Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo 13 ans de dépénalisation des délits de presse : L'heure est au bilan




presse- presse togolaise

iciLome | | Commenter |Imprimer Lu : 3144 fois

La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), l’instance de régulation dirigée par Pitang Tchalla, veut dresser un bilan des 13 années de dépénalisation des délits de presse au Togo. Un séminaire de deux jours est déjà programmé à cet effet.

"Dépénalisation des délits de presse au Togo et la Responsabilité du journaliste", c’est le grand thème qui sera abordé au cours de ce séminaire qui se tiendra les 21 et 27 mars 2017 à Lomé et Kara.

La première séquence se déroulera le 21 mars à Lomé (Salle de Conférences de la SAZOF) avec 100 participants identifiés dans la Commune de Lomé, dans la Région Maritime et dans la Région des Plateaux. La deuxième à Kara (environ 420 km au nord de Lomé), regroupera 70 participants de la Région Centrale, de la Région de la Kara et de la Région des Savanes.

Ce sont les directeurs d'organes, les présidents des organisations, d'associations professionnelles et les membres de la HAAC qui prendront part à ce séminaire.

Pour Mathias Ayéna, Rapporteur de la HAAC, il s’agira de faire le bilan des 13 années de dépénalisation des délits de presse au Togo et d'avoir une idée sur les délits conduisant à la peine de prison avant 2004, les cas d'emprisonnement, les délits sujets à prison aujourd'hui et les cas d'emprisonnement, les délits qui auraient pu conduire à la prison entre autres.

"Treize ans après, quel bilan peut-on dresser ? Comment les journalistes togolais ont usé de ce nouveau code dépénalisé. La presse togolaise a-t-elle gagné plus de notoriété, en responsabilité, en professionnalisme ? Est-ce que ce code est encore d’actualité ? Il est donc normal de dresser un bilan. Nous allons nous interroger également sur le rapport entre absence de prison et multiplication des titres de presse et du nombre et, au-delà de la qualité et aussi analyser la récurrence de certains délits de presse notamment, injures, diffamation ", a-t-il souligné.

A en croire, Pitang Tchalla et son équipe, il faudrait 8 000 000 FCFA pour organiser un tel séminaire.

Pour rappel, ce code de la presse et de la communication qui abolit les peines de prison pour les délits de presse, a été voté par le Parlement togolais et adopté en août 2004.

KG.



Autres titres

Togo revue de presse du 20 octobre 2017 
Togo violence sur les journalistes sur les lieux de reportage : les organisations professionnelles de la presse dénoncent 
Togo pierre-claver kuvo : « les réseaux sociaux constituent une véritable vitrine » 
Plus de nouvelles




TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com