Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Kouémalo Anaté et 'les journalistes colporteurs'


société

iciLome | | 17 Commentaires |Imprimer Lu : 5738 fois

Mme Germaine Anaté Kouméalo, ancienne ministre de la Communication est bien branchée sur le dossier de réconciliation nationale et travaille avec le HCRRUN comme personne ressource. C’est sous cette coupole qu’elle apparut sur la Télévision Deuxième aux côtés d’un des rapporteurs de l’institution de Mme Awa Nana Daboya, pour faire une sorte de bilan des fameuses cérémonies de réparations.

A l’occasion, Germaine Anaté Kouméalo adresse son mot de la fin à une frange de journalistes qu’elle accuse de »colporter des choses inacceptables sur les médias internationaux comme nationaux». A ces journalistes commères donc, l’enseignante chercheuse de l’Université de Lomé, demande faire preuve d’amour pour «construire ce pays», au lieu de passer pour porteurs de «germes de division, des germes de haine…) au risque de drainer le pays dans du « surplace ».

«Nous somme sur le même bateau, et ce pays c’est notre patrimoine commun. Nous devons nous « unir » pour le construire ensemble, développer le sens de la solidarité, le sens de la nation, le sens de l’Etat, le sens de l’amour du prochain, c’est fondamental…» a-t-elle martelé.

Un matraquage ?

En effet, le processus de réconciliation tel que mené par le gouvernement, semble plus diviser qu’il ne rassemble. Et pour cause, bien d’observateurs n’arrêtent de se demander, où le régime de Faure Gnassingbé a-t-il caché les principes du droit à la vérité, le droit à la justice et surtout du droit à la garantie de non répétition des atrocités commises sur de pauvres populations, des principes bien définis en matière de justice transitionnelle comme le reconnait le HCRRUN.

Ou encore, pourquoi couvrir de décorations honorifiques, des présumés bourreaux (l’ancien officier de l’armée, le major Kouloum) sur qui pèsent de milliers de plaintes, cités dans plusieurs rapports d’enquêtes comme instigateurs de tueries en l’occurrence le carnage d’Atakpamé en 2005.

Sur ces points, une partie de la presse est intraitable, dénonçant ainsi un processus de réconciliation porteur des germes de l’impunité. Visiblement, Mme Germaine Kouméalo Anaté en aurait une dent contre ce courant de journalistes qui refusent d’accompagner «aveuglément» un processus de réconciliation qui cache des intentions inavouées d’un régime sans respect pour la dignité humaine. En témoignent les multiples tueries de citoyens non armées comme ce fut le cas en Février 2017 à Agoè-Zongo, quartier périphérique de Lomé où au cours d’une manifestation, l’armée a fait irruption avec des tirs à balles réelles. Il y eut un mort par balles et plusieurs blessés.

Malgré la promesse du commandant suprême des Forces Armées, ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Chef de l’Etat Faure Gnassingbé en 2005, arguant que, plus jamais d’effusion de sang sur la Terre de nos Aïeux, plusieurs Togolais à Dapaong, à Mango ont succombé sous les balles d’une armée censée les protéger. Comment faire confiance à un tel Etat ?

Une habitude?

L’ancienne ministre Kouméalo Anaté semble exceller dans ce genre d’attaques. Il y a exactement un an de cela, en juillet 2016, elle traitait son collègue, le profeseur Apédo Amah Togoata d"anarchiste". Alors que ce dernier se faisait virulent dans la réclamation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, la dame de Kouméa dégaina contre lui sur une radio privée de la place. «Le Professeur Apédo Amah est un anarchiste (…). Ce n’est pas parce que deux ou trois individus s’agitent, qu’ils disent qu’ils parlent au nom des intellectuels… » Avait-elle pesté.

Aujourd’hui, elle fixe les journalistes qui naturellement ne communiqueraient pas selon son goût, au sujet des controversées cérémonies de purification du Togo.

A. Lemou



Autres titres

Togo le cabinet syl consult-togo honoré à francfort 
Togo pierre koffi-alanda, un togolais agriculteur bio en france 
Togo maritime/exploitation de sable: moins d'une vingtaine de carrières homologuées 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle


 

