Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Kako Nubukpo: 'Mon combat contre le Franc CFA'


société

iciLome | | 45 Commentaires |Imprimer Lu : 5159 fois

L’ancien ministre Togolais de la prospective, le guerrier anti F CFA brise le silence, depuis que certains de ses propos lors d’une conférence universitaire à Lomé, avaient fait tollé. Pour l’homme, il ne faut pas traduire le besoin de quitter le F CFA comme une révolution, encore moins une solution magique et indéfectible contre la situation d’extrême pauvreté en Afrique. Ça ne devrait pas non plus être un travail de farce: «je voudrais que nous préparions le changement, un vrai changement» lance-t-il. Qu’est-ce que le professeur Kako Nubukpo entend par quitter le franc CFA et quels sont les enjeux liés à un tel engagement ? quels défis ? Réponses dans le message intégral ci-dessous.

Abolir le franc CFA, c’est la mission, le combat qui m’anime depuis une quinzaine d’années. Docteur en économie et agrégé des Facultés de Sciences Economiques, j’ai exercé des fonctions de macro économiste, chef de service au siège de la BCEAO à Dakar, été ministre de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo, chercheur à l’Université d’Oxford (University College) et, aujourd’hui, je suis directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie à Paris.

Je ne me paye pas de titres, je cumule les expériences. Mes interrogations sur le franc CFA ne sont pas un objet d’étude de tour d’ivoire. Chercheur, acteur institutionnel, j’ai éprouvé, sous diverses facettes, les limites de notre système monétaire, frein au développement des pays qui en sont encore tributaires. C’est contre cette servitude volontaire que je m’élève pour l’avenir de nos pays et de nos enfants. Comment leur expliquer demain que nous avons laissé faire ? Que nous avons nourri les caisses du Trésor Public français ? Tandis que les réserves qu’il nous impose avec notre pleine allégeance pourraient être réinjectées dans nos économies pour construire des écoles, des dispensaires, pour électrifier les zones rurales, construire des infrastructures modernes, dignes du 21e siècle, permettre aux jeunes d’accéder au crédit bancaire et financer des activités génératrices de revenus. Je ne suis pas un militant, je suis un intellectuel engagé. Je souhaite que, par-delà toute faillibilité humaine, le débat, parce qu’il dépasse ma seule personne, ait lieu.

Il me paraît d’autant plus urgent à mener que, faute d’avoir pu diversifier leurs économies au moment du cycle décennal haussier des matières premières, notamment du pétrole, les pays de la zone Franc exportateurs de pétrole subissent actuellement de plein fouet le retournement du cours des matières premières. Une telle situation laisse planer le spectre d’une nouvelle dévaluation du franc CFA dans les semaines ou mois à venir. Elle rend en partie caduc en l’état le débat sur l’utilisation optimale de réserves de changes, ces dernières ayant fondu comme neige au soleil dans le compte d’opérations détenu auprès du Trésor français, et ce au rythme de l’accroissement des déficits jumeaux accumulés par les économies de la zone Franc.

En tant qu’observateur averti, et de concert avec mes collègues investis dans ce combat, nous observons que nombreux sont celles et ceux qui nous rejoignent et viennent grossir nos rangs parce que la cause que nous défendons est juste. Nous ne sommes pas des pyromanes, nous ne souhaitons pas déstabiliser nos économies déjà fragiles, argument qu’on nous oppose trop facilement. Nous souhaitons que nos Etats puissent jouir pleinement de leur souveraineté dans un cadre économique rénové au service du plus grand nombre.

La parité fixe avec l’euro prétendument gage de stabilité, la totale garantie de convertibilité du franc CFA en euro et la libre circulation des capitaux restent la voie royale de l’accumulation hors de nos frontières. Il y a une manne, bas de laine dans les banques européennes, qui nous échappe tandis que la majorité de nos populations restent acculées dans des conditions de pauvreté sans qu’aucun horizon ne se dégage, au risque d’emprunter parfois des pirogues sépultures de leur dernier voyage. Je vous le dis ça suffit. Nous sommes responsables et nous ne pouvons pas nous défausser de nos responsabilités.

Dans une série récente d’articles et d’interviews, les responsables politiques et économiques français nous mettent devant nos responsabilités et affirment que la France prendra simplement acte de la voie que les africains auront décidé de suivre en matière de gestion monétaire au sein de la zone Franc. S’il y a lieu de critiquer un manque d’élégance de la part d’un partenaire qui, par le passé, a fait preuve de beaucoup moins de pudeur à propos des affaires africaines, chiche, prenons nos responsabilités, faisons des propositions audacieuses mais responsables.

Entendons-nous bien, le changement de système monétaire au sein de la zone Franc ne sera pas une révolution. Je ne crois guère au grand soir. Il faudra d’abord opter pour un franc CFA moins rigide, rattaché à un panier de devises. Il faudra négocier l’abandon du système du compte d’opérations, véritable assurance tous risques contre les défaillances de la gouvernance africaine au lieu d’assurer contre les chocs exogènes-sa vocation première- et donc couper le cordon ombilical avec le Trésor français. Faisons donc attention aux spécialistes du maquillage, qui revêtent les apparences de la réforme. Je ne souhaite pas un simple changement de dénomination de la monnaie CFA, pâle cache-misère.

Je voudrais que nous préparions le changement, un vrai changement.
Le changement peut faire peur, peur parce qu’il y a l’inconnu. Ceci n’est pas nouveau, la question est existentialiste. En économie monétaire ce sentiment porte un nom : « la peur du flottement ». Mais pour y parer, il faut s’y préparer, débattre, envisager différents scenarii, agir et justement ne pas avoir peur, avoir confiance en nous. L’abolition du franc CFA, vestige amovible de la colonisation, n’est pas une idée, c’est un programme.

