigeria enregistrent respectivement 1,91%, 3,13% et 2,71%. Ceci montre clairement l’inconstance de la performance de nos économies entraînant de fait un niveau de risque élevé de ces dernières.

Lorsqu’on se trouve à ce niveau de taux de croissance économique et que l’on considère les paramètres tels que la croissance démographique, le taux d’inflation et le détournement massif des deniers publics (corruption), il devient évident qu’il n’y aucune chance que les populations puissent ressentir les fruits de cette croissance. Les investigations de Global Financial Integrity (GFI) sur les sorties des flux illicites des pays en développement, illustrent parfaitement l’impact négatif de la corruption sur nos économies. Selon GFI, sur 10 ans (2004-2013), les sorties de flux illicites de certains pays se présentent comme suit :

 Le Nigéria (10ème rang mondial, 178 040 millions de $ us soit 26,37% de toute l’Afrique subsaharienne),

 La Cote d’ivoire (48ème mondial, 23 344 millions de $ us, soit 12 255 milliards de FCFA),

 Le Togo (49ème mondial, 22 293 millions de $ us, soit 11 704 milliards de FCFA).

En dehors du Sénégal et du Libéria, les autres pays de la CEDEAO peuvent être considérés comme de bons élèves. Les ressources illicites qui sont sorties des pays de l’Afrique subsaharienne entre 2004 et 2013 représentent 674 977 millions de $ us soit 354 362 925 000 000 FCFA. Pour ce qui concerne la CEDEAO, ce montant représente 267 287 millions de $ us soit environ 140 325 675 000 000 de FCFA. Le Nigéria, la Cote d’ivoire et le Togo qui représentent les trois meilleurs de la CEDEAO, totalisent 83,68% de ce montant.

En définitive, pour boucler cette première partie, nous estimons qu’avant de penser à une hypothétique redistribution des richesses gage d’une cohésion sociale, il faut mettre en œuvre des politiques économiques à même de créer davantage de richesse. Au demeurant, cette insuffisance et inconstance de la croissance économique de nos états à pour cause première, la mauvaise gouvernance.

Puisse la Divine Providence veiller sur nous et marcher à nos cotés

Thomas Dodji Nettey KOUMOU
Veille Economique



Autres titres

Togo levée du voile sur le 'mystère' qui entoure l'exploitation du phosphate depuis 1961 
Togo quel est l’impact du phosphate sur l’économie nationale ? 
Togo francophonie : comment kako nubukpo s’est retrouvé sur la sellette à l’oif 
Plus de nouvelles






TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
http://www.mon-transatbebe.com| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com