Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Grand reportage : Kara, la ville « présidentielle », la ville de misère …


société

Liberte hebdo | | 45 Commentaires |Imprimer Lu : 6154 fois

Après Lomé la capitale du Togo, Kara reste sans nul doute l’une des villes les plus connues du pays. Chef-lieu de la Région dont elle porte le nom, la ville de Kara est située à 400 km environ au nord de Lomé. Historiquement, Kara est à l'origine une extension du village de Lama près d’un pont traversant la rivière Kara, construit par les Allemands, d’où son appellation originelle Lama-Kara. La ville est au pied du massif montagneux du pays Kabyè. La particularité de cette agglomération est qu’elle a «donné» la famille présidentielle (Gnassingbé) qui régente le Togo depuis un demi-siècle. Peuplée de près de 150 mille habitants, cette municipalité est également riche en patrimoine culturel comme l’attestent les nombreuses fêtes traditionnelles dont les luttes Evala qui se déroulent chaque année en juillet. L’université de Kara, le CHU, les hôtels hissent cette cité au rang des villes togolaises, qui, a priori, devrait donner un cadre de vie idéal aux uns et aux autres. Mais, Kara offre à ses visiteurs, un visage de ville fantôme où la construction architecturale reste discutable, la vie excessivement chère, les vices en pleine expansion, le déséquilibre des couches sociales remarquable… Kara, cette forteresse « imprenable » du pouvoir togolais, aux multiples facettes, est l’objet de notre reportage.

La ville présidentielle

Parler de Kara sans faire allusion à la famille présidentielle qui régente la vie politique du Togo depuis des décennies serait faire preuve d’une malhonnêteté intellectuelle impardonnable. La ville s’identifie, ou a pris sa notoriété en partie grâce à la famille Gnassingbé. En effet, l’ancien président togolais feu Gnassingbé Eyadéma, père de l’actuel Faure Gnassingbé, est originaire de Pya, un canton de la Kozah. « Le fait que la famille présidentielle soit originaire de cette localité a été un atout pour nous. Il y a des réalisations chez nous qui ne se retrouvent pas dans d’autres villes du pays. Des résidences présidentielles, le palais de congrès, une université et bien d’autres choses. Je ne pense vraiment pas que c’est le fruit du hasard. Nous avons également des cadres, fils du milieu, qui ont eux aussi réalisé des choses qui donnent une image plus ou moins agréable de la ville », estime Makitina, la trentaine, natif du milieu.

D’ailleurs, Kara est considérée comme la deuxième ville du pays. L’aéroport «international» de Niamtougou qui se trouve à quelques kilomètres en est une parfaite illustration. Il n’est pas rare de voir les présidents (l’ancien comme l’actuel) y recevoir de visites officielles, tenir des conseils des ministres et organiser d’autres évènements officiels majeurs.

La tradition en pays Kabyè reste un élément incontournable pour les ressortissants de cette cité. Chaque année, la seconde moitié du mois de juillet est consacrée aux rites Evala. Fête traditionnelle au départ, l’évènement a pris depuis des dizaines d’années, une envergure politique et internationale, attirant quelques touristes et curieux. L’administration centrale se vide durant des semaines pour l’occasion. Les chefs traditionnels désertent leur palais pour être dans les loges officielles en vue d’assister aux différentes compétitions et autres. Feu Gnassingbé en avait fait une fête « presque » nationale. Son fils a naturellement perpétué la tradition. « Les moments d’Evala sont les meilleurs à Kara. L’affluence est au comble, les hôtels débordés. Tous les cadres de Lomé reviennent à la maison. Kara devient pour quelques semaines la capitale du Togo. C’est une fierté pour nous, même si la différence par rapport au niveau de vie est plus que perceptible. Malgré tout, la tradition a gardé sa sacralité en pays Kabyè », souligne Mèza, résidant du quartier Chaminade.

Une ville de contrastes

Au-delà de son statut de ville «présidentielle», Kara n’est pas une ville extraordinaire. En dehors de quelques édifices publics comme privés, le reste du paysage présente un visage contrastant. Les routes goudronnées en bon état se comptent sur le bout des doigts. Les quartiers comme Chaminade, Kara Sud, Tchintchinda, Dogoyo, Tomdè, qui sont les plus ou moins présentables, illustrent fort bien une réalité. A côté des châteaux appartenant à des « pontes » du régime, on retrouve des habitations de fortune où résident les classes déshéritées.