J’en appelle à toutes les bonnes volontés, aux forces vives de nos pays, à rejoindre le débat, nous éclairer de leurs réflexions, de leurs talents. Il nous faut nous fixer un cap. Une autre Afrique est possible et ce n’est pas seulement une utopie. L’Histoire nous regarde.



Autres titres

Togo le président de la haac pitang tchalla a tiré sa révérence 
Togo manifestation des togolais de suisse 
Togo taïrou bagbiègue propulsé à la tête du ca de togocom 
Plus de nouvelles




 45   Atalolo | Vendredi, 21 Juillet 2017  - 16:12
  Réponse à 44-Habame
  Mon frère, merci beaucoup pour votre contribution et pour m' inviter à revoir ma position sur le désavantage du Brexit. Je le vois venir tel que vous l' aviez pointé du doigt. De toute les façons, le problème se posera dans les deux camps et je suis certain que des mesures sont mis en place pour réduire le dégât. Néanmoins, ce débat concerne surtout notre monnaie (CFA) que nous ne devons pas perdre des yeux. Cela dit contribuons ensemble des idées fertiles à nos aînés pour qu' ils nous aident rapidement à trouver de solution à ce mal nécessaire qui ronge la sous-région. Cordialement, portez-vous bien.

 44   Habame | Vendredi, 21 Juillet 2017  - 11:41
  Réponse à 43-Atalolo
  Mon cher ami,

je ne doute pas de la solidité de l'économie britannique. Elle ne va pas s'écrouler pour autant avec le Brexit.

Toutefois ce que j'essaie de pointer du doigt c'est que le poids sera beaucoup plus sur ses ressortissants physiques et moraux (entreprise) dans l'union et ce ne serait pas plaisant. Les entreprises britannique vont renégocier leur installation dans les pays de l'union comme étant une entreprise étrangère avec les contraintes fiscales et administratives qui s'imposeront à elle.

Imaginer un instant , comme on l'avait oui dire il y aun temps que le Ghana voulait imposer un visa aux citoyens de la CEDEAO. Certes ils l'ont pas fait mais ils ont réussi à imposer un permis de travail pour protéger leur marché de l'emploi.

Donc il y aura des implications aussi minimes soient elles

Le Royaume Uni reste le troisième créancier des USA après la Chine et le Japon .

Voilà....

Merci

 43   Atalolo | Jeudi, 20 Juillet 2017  - 19:15
  Réponse à 28-Habame
  Mon frère, certes vous auriez raison (puisque c'est ce que pensent bon nombre du publique) heureusement que ce n'est pas ce que pense la majorité. La Grande Bretagne à mon avis, ne souffrira pas de partenaria commercial. Par conséquent, elle saura maintenir la stabilité de sa monnaie. Le pays si vous me le permettez, est un père d' un grand empire dans le monde entier. Il s' impose aussi par sa richesse linguistique dans les recherches (que ce soit économique ou scientifique). Actuellement, un grand nombre des pays (y compris la Chine et les USA) s' alignent pour faire des affaires libres avec le Royaume une fois sorti définitivement de ce bloc de prison qu' est l' UE. Je suis d' accord qu' il y aura des retombées sur la variation monétaire dépendamment des cours d' investissement après Brexit mais je peux vous affirmer que la Grande Bretagne se portera mieux que tout autre pays dans cette communauté européenne dirigée par les Allemands. D' ailleurs la fructuation monétaire du pays aujourd'hui l' avantage beaucoup puisqu' il arrive à écouler ses produits et attirer en même-temps le tourisme (voir la variation de la monnaie par apport aux autres).

 42   Le Vrai Jay Bon Jeu | Mercredi, 19 Juillet 2017  - 22:7
  Réponse à 29-Habame
  Voici ton passage qui doit Reveiller Gnarou et les rptRiens et quila apprennent a' le lire , a le comprendre et l'assimiler..

Tu es trop faure !! merci pour le vrai togolais que tu es..

""Voyez vous, lorsque vous êtes dans une entreprise de statut juridique Société Anonyme avec Conseil d'Administration c'est une raison très simple, juste éviter que ceux qui président à la gestion au jour le jour ne puissent pas faire "main basse " sur les bien de l'entreprise (Abus de biens sociaux) mais aussi que des gens expérimentés puissent venir partager leur expérience avec les dirigeants... "

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Main basse" ???
Al Capone Eyadema a fait 56 ans et continue a' faire .. " Haut les Mains" !! avec son klan et les FAT.Ils n'ont cure du devenir du Togo !! mais de leur devenir personnifie' mais horriblement !!!!!
56 ans+ par une meme Famille !!! et Jack le 1er, et Le Soldat, et GNAROU.. semblent s'aggripper desesperrmment et tribalement a' un Klan de despote !!!

Oualai !!!! Endogenement porter une "Vertu" ce "Celui-l'air" comme telephone portable , alors il trompe qui ?
Avec toute cette misere dont les premiers indices se trouvent au CHU ??

Mais non !1 et non !!
Habame.. je t'admire pour ta sortie intelletuelle .



 41   Le Vrai Jay Bon Jeu | Mercredi, 19 Juillet 2017  - 21:43
  Réponse à 39-Habame
  Habame !!
Mais tu as ete' Impoli envers GNAROU deye !! tu 'as "Gaspille'. " juskaaaaa !!!!! Hiiiiiiiiiiii

tu l'as bien sonne' !!

l'echo des cloches de tes arguments sonne Minuit dans ma tete . Bravo !!!