 17   tedlesaint1 | Samedi, 15 Juillet 2017  - 13:22
  Le processus de pardon et de réconciliation que le Haut-commissariat pour la réconciliation et le renforcement de l'unité nationale (Hcrrun) est en train de mettre en application découle des recommandation de la Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR), Awa Nana Daboya n'a en fait rien inventer, On dit souvent que la perfection n'est pas de ce monde, c'est vrai qu'au cours des travaux de la Cvjr aucun présumé auteur ne s'est présenté devant cette commission pour faire son mea-culpa, si on veut se référer à ce qui s'est passé en Afrique du Sud, le gouvernement avait amnistié tous les présumés coupables, c'est avec cette garantie que certains de ces présumés coupables ont accepté venir de la commission vérité justice et réconciliation présider par Monseigneur Desmond Tutu. Ce processus est un long et difficile cheminement que l'ensemble des hommes de médias doivent normalement accompagner. Quand l'on dit d'accompagner, l'on ne dit pas de ne pas faire des analyses rationnelles et constructives, là où le bât blesse, c'est qu’au niveau de médias togolais on note beaucoup plus de communicateurs que de journalistes. Ces communicateurs pour des buts inavoués vont dès fois jusqu'à faire des analyse qui sortent du domaine du rationnel, En effet comme sur une chaine de radio un journaliste peut affirmer que les fortes pluies que l'on a noté durant les jours de la purification ne sont autres que les pleures des âmes des victimes de ces violences politiques? ce journaliste est-il des dons de divination? quelle peut etre la réaction d'un auditeur suite à cette déclaration? il faille comme la dit dame Kouemalo Anate que les journalistes accompagnent comme il faut ce processus dans l’intérêt du peuple togolais.

 16   LES 4V | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 14:29
  Réponse à 4-AZOVI
  Elle n'a même pas besoin de vos admiration. Et toi même sache que tu est bien laid aux yeux de certains.

 15   LES 4V | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 14:25
  Nos journaleux qui ne tirs leurs arguments de nul part et qui se contentent des citations littéraire s et philosophiques et encore ils s'octroie le certificat de la démocratie et de détenteur de la connaissance humaine.Dieu à choisit nos gouvernant pour notre bien que les jaloux veulent ou pas. TOGOlais aimons nous cultivons la paix c'est tout ce qu'ont 'nous demande.

 14   DEVA | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 14:5
  Belle analyse du journaliste A.Lemou sauf que cette façon de voir les choses est réductrice de la situation réelle de la violence dans notre pays.

On parle de violence depuis 1958. Relayer que Faure a un régime violent est archi faux. La violence politique date d'il y a plusieurs décennies.

Il faut que les journalistes face l'efforts de rendre les choses en fouillant un peu dans notre histoire pour renseigner leur écrits.

Les journalistes qui colportent que c'est du folklore et du cinéma les cérémonies de purification. La CVJR, nous n'allons pas reprendre l'histoire, mais quand elle a commencé son travail ce sont les même qui ont insulté et traîné dans la boue Monseigneur BARRIGAH mais ils sont les premiers à prendre pour leur compte les conclusions et recommandations du travail effectué par le prélat.

Ces recommandations c'est ce que HCRRUN est entrain de réaliser. Les sachant bien ils crient au scandale. Qui trompons nous. Les gens connaissent la vérité.

Concernant la Vérité sur les bourreaux et la garantie de non répétition, les choses se font graduellement. Attendez de voir si le reste des réformes vont être faites ou pas? Mais pour les bourreaux, toutes les institutions on t des listes et les victimes les connaissent. S'ils veulent porter plainte ils en ont le droit cessons de dire qu'on ne connait pas les bourreaux

L'Etat c'est du sérieux et il a pour mission de protéger tous les citoyens donc il ne peut pas appeler la télévision, la radio, bref les médias pour faire aligner les bourreaux et montrer que Voilà ceux qui font la violence dans le pays.

Ce serait irresponsable et nous seront les premier à crier ou à parler de la présomption d'innocence puisque ce sont des témoignages qui sont faits et non un jugement.

Chers internautes prenons la pine de revoir notre façon de faire pour préserver la paix

 13   Abou | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 13:57
  Réponse à 7-Agoooo
  C'est normal que vous trouvez qu'elle soit sale tout simplement parce qu'elle est restée naturelle!
Elle n'a pas decapée sa peau, elle ne s'est pas coiff avec les mèches bresiliennes ou mis "gbonfou" sur ses cheveux!
Essayons d'admirer un peu nos femmes naturelles!!!!
En tout cas je passais seulement dèèhhh!

 12   DEVA | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 13:49
  Belle analyse du journaliste A.Lemou sauf que cette façon de voir les choses est réductrice de la situation réelle de la violence dans notre pays.

On parle de violence depuis 1958. Relayer que Faure a un régime violent est archi faux. La violence politique date d'il y a plusieurs décennies.

Il faut que les journalistes face l'efforts de rendre les choses en fouillant un peu dans notre histoire pour renseigner leur écrits.

Les journalistes qui colportent que c'est du folklore et du cinéma les cérémonies de purification. La CVJR, nous n'allons pas reprendre l'histoire, mais quand elle a commencé son travail ce sont les même qui ont insulté et traîné dans la boue Monseigneur BARRIGAH mais ils sont les premiers à prendre pour leur compte les conclusions et recommandations du travail effectué par le prélat.