« La conception architecturale même de la ville est à revoir, ou on doit du moins faire quelques aménagements. Les rues qui relient les quartiers entre eux sont quasi impraticables. Après Radio Kara, Adaboaré, Wakada, il n’y a plus rien. Il faut repenser la construction de cette ville, surtout avec des terres rocheuses qui pourront être un atout si les spécialistes planchent sur cela. Le carrefour Tomdè qui est une référence pour la ville doit abriter au moins une statue symbolique. Récemment, on devrait y ériger la statue d’Eyadéma, mais avec des manipulations politiciennes, elle s’est retrouvée devant le palais des congrès, alors que cette zone est déjà aménagée », regrette Alphonse, la vingtaine, étudiant en fin de cycle à l’Université de Kara.

Le niveau de vie à Kara, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’est pas du tout aussi enviable. En dehors d’une « minorité » qui vit dans une opulence indescriptible, en s’offrant une vie de prince, la majorité de la population côtoie « quotidiennement » la misère. « La vie est trop chère ici, alors que rien ne marche comme activité dans la ville. La pauvreté se remarque sur les visages. Il n’est point besoin d’aller fouiller dans les marmites des ménages pour s’en apercevoir. Les activités économiques sont au ralenti. Pourtant, une pièce ne se loue pas à moins de 8 000F CFA. Pour avoir un logement plus ou moins décent, il faut alors dépenser 10 voire 15 000F CFA », souligne Hervé. Compte tenu de la pauvreté des sols cultivables dans cette région, la plupart des Kabyè se sont rués vers le sud du pays pour pratiquer l’agriculture, laissant ainsi les terres rocheuses en jachère.

« Il n y a pas d’eau à Kara », darde une dame, la quarantaine, rencontrée près du stade municipal de Kara, avec un bidon de 25 litres rempli d’eau. Cette dame, comme la plupart des autres, souffrent avant de trouver de l’eau potable. La vétusté des installations de la TdE (Togolaise des Eaux) conjuguée à la qualité approximative des forages privés dans les maisons, fait qu’il faut s’armer de patience avant de trouver ce liquide vital. « Les puits sont rares ici dans les maisons, et c’est pour cela que ceux qui ont les moyens, recourent aux forages. Mais là aussi, la qualité de l’eau n’est pas irréprochable », renchérit Abalo.

Le problème de l’électricité est très récurent à Kara. « Ici, on coupe le courant presque quotidiennement. Le jour où on n’est pas privé de l’électricité, on rend grâce à Dieu. Cette situation a des répercussions sur nos activités car l’énergie électrique reste au cœur de tout. Si on ne l’a pas, on ne fait rien», évoque un tenancier de bar.

L’université, le CHU, le stade municipal

Une ville, ce sont des infrastructures tant publiques que privées qui la déterminent. Kara est la seconde ville du Togo qui abrite une université publique à part celle de Lomé. Créée en 1999 par feu Gnassingbé Eyadéma, l’Université de Kara (UK) peine à prendre ses marques. Si la qualité de l’enseignement n’est pas remise en cause, les conditions de vie et d’études des étudiants restent des plus misérables.

« Aux premières années de sa création, les difficultés étaient moindres. Mais actuellement avec le nombre pléthorique d’étudiants, c’est un véritable enfer. Pour trouver une place assise et suivre les cours, c’est un véritable parcours du combattant. La majorité des étudiants les suivent en dehors des amphithéâtres qui ne sont que de nom. Même avec la création du Campus Nord l’année dernière et l’ouverture de la Faculté de médecine, la situation ne s’améliore guère. La Flesh, qui est l’une des facultés les plus peuplées, ne dispose pas d’agora. Outre ces difficultés, l’UK ne dispose pas de latrines. Il faut payer 10F CFA quelque part avant de se soulager. Pour la connexion Internet afin de pouvoir faire des recherches, un projet d’installation de Wifi sur le campus est en cours, mais visiblement cela traine », décrit Mèyé, étudiant en 2ème année de sciences politiques.

Le CHU Kara, comme les autres centres hospitaliers du Togo, est un véritable mouroir. Seul centre de référence dans la région, cette structure n’offre pas toutes les garanties à ses visiteurs (patients) de ressortir dans des conditions meilleures que celles dans lesquelles ils étaient arrivés. Situé non loin du palais des congrès et de la Caisse nationale de sécurité sociale, le CHU Kara présente un visage hideux où règne une malpropreté flagrante. Pourtant, on s’aperçoit qu’il regorge plus d’agents de ménage que de personnel soignant. « Cela est dû au « mendèfrèrisme » (népotisme), à des récompenses pour militantisme et à des combines de tout genre », peste une sage femme.