Aie..

 40   siko | Mercredi, 19 Juillet 2017  - 12:59
  Réponse à 9-1
  Pour la préservation de la souveraineté nationale en particulier et des Etats de la zone CFA EN generale ; incitant aux qualités individuelles plus surement, intrinsèquement évitant par ses règles des conflits d'intérêts et de collusions; limitant, supprimant au mieux nombre des risques de dérives naturels des pouvoirs sans contrôles, sans modérateurs, sans contre-pouvoirs

 39   Habame | Mercredi, 19 Juillet 2017  - 11:27
  Réponse à 38-GNAROU
  Oui le miracle peut se produire!!!

Seul le chasseur averti sait combien de temps il faut patienter pour voir passer le gibier et l'abattre.

C'est les fous qui pensent que c'est parce qu'il y a orage que le soleil ne peut plus se lever!!!

Demain sera beau! Et les fous nous diront toujours , Continuez par rêver. Et nous leur diront, l'histoire du monde a été faite par ceux qui ont rêvent et qui ont rêvé Grand!!!

La togolaiserie nous a inculqué de nous contenter du "peu". Et c'est ca qui nous met dans cette vie de misère et lorsque des hommes audacieux veulent bousculer la monotonie, on les accusent!!!

Bonne journée chez toi mon frère!




 38   GNAROU | Mercredi, 19 Juillet 2017  - 5:34
  Réponse à 35-Habame
  Ce n'est parce qu'il n'y a rien à manger qu'il faut eteindre le feu !!
L'eveil des consciences maintient l'espoir d'un lendemain meilleur.

Qui sait ? Le miracle peut se produire ....

 37   Noé Kutuklui | Mardi, 18 Juillet 2017  - 21:44
  La chanson préférée de certains commentateurs collabos c'est: Maréchal , nous voilà!
Ma chanson préférée après avoir lu le professeur Nubukpo, c'est: Professeur, nous voilà !

 36   Gratitude | Mardi, 18 Juillet 2017  - 21:4
  Le débat a trop duré M. Nouboukpo. Il faut maintenant des actions. Nous avons une cause juste, alors nous devons la défendre jusqu'au bout. Vous savez, M. NOUBOUKPO que la fabrication d'une monnaie pour le Togo fait partie des raisons qui ont justifié l'assassinat de S. Olympio. Mais il faut toujours risquer, advienne que pourra. Du courage tout de même

 35   Habame | Mardi, 18 Juillet 2017  - 18:56
  Réponse à 34-GNAROU
  Je t'ai lu avec attention.

Oui Kako a eu raison très tôt. Si kako était un décideur politique basé en Afrique, la France aurait essayé quelque chose contre lui.... bref.

Donc la conclusion, selon ton courant de pensée, c'est "Laissons tomber"........Huuuum

On continue le débat demain, ma tête est trop lourde...........

 34   GNAROU | Mardi, 18 Juillet 2017  - 17:45
  Réponse à 32-Habame
  Que kako ait ait raison, ceci est indiscutable !! Mais seulement , il a raison trop tot !!
Sans le cfa, la structure poltique et economique de ces zones auraient permi de renverser facilement ces regimes despotiques !!

On ne peut donc pas facilement quitter la zone cfa sans au prealable changer l'ordre politique qui sevit dans la zone.
Or les politiciens savent que sans le cfa qui maintient la stabilité economique sans effort, ils seraient menacés de mort.

Les preches de NUBUKPO feront quoi contre les politiciens locaux ??
Nous n'avons pas un probleme monetaire seulement. Nous avons un probleme qui est à la fois politicomonetaire indissociable !!
Les deux sont etroitement liés !!

Le Senegal , le Benin et autres pays comme le Togo ont des budgets dont une grande part est liée aux aides .
Comment feront-ils quand la France va rentrer dans une situation de vengeance en sabotant leurs economies. PARCE QUELLE LE FERA !!
Juste pour demontrer que sans elle vous ne pouvez rien faire....

Quand Sekou Touré a demandé l'independance vous avez vu ce que la France a fait la bas?? Ils ont arraché meme les fils de telephone !!
En Haiti , ils ont demandé que les haitiens dedommagent leurs anciens esclavagistes !!

Un Combat noble dont nous n'avons pas les moyens et ne maitrisons pas tous les parametres presents et futurs !!
Un veritable saut dans le vide ....
Sommes- nous prets pour ce saut ???

 33   El Niño | Mardi, 18 Juillet 2017  - 15:1
  Réponse à 21-raymondo
  Tres belle sortie Ray.
Moi non plus, je ne fais aucune confiance à ce gueulard de Kako Nuboukpor. Ce monsieur doit nous convaincre par des actes et non par la parole mielleuse.

 32   Habame | Mardi, 18 Juillet 2017  - 14:47
  Réponse à 31-GNAROU
  Bonsoir cher Ami,

je suis parfaitement d'accord avec vous mais il se trouve que Kako n'est pas politicien mais économiste et il essaie de faire la politique de ses moyens.

"En clair un regime basé sur la mauvaise gouvernance peut-il assurer uns stabilité monetaire et economique ?

Par où commencer ??"

Cher ami vous avez posé une problématique très intéressante qui selon moi est la source de la léthargie politique que nous subissons au Togo depuis les années 90.
Pouvons nous choisir le moindre mal?

