Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Les réalités historiques du Togo exigent la limitation des mandats présidentiels




politique

iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 3133 fois

En juin 2016, Faure Gnassingbé déclarait sur la Deutsche Welle : « Si on uniformise toutes les constitutions en disant que tout doit être limité à deux mandats, il y aura des problèmes ici ou là, parce que nous n’avons pas les mêmes situations, nous n’avons pas les mêmes histoires. Cela peut marcher ici et pas ailleurs ». Un sujet brûlant sur lequel est revenu Gnimdéwa Atakpama, Délégué aux affaires intérieures du Parti des Togolais sur Nana FM.

Selon Gnimdéwa Atakpama, l’alternance ne devrait plus être un sujet à débat puisque la réalité historique du Togo est encrée dans l’alternance. Et d’illustrer sa position par l’histoire des Adja-Ewé écrit par Prof Nicoué Gayibor dans « Recueil des sources orales du pays Adja-Ewé ».

Cet exode du peuple éwé n’était pas fortuit. « La légende d'Agokoli peut être perçue comme un conflit d’autorité entre deux pouvoirs politiques. Celui d’un souverain décidé à assumer lui-même l’essentiel du pouvoir qui se heurte à celui non moins ferme des sages de la nation qui ont de tout temps détenu la réalité du pouvoir politique. Dans tous les cas, le personnage principal (Agokoli) est souverain absolu plus précisément un tyran, ce qui est contraire aux coutumes basées sur une sorte de parlementarisme », a t-il dit en reprenant le professeur.

Ce qui signifie que depuis la nuit des temps, les cités antiques étaient « pour la répartition des pouvoirs. Même des sources révèlent qu’à Nostè (sud du Togo), le roi était élu pour trois ans ». Mais c’est cette volonté d’Agokoli d’avoir un règne sans partage qui est la cause du départ des Ewés.

« Donc la réalité historique nous dit qu’il faut la démocratie, un parlement fort, l’alternance, la limitation de mandats, puisque depuis le XVIè siècle, il y avait une limitation de mandat dans la cité de Notsè », explique Gnimdéwa Atakpama. Une réalité qui se retrouve en pays kabyè et même dans les traditions où le règne est matrilinéaire puisqu’il y a des instances et le pouvoir est partagé.

Il est clair que la volonté du peuple, ce sont les réformes qui transparaîtront dans l'alternance et la limitation de mandats.

« Ce qui est important, c’est qu’il y a un consensus sur les réformes immédiates. Il faudra les réaliser puis réfléchir sur les autres à venir. Il faut faire une pression beaucoup plus forte, il faut qu’on nous entende et que ceux qui nous gouvernent comprennent que nous sommes plus de 87% à vouloir les réformes, la limitation des mandats, l’alternance et que cela est conforme à nos réalités historiques, sociologiques et religieuses », a conclu le Délégué aux affaires intérieures du Parti des Togolais.

Magnim




Autres titres

Togo crise politique : pascal bodjona entre en jeu 
Togo médiation : macron demande à condé de laisser le champ libre à akufo-addo 
Togo l’armée togolaise : loyaliste ou républicaine ? 
Plus de nouvelles




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com