« Il y a un manque criard de médecin ici. Il y a quelques jours, j’ai été témoin d’un évènement qui m’a beaucoup marqué. La femme d’un ami devrait accoucher ici, alors qu’elle nécessitait une césarienne. Mais curieusement, toutes les trois assistantes qui devraient s’occuper d’elle sont en congé. C’est moi qui ai finalement, grâce à mes contacts, supplié une parmi elles qui est venue nuitamment sauver la dame, et elle garde toujours les séquelles de cette opération tardive », raconte un infirmier d’un autre centre de santé de la localité. Le CHU Kara ne dispose que d’un seul gynécologue, d’un scanner qui ne fonctionne presque jamais. « Parfois les scanners se font à Lomé et il faut dépenser plus de 150 000 FCfa pour les frais d’ambulance et autres », rajoute l’infirmier.

Le stade municipal de Kara est à l’image de la ville. Pour une grande ville comme Kara, avec cette batterie de cadres et de ressortissants qui vivent comme des princes de « Doha », disposer d’un tel stade est une honte. Les tribunes sont dans un état de délabrement repoussant alors que la pelouse ressemble fort bien à un champ de tirs à Alep en Syrie. On se demande par ailleurs comment les joueurs d’Asko de Kara se démerdent pour y jouer les matches du championnat national de D1. Pourtant, la mairie a construit des boutiques avec des conteneurs tout autour du stade et qui rapportent beaucoup d’argent à la municipalité. Malgré tous les « nouveaux riches » dont dispose la ville, personne n’est prêt à offrir un terrain synthétique d’à peine 150 millions FCFA.

Kara et les vices

La ville de Kara et le vice font bon ménage. Elle est sans doute l’une des plus vicieuses du Togo. Dans cette localité, les hôtels, bars, chambres de passage encore appelés « ambassades », etc. pullulent un peu partout. La floraison de ces cadres favorise la prostitution sous toutes ses formes dans le milieu. Les travailleuses de sexe qui s’exposent en pleine nuit se retrouvent dans des coins chauds comme Lufthansa et autres. Les étudiantes, parfois en quête de moyens de survie, s’adonnent malgré elles à cette pratique. « En période d’Evala, il se passe des choses terribles ici à Kara. Les filles parmi lesquelles des femmes mariées courent derrière ceux qui sont venus d’ailleurs. Parfois, il y en a qui s’en sortent avec une fortune, sans oublier l’autre revers de la médaille : grossesse indésirée, VIH-SIDA », explique Kondo.

A Kara, où la population est assez cosmopolite, on adore boire. Mais en dehors de la bière de la BB, les gens préfèrent la boisson locale. « Tchoukoutou », « Kablèmissine » ou « Lossomissine », c’est selon. Moins chère, elle est consommée « sans modération » par les couches sociales. Faite à base du mil cultivé localement, cette boisson reste un des produits qui distinguent cette ville. « Le mil est nutritionnel », estime tout en sourire un inconditionnel du « Tchouk ».

Région militarisée avec le Camp Gal Ameyi, des camps de gendarmerie, de police et autres, Kara est l’une des villes les plus sécurisées. Le banditisme de grand chemin est pratiquement inexistant, il arrive parfois où les forces de l’ordre sont requises, mais elles arrivent souvent très tard pour constater les dégâts.

Kara est une ville bien connue au-delà du Togo grâce en partie à la famille présidentielle qui est originaire de cette localité. Mais si on parcourt un peu cette localité, on n’y trouve rien d’extraordinaire, si ce n’est le palais des congrès et quelques résidences présidentielles, sans oublier les « châteaux » construits par les membres de la minorité et qui sont malheureusement mitoyens des taudis où croupissent, sous une misère généralisée, la plupart des populations. Malgré tout, ce bastion (sic) du parti présidentiel reste pour l’heure imprenable…

Shalom Ametokpo, de retour de Kara



Autres titres

Togo arrestation d’une commerçante véreuse : la lct exige l’application rigoureuse de la loi envers la dame 
Togo 1ere session du cnds : gilbert bawara mise sur la concertation pour relever les défis socioéconomiques 
Togo grève des enseignants : la solidarité planétaire dénonce l’incarcération des élèves 
Plus de nouvelles




 45   Aie... ! | Mardi, 17 Janvier 2017  - 17:31
  Réponse à 40-Frank le toqué
  * Toutes les femmes d'ANEHO, mariées ou pas, couchent avec les hommes originaires de KARA maintenant... *
Ha ha ha

Le sexe est une arme en temps de conflit.

Il y a plus de sero-positif au Togo que partout ailleurs en Afrique de l'Ouest.
C'est à applaudir aussi.

Si tu maitrises le dossier ,on peut demander à Icilome.com de nous l'ouvrir .

Tu racontes de belles choses.

Ha ha ha ha .