Au Togo on veut toujours faire du nickel et à la fin on ne fait rien. Je m'explique. Au début de l'histoire de la démocratie, c'est ceux qui ont été avec le régime RPT et Eyadema qui ont décidé à un moment qu'il faut changer. Puis vinrent quelques temps après des "érudits" qui voulaient écumer l'opposition de tout ceux qui ont collaboré avec le régime (les doubles bouches) et de ceux qui en sont susceptibles. Et depuis ils n'ont réussi à séparer l'eau chaude de l'eau froide si ce n'est que eux mêmes ils sont mélangés.

Bref, après cette digression, je pense que Kako, a raison car il est plus facile d'aller sur le terrain monétaire là où on est susceptibles d'avoir des oreilles attentives venant d'autres contrées que de faire du sur place à Lomé entre Kodjindji et Ibis Plage....

J'ai fini!!!

 31   GNAROU | Mardi, 18 Juillet 2017  - 13:51
  Réponse à 29-Habame
  La monnaie est politique avant d'etre un instrument economique!!

Peut-on dissocier la monnaie de la pratique politique d'un pays??
En clair un regime basé sur la mauvaise gouvernance peut-il assurer uns stabilité monetaire et economique ?

Par où commencer ??
A mon avis il faut asseoire l'idee de vivre ensemble (donc de la democratie ) avant de partager une monnaie nationale.

A quoi sert une monnaie nationale sans une nation ? Sans l'idee d"un destin commun ??

La monnaie est une question de patriotisme et de nationalisme.
Quel est le degre de patriotisme de nos dirigeants qui jouent aux contremaitres d'usines sous les tropiques ??

NUBUKPO a raison .Mais seulement il a raison trop tot !!

 30   Jazz42 | Mardi, 18 Juillet 2017  - 13:49
  Monsieur Nouboukpo, la lutte pour l'instant est ailleurs. Notre besoin actuel est l'alternance. Vous vociférer contre le dada aujourd'hui parvenue vous êtes sortis du clan des voleurs. Luttez plutôt pour le départ de Faure. Le peuple a plus besoin de sa que de d'une nouvelle monnaie qui va d'ailleurs dégringoler du jour au lendîmain.

 29   Habame | Mardi, 18 Juillet 2017  - 13:16
  Réponse à 22-honvi
  Selon moi Lutte contre le F CFA et Mauvaise gouvernance sont deux thématiques totalement différentes pour des les raisons suivantes selon moi:
1- La servitude du F CFA provient des sources EXOGENES
2- La mauvaise gouvernance dans la plupart des cas, est ENDOGENE c'est à dire on peut dire que ce sont les africains qui gèrent mal leurs biens

Donc à la lumière de cela, on en doit pas exclure la possibilité de lutter pour une indépendance monétaire.

Voyez vous, lorsque vous êtes dans une entreprise de statut juridique Société Anonyme avec Conseil d'Administration c'est une raison très simple, juste éviter que ceux qui président à la gestion au jour le jour ne puissent pas faire main basse sur les bien de l'entreprise (Abus de biens sociaux) mais aussi que des gens expérimentés puissent venir partager leur expérience avec les dirigeants.

mais lorsque au sein de ce Conseil quelqu'un décrète que deux individus parce qu'ils sont blancs et Français ont le droit de VETO disposant de la science infuse alors la raison même de ce conseil d'Administration n'est plus là.

Pour la moi la lutte actuelle doit continuer et si même, on ne change pas le F CFA, au moins il doit falloir que les Chefs d'Etat demandent immédiatement la levée de ce droit de VETO aux administrateurs Français qui siègent au Conseil des Gouverneurs de la BCEAO et de la BEAC.

Cela est plus qu'une aberration, une insulte criarde à l'intelligence de nous africain et c'est en cela je soutiens la lutte du Prof Kako Nubukpo.


De grâce ne mélangeons pas le débat. la question monétaire est un sujet très sensible. Si la monnaie n'est qu'un simple outils de mesure et de comparaison, Milton Friedman de l'Ecole de Chicago n'allait pas consacrer toute sa carrière à cette théorie. De plus si c'était aussi inutile, les américains n'allaient pas courir ou accuser les Chinois tous les jours de faire de la manipulation monétaire...

Pour finir, je voudrais dire à mes frère togolais qu'il est temps que nous apprenions à renaitre. On traine des tares : Lorsque nous n'aimons pas quelqu'un forcément on assume que tout ce qu'il dit, ce qu'il fait est mauvais.

Non, Kako, on peut ne pas l'aimer, mais il mène un Combat Noble et surtout n'oubliez pas que c'est du Togo qu'est partie en période poste indépendance l'idée d'indépendance monétaire avec le Président Sylvanus Olympio, tout est possible!

Bonne journée chez vous!

 28   Habame | Mardi, 18 Juillet 2017  - 12:46
  Réponse à 24-Atalolo
  Merci cher ami,

mon allusion au BREXIT est relative à la proposition selon laquelle chaque pays membre de l'UEMOA par exemple va battre sa propre monnaie.
Si on optait pour cette solution, cela va remettre en cause certains accords communautaires comme c'est le cas pour le BREXIT. Certes la Livre Sterling se porte bien pour le moment mais jusqu'à quand. Et plus les citoyens britanniques qui sont dans l'Union Européen vont payer de lourds tributs c'est de cela je veux parler..

Bref c'est pour dire que vivre en isolement pour les pays ayant expérimenté une union économique et monétaire serait insupportable.

Si vous voulez mon avis, les politiciens britanniques qui ont pris un sujet purement économique pour un Fonds de Commerce Politique ont été criminels.

