Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Cameroun La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais




société

Apanews | | Commenter |Imprimer Lu : 486 fois

La réaction du clergé catholique, après la publication du rapport du procureur relevant «l’absence de toutes traces de violence» et concluant à «la noyade» comme «cause probable du décès de l’évêque» de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, mais aussi des sujets à caractère économique et social faisaient les grosses manchettes des journaux camerounais parus lundi.

«L’Église maintien la thèse de l’assassinat» ; «L’Église catholique maintient les accusations d’assassinat» ; «Les évêques persistent et signent» ; «Mgr Jean Marie Benoît Balla a été brutalement assassiné», titrent respectivement Mutations, InfoMatin, Le Jour et Émergence.

Les princes de l’Église ont maintenu leur position, après la présentation par Jean Fils Ntamack, le procureur général près la cour d’appel du Centre, des résultats de l’autopsie signale Le Jour qui rapporte une récente déclaration du président de la Conférence épiscopale nationale (Cenc), Samuel Kléda.

InfoMatin reprend textuellement les propos dudit pasteur : «Les évêques, au nom desquels je parle, maintiennent leur position, c'est-à-dire celle qu'ils ont donnée dans leur déclaration» du 13 juin dernier à savoir que leur collègue a été assassiné.

La position du clergé, explique Émergence, découle du fait de la présence, pendant l’autopsie, de la présence d’un médecin issu de cette confession et qui confirmé que l’évêque «a été sexuellement mutilé», cependant que les conclusions du Vatican, sur cette sombre affaire, sont pour leur part attendues «dans une semaine».

Ce qui est curieux, note InfoMatin, c’est que la Cenc n’a, depuis son accusation formelle, apporté aucune élément concret permettant d’étayer la thèse de l’assassinat, d’où la controverse qui s’épaissit.

L’enquête se poursuit de toutes façons, rappelle L’essentiel qui, s’alignant sur la position du procureur Ntamack, souligne que la cause probable du décès est la noyade, un genre de mort amplement décortiqué dans un dossier du bihebdomadaire.

«On espérait avoir, pour une fois, des résultats d’enquête au-dessus de tout soupçon, après plusieurs assassinats non élucidés d’hommes d’Église, mais le communiqué du magistrat Jean Ntamack vient une fois de plus de jeter un froid au sein de l’opinion, alourdissant davantage les rapports déjà difficiles entre le clergé et le pouvoir de Yaoundé», se désole son confrère Le Soir.

Le fantôme de Mgr Bala, annonce Repères, hantera les travaux de l’assemblée générale des évêques d’Afrique centrale, qui se tient dans la capitale Yaoundé pendant une semaine.

Et la preuve, selon la publication, que le climat n’est guère à l’entente cordiale est que le chef de l’État, invité à présider la cérémonie d’ouverture desdites assises et de qui on attendait une position claire sur la question, a préféré s’esquiver et se faire représenter par le ministre de l’Administration territoriale, Emmanuel René Sadi.

Sur un tout autre chapitre, celui du piratage informatique, le Cameroun reste très vulnérable, constate Mutations qui évoque un manque criard de moyens pouvant lui éviter une attaque de grande envergure, au moment où l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication propose une réforme totale du cadre légal.

Le Jour, dans la sphère sociale, signale un climat explosif à la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) du fait, complète Le Quotidien de l’Économie, d’une réduction annoncée des salaires du personnel qui, pour sa part, dénonce le non respect de ses droits acquis.

Face à l’intransigeance des employés à ne pas voir leur rémunération rognée d’un seul franc, la seule issue, pour le management de la société et selon des sources citées par Mutations, est la logique des licenciements.

L’État, unique actionnaire de la compagnie aérienne nationale, risque de ne pouvoir avoir les moyens financiers pour voler au secours de la Camair-Co, lui qui, selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, vient de lancer une campagne d’allègement des subventions aux sociétés publiques, «qui en bénéficient chaque année à coups de milliards FCFA».




Autres titres

Cameroun l’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise 
Cameroun la politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise 
Cameroun vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais 
Plus de nouvelles




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com