Ces recommandations c'est ce que HCRRUN est entrain de réaliser. Les sachant bien ils crient au scandale. Qui trompons nous. Les gens connaissent la vérité.

Concernant la Vérité sur les bourreaux et la garantie de non répétition, les choses se font graduellement. Attendez de voir si le reste des réformes vont être faites ou pas? Mais pour les bourreaux, toutes les institutions on t des listes et les victimes les connaissent. S'ils veulent porter plainte ils en ont le droit cessons de dire qu'on ne connait pas les bourreaux

L'Etat c'est du sérieux et il a pour mission de protéger tous les citoyens donc il ne peut pas appeler la télévision, la radio, bref les médias pour faire aligner les bourreaux et montrer que Voilà ceux qui font la violence dans le pays.

Ce serait irresponsable et nous seront les premier à crier ou à parler de la présomption d'innocence puisque ce sont des témoignages qui sont faits et non un jugement.

Chers internautes prenons la pine de revoir notre façon de faire pour préserver la paix

 11   Bernard Dovi | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 11:57
  Pourquoi FAURE et son gouvernement n'étudieraient pas un projet de loi de réconciliation nationale au cours de l'un de leur conseil de ministres. Je suis convaincu qu'une fois arrivé sur la table de DRAMANI à l'assemblée nationale, les députés moutons ne vont pas se faire prier pour le voter à la majorité pour qu'il devienne un loi. Comme cela plus besoin de perdre le temps à AWA NANA et son HCRRUN. Ou bien ils adoptent un décret de réconciliation nationale en conseil des ministres et puis le tour est joué.Je crois que ces solutions sont simples et pratiques

 10   Fifi | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 8:58
  Pour sauver ses fesses et assurer ses biens mal acquis il faut faire diversion. Elle connait bien la leçon.
Pauvre intellectuelle !! Intellectuelle tarée, chercheuse aveugle et avard.
Tout cela finira bien un jour !!!
Qu'elle sache que la réconciliationne se décrète pas, elle se vit et les Togolais ne se voient pas où ne se retrouvent pas dans ce qui se fait.
La réconciliation n'est pas un projet de loi qu'on vote à l'Assemblée Nationale, sinon vous (rpt/ punir) êtes capables de nous l'imposer . Ce régime n'a plus rien à nous proposer. Le reste c'est du folklore.
Que Dieu ait pitié de ceux qui errent encore à la recherche de solutions inexistantes pour sauver ce régime sanguinaire.

 9   Tonton Lebon | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 8:35
  Si vous cherchez des vrais tarés, venez au Togo. Si elle avait porté des tissus et colliers des centaines de milliers de francs, vous aurez trouvé autre chose à dire. Maintenant qu'elle veut ressembler à vos mamans qui sont au village et prôner l'égalité, vous trouvez qu'elle est mal vêtue. La tarrrrre togolaise !!!

 8   Ces femmes du RPT-UNIR | Vendredi, 14 Juillet 2017  - 6:19
  Ici Lome doit faire un article sur ces femmes qui ont cotoye le pouvoir .Ou sont elles maintenant?

 7   Agoooo | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 22:59
  Elle est tres sale.

 6   Hahaha | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 21:20
  Réponse à 4-AZOVI
  Hahahahahaha tu vas me tuer

 5   kara | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 20:49
  Réponse à 4-AZOVI
  elle cherche quoi? et elle a trouve quoi? le nombre de chercheur depasse la moitie de la population du togo mais nous quemendons toujopurs. Ces chercheurs sous climateur ne trouverons rien jusqu'a leur retraite.

 4   AZOVI | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 19:54
  Regardez ses joues, on dirait "BOTOKOIN" du tres tot le matin pour boire "AKLUIZOGBON".Surement , son organisme est rempli de la graisse " taux de cholesterol eleve plus hupertension arterielle.......

 3   yégor | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 18:19
  Réponse à 2-Calamité
  Avec de pareilles insultes, le TOGO va mieux se développer et la démocratie va bien
s'installer.C'est vraiment une calamité intellectuelle.

 2   Calamité | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 17:9
  Est-elle allée chercher ses sapes dans les friperies? Elle ressemble à s'y méprendre à la revendeuse de koliko au coin de rue en allant à Lomégan.

Tu dessers la nation dame Germaine Kouméalo Anaté, ce genre d'inutilités supposées intellectuelles, le Togo n'en a pas besoin. Tu dois faire partie de la poubelle de l'humanité.

À recycler pour cause de protection de l'environnement et du développement durable.

 1   yégor | Jeudi, 13 Juillet 2017  - 17:4
  Au Togo, les confrères journalistes ne se respectent même pas. Ce misérable LEMOU se prend pour qui?


TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| Les piscines tubulaires| | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com