Aujourd'hui les électeurs se sentent floués surtout lorsqu'on demande aux Britanniques de s'acquitter d'une ardoise alors que c'est justement pour cela que les gens ont voté pour la sortie (c'est à ils contribuent trop au fonctionnement de l'UE) et là, ils vont payer malgré la sortie et les citoyens traités comme des étrangers dans l'espace UE.....

Un marché de dupe..........

 27   Kangourou | Mardi, 18 Juillet 2017  - 12:34
  Réponse à 21-raymondo
  Oui bien sûr je suis d'accord avec Raymondo. J'apprécie bien les idées de notre frère Nubukpo, je suis mal à l'aise qu'il soit confortablement assis dans un fauteuil de celui là même qui a inspiré ce pillage. Si vous n'aimez pas l'huile de palme, qu'est ce que le vin de palm vient chercher sur votre table à manger pendant vos repas? That is the question?

 26   Gallouzo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 20:50
  Réponse à 21-raymondo
  Selon M. Mahmat Tolli Abbas, gouverneur de la Beac (Banque des Etats de l'Afrique Centrale) :
« Ce n’est pas la France qui décide du maintien dans la zone FCFA »

Lisez :
(Agence Ecofin) - A l’occasion de la session ordinaire du Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), tenue le 11 juillet à Yaoundé, Abbas Mahamat Tolli, le gouverneur de cette institution, a réagi à la rumeur selon laquelle, le président français Emmanuel Macron aurait déclaré, quelques jours plus tôt au Mali : « Si on n’est pas heureux dans le FCFA, on le quitte, on crée sa monnaie[…]».

« Ce n’est pas la France qui décide du maintien dans la zone FCFA. Ce sont les six pays [Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad] de la Cemac qui avaient souverainement décidé de se départir chacun de sa propre souveraineté de battre une monnaie. Et ce faisant, ils ont décidé de mettre en commun leurs réserves et avoir une monnaie commune qui a un pouvoir libératoire sur la Cemac.», a déclaré le gouverneur de la Beac.

Toujours selon lui, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) bénéficie de la garantie du Trésor français. Lorsque le niveau de réserves dans le compte des opérations est complètement négatif, ces pays de la Cemac ont des possibilités de tirages illimités pour couvrir leurs importations. Et pour que ce mécanisme soit assez fonctionnel, la Cemac met 50% de ses réserves pour garantir justement ses transactions.

« Mais notez que la contrepartie de tout ce que nous avons à l’étranger, nous l’avons en monnaie locale. Aujourd’hui, le Trésor français est payé pour emprunter l’argent sur les marchés. C’est-à-dire qu’il arrive à lever des fonds pour financer le budget français à des taux nominaux négatifs », a expliqué le gouverneur. Avant d’ajouter : «Mais nous, dans nos accords négociés, nos dépôts sont rémunérés à plus de 0,75%».

Enfin, selon Abbas Mahamat Tolli, la monnaie, prise de façon isolée, n’est pas déterminante pour amorcer la croissance économique : il faut agir sur d’autres facteurs, à savoir : investir dans les dépenses d’avenir (éducation, santé), des projets à fort potentiel (infrastructures énergétiques, transports), le capital humain, environnement des affaires et dans l’outil de production.



 25   Gallouzo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 20:36
  Réponse à 21-raymondo
  Mon cher Raymondo, Ce Monsieur, Kakou Nouboukpo n'est qu'un grain de sable face au mastodonte de la France Afrique. A nous Africains de lui soumettre des idées sur l'art et la manière de couper la tête à ce serpent monétaire du nom CFA sans trop de casse sur nos économies, d'organiser des meeting partout dans le monde pour faire entendre nos voix. Si nous nous taisons et critiquons dans nos fauteuils ceux et celles qui soulèvent leur voix pour crier haut et fort le raz le bol de la domination Française sur nos économies par un système monétaire hideux, nous allons encore attendre longtemps.

l'idée de créer une monnaie Africaine fait son chemin, nous aurions cette monnaie tôt ou tard mais
agissons positivement, soutenons nos frères qui sont compétents en la matière.

 24   Atalolo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 20:36
  Réponse à 19-Habame
  Mon frère Habame, je vous ai lu positivement mais je ne comprends pas le rapprochement que vous faites entre le FCFA et le BREXIT. Puise que la Gand Bretagne se porte bien avec le livre sterlings. Que voulez-vous vous nous signifier? Merci d' avance.

 23   Atalolo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 20:23
  Réponse à 21-raymondo
  Monsieur Raymondo, êtes-vous sûr de ce démenti? Nous savons tous bien de quoi Lomé II est capable. Alors ne venez pas nous réciter ici. Sorry !

 22   honvi | Lundi, 17 Juillet 2017  - 20:8
  Réponse à 19-Habame
  lutter contre le franc cfa c'est bon mais je ne trouve pas tellement la solution a nos maux dans cela.le franc cfa peut etre franc cfa mais si les pays francophones d 'Afrique pratique une bonne gouvernance nous serons heureux. les maux dont souffre l'afrique se trouve dans la delinquance financiere sans punition.
si non accuser le franc cfa chaque fois sans parler de detournement de fond public est comme verser de l'eau sur le dos du canard.

 21   raymondo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 19:35
  Réponse à 16-Gallouzo
  Pourquoi devrais-je lui rendre visite ? Lui et moi on n’est pas très copains, et puis je ne suis pas expert en économie.

Je n’ai rien contre ce garçon mais je lui reproche le fait de poser des actes franchement en contradiction avec ses convictions supposées.

Voilà quelqu’un qui prêche l’émergence de l’Afrique et qui dans le même temps fait ami-ami avec des dictateurs rétrogrades au point de devenir leur valet dans un gouvernement de bras cassés.

Voilà un intellectuel qui dit publiquement avoir été évincé du gouvernement sur demande d’un certain Alassane Wattara et, l’instant d’après, se fend en excuses publiques sous le fallacieux prétexte que ses propos étaient destinés uniquement au monde universitaire.

Voila un économiste qui se veut pourfendeur du FCFA et qui dit combattre la domination monétaire de la France sur l’Afrique zone CFA. Parallèlement il est fonctionnaire de la Francophonie, canal de propagation de la culture française et instrument servant à maintenir les pays ayant en partage le français dans le giron de la France. Et c’est depuis ses bureaux parisiens qu’il rédige ses sermons, entre deux rendez-vous : l’un à Matignon et l’autre à Bercy.
Avoue que ça pose quand même problème.

 20   aglanvi70 | Lundi, 17 Juillet 2017  - 18:29
  Aux gens comme Amega et autres j'ai une simple question pour vous;
Si le CFa ne profite pas a la france pourquoi elle resiste a tout president qui veut frapper sa monnaie?
Les africains disent France laisse nous tranquille on va gerer nos monnaies, mais elle dit imbecile je ne veut pas pas partir. Si elle ne profite pas pourquoi elle resiste? repondez a cette question
Je suis d'accord avec toi qu'il y a la corruption, mais la france est plus dangereuse que la corruption. En chine il y a la corruption, mais on sent un developpement. Imaginez ce que les Pays francophones on comme argent dans les comptes francais. Penses-tu qu'un jour on pourra recuperer ces fonds?
Moi je le dit haut et fort, si la guinee Conakrie a eu des problemes, c'est encore a cause de la france.
Le CFA doit disparaitre si non on n'ira nul part.
Merci

 19   Habame | Lundi, 17 Juillet 2017  - 17:19
  Réponse à 4-GNAROU
  "À mon avis NUBUKPO devrait mener une etude pour nous dire l'impact d'une decision de son pays le Togo à battre sa propre monnaie . Et ceci independamment des autres pays de la zone !!" dixit Gnarou Evalou!

En fait cher ami, je voudrais vous rassurer que Kako en tant qu'enseignant chercheur a déjà exploré toutes les alternatives de sortie du Franc CFA et chacune des alternatives a ses conséquences.

Si je peux bien résumer la position du Prof sur cette première alternative qui est que chaque pays batte sa propre monnaie, elle est négative . D'abord les pays de l'UEMOA à l'exception de la Guinée Bissau et ceux de la CEMAC (Franc) n'ont pas d'expérience de leur propre monnaie et de plus la zone monétaire a créé une sorte d'économie intégrée et les transaction intracommunautaires vont prendre un coup. Regardez le BREXIT.

Si par exemple le Togo décide de battre sa propre monnaie aujourd'hui contre l'avis des autres, eh beh il doit renégocier tous les traités économiques régionaux et ce ne serait pas à l'avantage de notre petit pays.

Les alternatives qui pèsent sont celles communautaires. 1- Une monnaie commune pour tous les ex pays zone franc 2- Une monnaie commune pour chaque zone franc, 3-Une monnaie commune CEDEAO et 4- la monnaie africaine.

Il souligne que le cas le plus plausible et salvateur serait le point 3, la monnaie de la CEDEAO qui de facto devrait être le NAIRA mais là il y a un hic en matière de politique monétaire face aux autre pays notamment le Ghana et la Cote d'Ivoire qui dépendent prioritairement des produits de rente.
Le Nigeria étant essentiellement un pays producteur et exportateur de pétrole ne va pas accepter des politiques monétaires du genre expansionniste lors de l'embellie des cours du pétrole et de l'appréciation du dollar. Dans cette période, le Nigeria va préférer accumuler des devises tandis que les autres pays vont souffrir de la cherté du coût des facteurs de production.... Il a proposé que face à cette situation, un accord spécial soit négocié avec le Nigeria afin d'assurer la stabilité de la monnaie commune et éviter effectivement le cas de la Part Léonine de la Cote d'Ivoire que Gnarou a soulevé à juste titre et que nous vivons dans l'espace UEMOA.

Voilà... et le débat continue.




 18   Gallouzo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 17:15
  Réponse à 16-Gallouzo
  lire plutôt es tu allé voir : M.

 17   Eko | Lundi, 17 Juillet 2017  - 16:33
  Réponse à 2-Affaire à suivre
  Abolir oui mais le remplacer par quoi? quelles seront les modalités de fonctionnement? et avec quels économistes pour conduire cette politique monétaire ? A l'instar de ce qui se passe dans nos Etats, la gouvernance économique est d'une médiocrité telle que votre combat bien que légitime appauvrira encore plus le Peuple. Des Institutions et une application du Droit rien que le Droit..... Voilà les enjeux auxquels vous devriez vous attaquer afin de structurer la macro-économie .. et non le CFA, débat obsolète, et enjeu mineur...

 16   Gallouzo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 15:8
  Réponse à 3-raymondo
  Raymondo, sincèrement tu es un idéologue dangereux.
Je te demande donc de lire et de relire le posting de Gnarou, tu trouveras qu'il a soulevé des idées à approfondir sur la création de notre propre monnaie.
As tu déjà aller saluer M. Kakou dans ces bureaux à Paris ?.
Mon général trouillard, une bataille se gagne sur le terrain par la concertation et la coordination des officiers et des bataillons.
Ne reste pas dans ton coin à Paris et demander à nos compatriotes sur le terrain d'aller dégommer Faure, le Président élu.
Viens toi aussi participer à la bataille. OK

 15   Abladjo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 14:35
  Réponse à 11-GNAROU
  De quelle émotion il parle mon AchaoLawson?

Que des raisons mon cher, que des raisons. l'émotion n'est pas negre, il faut arreter de croire le colon qui te dit que la raison est helene.


 14   Abladjo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 14:33
  Réponse à 12-Amegan
  Toi tu vas te faire allumer par les talibans anti francais.

Les tres peu qui avaient une voie dissonante de prudence ont été taités de colabo ici meme.

Bon si c'est Kako qui commence a mettre de l'eau dans son vin. C'est parole d'évangile.

 13   aglanvi70 | Lundi, 17 Juillet 2017  - 13:3
  @ ddd tu dis et e cite: "Ça parle trop"

Bien dit. Sans commentaire

pfffffffffffffff

 12   Amegan | Lundi, 17 Juillet 2017  - 12:43
  Oui se preparer pour sortir du Franc CFA et ensuite????? creer une monaie regionale ou ceer des monaies souveraines? Oui en afrique il ya des pays exportateur de petrol, ddu cafée cacao d'uranium mais il sont combien á etre dans la zone Franc? je ne suis pas économiste mais les experiences montre que seulement ces pays pourrons á peut près réajuster leur economie. Il y tant de pays qui ont déjà leur propre monaie mais ils n'ont pas une situation meieleurs que ceux qui utilisent encore le cfa? bien au contraire alors faisons attention et prudent á a fois. Et bien ce sont des fluctuations des prix de nos matieres prémiere qui nous feront encore assombrir. le cas dla Guinée Conacrie en est palpable.
Le gros du probleme , nous n#avons pas d'industries de productions du materiel de toutes sorte. alors nous ne peserons pas et nous n'irons pas loins. Un exemple pour faire la route il nous des machine importées, pour entreprendre d'une maniere generale notre infrastructure il nous faut importer près de 70% a 90% du materiel qui nous revient plus cher que ce que nous exportons. Alors qu'on soit un tout petit peu prudent. Et le gros gros problemes dans tout ca c'est la CORRUPTION le grand fléau de nos Etats. j'aurrai préferai qu'on attaque le probleme africain sur ce t'Ange d'abord. Sinon nous pouvons meme aller prendre le dollar comme monaie souveraine nous n'y parviendrons jamais á resoudre nos probleme

 11   GNAROU | Lundi, 17 Juillet 2017  - 12:4
  Réponse à 10-Belphegor
  L'emotion est africaine et Abladjo en est l'incarnation humaine !!

 10   Belphegor | Lundi, 17 Juillet 2017  - 11:58
  Réponse à 7-Abladjo
  Tout a fait, si il suffisait d'avoir sa monnaie pour assurer son développement ca se saurait or il ya pas mal de pays Africans "monétairement souverains" qui sont beaucoup moins lotis coté développement, pouvoir d’achat et niveau de vie que ceux des pays de la zone CFA d’Afrique de l'ouest et centrale.
Ceux qui vouent actuellement le CFA aux gémonies et prônent pour son abandon immédiat sont pour la plupart plus émotifs qu’économiquement pragmatiques, ce n'est pas un débat ou les profanes seulement nourris de ressentiments anti-français, de notions et d’idées très approximatives en matière de finances et d'economies se contentent juste de marteler: "Pour se développer économiquement, sortons du CFA" comme unique argument.



 9   1 | Lundi, 17 Juillet 2017  - 11:36
  le feu ça brule et l'eau ça mouille.

 8   makoula | Lundi, 17 Juillet 2017  - 11:15
  Réponse à 7-Abladjo
  Hahahahahaha

 7   Abladjo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 11:14
  Réponse à 5-cosiginger
  Aucune nouvelle monnaie ne serait viable aujourd'hui sans la bonne gouvernance des états. Kako le sait mais ne lui demande pas d'en parler.

Il dénonce timidement les bas de laines en des dirigeants africains en Europe sans les nommer et poursuit avec "les défaillance de gouvernance".... timide le Kako.

L'on ne ferme pas le puit dans lequel l'on boit.

Le reste c'est du pipo.


"Entendons-nous bien, le changement de système monétaire au sein de la zone Franc ne sera pas une révolution"

Aie!


Thomas Noukou a sorti la moitié des prudences qu'enfin Kako émet et on l'a vilipendé ici meme. Aujourd'hui Kako vient nous dire que sortir du CFA n'est pas un gage de la fin de la pauvreté. Tiens. La horde qui le soutient doit pas etre content a l'heure qu'il est. Sortir du CFA


 6   Abladjo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 10:45
  Réponse à 4-GNAROU
  Gnarou,

Ou est ce que tu as copié tout ca?

Décidément quand la lumiere décide de te visiter, tu as carrément le soleil.

Bon cela ne fait pas de toi une fleche non plus.

Un idiot reste un idiot meme s'il a un flash de bon sens.

 5   cosiginger | Lundi, 17 Juillet 2017  - 10:23
  Nul ne conteste le serieux du raisonnement et de l'appel du prof. Nubukpo. Nul ne rejette la thèse vraie selon laquelle la gestion de cette monnaie commune, le F CFA, telle qu'elle est depuis des années profite plus à la France et à ses partenaires qu'à l'Afrique et constitue l'une des sources de notre pauvrete et exploitation ehontee. Mais le combat pour une franchise de cette main-mise injuste de la France sur nous doit commencer par la lutte contre les predateurs locaux que sont les maffia qui nous gouvernent au quotidien dans nos pays, et pour le cas du Togo, il s'agit du regime corrompu et predateur de Faure que Mr Nubukpo a servid pendant des années avant de partir pour des raisons pas toujours claires 100%. Ayant vu le regime pourri de Lome de l'interieur, Mr Nubukpo sait tres bien combien de nos epargnes, combien de nos F CFA sont pillés, dilapidés , detournés par le pouvoir faurien rendant la misère à nous imposée par la France, plus grave et plus cynique, plus meurtriere et plsu destrcutrice de nos concitoyens. Je peux me tromper mais je crois que Mr Nubukpo n'a pas encore de manière insistente et claire (comme il le fait a propos du F FCA) denoncé la barbarie et l'escroquerie financiaires dont est coupable Faure et son regime. Pourquoi? la question reste posée. De plus, ce poste qu'il occupe actuellement au sein de la Francophonie, ne peut lui ètre accordé sans la benediction de Faure,celui qu'il avait servi auparavant et dont il a été, d'une manière ou d'une autre son chantre dans des milieux occidentaux, internationaux de haut niveau. Mr Nubukpo ferait une vraie oeuvre utile à son peuple meurtri et à l'Afrique exploitée et pillée s'il assume courageusement sa mission non seulement de defenseur des Africains volés en general par des mecainismes mafieux internationaux, mais aussi de ses concitoyens en devoilant le visage kpleptomane du pouvoir de Lomé et en joignant son expertise et son energie à la lutte democratique et pacifique au pays.

 4   GNAROU | Lundi, 17 Juillet 2017  - 10:10
  Réponse à 3-raymondo
  Raymondo,
Erreur d'appreciation !!

On peut lutter, critiquer et combattre de l'interieur ! Oui c'est faisable ! D'ailleurs, c'est la meilleure facon de controler et d' anticiper les estaucades venant de l'adversaire .
S'eloigner de l'ennemi est une mauvaise satrategie . Et cela se verifie d'ailleurs dans la politique togolaise ....

Le monsieur est economiste dans la zone cfa. Plus il fera partie des organisations , plus il disposera d'arguments et de preuves pour lutter contre le monstre.

Les africains veulent le paradis sans mourir !! Alors , ils ne prendront jamais leur responsabilité en main.
La souveraineté ne se decrete pas . Elle s'acquiert aux risques de nombreux sacrifices.

Enfin le cfa, est une assurance vie pour les regimes de la zone . Il n'y aura jamais de choc economique assez violent pour couler ces regimes.
Alors , pourquoi les gouvernements incompetents et antipatriotiques de cette zone prendraient -ils le risque de s'autodetruire en quittant le cfa ??

Ensuite vient le probleme de la Cote d'ivoire ! Premiere puissance economique de la zone UMEOA.
Les politiciens de ce pays pensent en chef de departement francais!
Les usines et autres systeme de production sont tournés vers la France .
Ils n'ont aucun interet de quitter le cfa !
Alassane Wattara est farouchement contre l'idée de NUBUKPO!

Bref trop de parametres qui rament à contre courant !!

À mon avis NUBUKPO devrait mener une etude pour nous dire l'impact d'une decision de son pays le Togo à battre sa propre monnaie . Et ceci independamment des autres pays de la zone !!
Parce je crois que meme petits, nous pouvons disposer de notre propre monnaie.

La petite Gambie n' a pas de potentialités economiques plus viables que le Togo...

 3   raymondo | Lundi, 17 Juillet 2017  - 9:18
  Il est fonctionnaire de la Francophonie avec ses bureaux à Paris. pourtant il dit lutter contre le franc CFA qui nourrit les caisses du Trésor Public français. Cherchez l'erreur!

La conviction se traduit par des actes. Les belles paroles ne suffisent pas.
Imagine-t-on Patrice Lumumba occupant un poste prestigieux à Bruxelles tout en disant lutter contre le colon Belge, Nelson Mandela travaillant à Amsterdam ou à Londres tout en combattant l'Apartheid et les Afrikaners ou encore Thomas Sankara luttant contre le Néo-colonialisme depuis ses bureaux à Paris?

Si Kako Nubukpo travaille pour la Francophonie à Paris, de deux choses l'une: soit la France ne le prend pas au sérieux et ne le considère pas comme un danger, soit elle le garde prêt d'elle pour avoir un œil sur lui. Dans les deux cas, Kako Nubukpo ne peut pas mener sa lutte avec franchise.

 2   Affaire à suivre | Lundi, 17 Juillet 2017  - 9:16
  Réponse à 1-ddd
  C'est vrai que jusqu'ici il n'y a pas encore eu conference debat sur ce manchin de F cfa à l'échelle internationale. Ca se murmure juste ici et là sans actions concretes. Il faut plus que les discours.

 1   ddd | Lundi, 17 Juillet 2017  - 8:49
  Va demander une audience a Idriss Deby et mettez en place un groupe pour des actions concrètes. Ça parle trop. Va rejoindre des organisations qui existent déjà et organiser des manifestations lors des sommets de l’Uemoa. Organise des contre-sommets. Moi je crois que tu as déjà vide tes arguments universitaires. Nous tous on a compris que le CFA tel qu’il est actuellement dessert les pays utilisateurs. Tu nous explique on a compris. Maintenant en tant que leader eclaire, prends le devant des contestations publiques et des actions pour obliger nos dirigeants ne serait-ce que pour ouvrir le débat sur le cfa. Parce que le debat n’a pas encore lieu ou ça devait se faire. Nubukpo … Actions actions…


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com