 44   AWIDINA | Mardi, 17 Janvier 2017  - 1:1
  Je suis de Kara, de PYA et encore de LAO. Il ya au moins 20 ans que j'ai demandé à la population de Lao de quitter le canton de PYA. Nos habitations sont à peine a 30 mètres du château des GNASSINGBE la nuit, nous nous eclairont avec de lanternes 🏮. Nous n'avons pas de l'eau de ville, pour un hôpital n'en parlons pas c'est du luxe. Pourtant leurs poulaillers sont électrifié. Donc les cochons les moutons 🐑, les volailles des GNASSINGBE dont plus important que les populations. Je m'adresse à tous les TOGOLAIS: de l'Est, de l'Ouest, du Sud, du Nord ou du Centre ; Nous menons le même combat. Levons nous comme une seule personne poir chasser tous ces méchants. Même si on doit mourrir, on ne mourra pas tous. Maintenant je suis vieux 👴 mais la lutte continue avec mes enfants.

 43   KASSANDA | Lundi, 16 Janvier 2017  - 8:20
  Ils n'aiment même pas leur village. Comment sont ils ces gens qui prétendent nous régenter à vie.
Ils font quoi avec leur argent avec notre argent.
1000 milliards sur 15 ans ça fait combien. À la fin du mandat de Faure Gnassingbé il faut un audit pour voir si on a en a pour 15 000 milliards de dépenses au Togo.

 42   Mon pays va tres mal | Dimanche, 15 Janvier 2017  - 5:26
  Réponse à 30-Chinalawson
  Voici ta reponse.
Ce n'est pas une attaque .C est une realité que toute personne normale peut deceler de tes ecrits.D'ailleurs,tu viens de confirmer ton immoralité lethale .Tu dis "il faudra beaucoup tuer pour assainir l'environnement politique,economique,et sociale". C'est tres grave pour un refugié d'avancer de tells propos.UN etre normale ne dirait pas ca.

Rawlings n' a pas ete un dictateur.Cesser De faire ce rapprochement en vain.

Rawlings etait venu balayer Les dictateurs et les mauvais citoyens qui faisaient souffrir son peuple.Apres il avait organisé des elections transparentes non frauduleuses .Quand il a Perdu ,il a accepté sa defaite et laisser la place à d'autres.

Il faut relire ce que tu viens d'ecrire.Il y a plein d'amalgame dedans.Faut-il aller chez les colons avant de dire non aux colons?
C'est tres grave .

Si beaucoup de sang a coulé chez les occidentaux....ils ont su preserver ce qui est positif.

Chez vous, quel est l'utilité de tuer de jeunes eleves, de bruler vos marchés, d'emprisonner de pauvres innocents, meme vos propres freres et assassiner des professeurs.....? Comment peut on admirer des choses comme ca?Malheureusement c' est ce que tu fais.Tu vois?

L'idiot c'est Toi .Le sperme qui t'a fait venir Dans ce monde a ete un veritable gach

 41   Franck | Samedi, 14 Janvier 2017  - 22:46
  Je ne pouvais m'en douter un instant l'homme du nord est nul et la région de la kara une honte qui n'a pas son nom icilome.com peut toujours supprimer les posting qui disent vraiment et réellement la vérité, un peuple de moutons ne peut engendrer qu'un gouvernement de loups et puis il ya contradiction flagrante entre le régime veut une chose et son contraire n'est ce pas l'attitude des mongols togolais pourquoi ne pas les critiques vérifiées et vérifiables pour infirmer ou confirmer ces faits d'actualité voilà pourquoi les togolais ont tous les problèmes, un pays où tout marche bien ne saurait enrigistrer des grèves multiples,un pays où on ne connaît pas le vrai salaire d'un ministre, in pays où les postes ministériels sont multipliés avec des nominations fantaisistes a la presidence et consorts et dans le même temps on refuse aux autres leurs droits légitimes a la vie

 40   Frank le toqué | Samedi, 14 Janvier 2017  - 16:48
  Réponse à 33-Franck
  Pourquoi pas un '"grand reportage" sur la ville d'ANEHO, avec 80 % des maisons en ruine, et la mer qui avale le reste! Pourtant, c'est à ANEHO que la civilisation est arrivée , comme aiment se vanter les anéhoto! Toutes les femmes d'ANEHO, mariées ou pas, couchent avec les hommes originaires de KARA maintenant... Il y a tellement de choses à raconter sur Aneho, Amétokpo non ?

 39   Sophie | Vendredi, 13 Janvier 2017  - 23:8
  Réponse à 36-Chinalawson
  Voici ta response.

Ce n 'est pas une attaque .C est une realité que toute personne normale peut deceler de tes ecrits.D'ailleurs,tu viens de confirmer ton immoralité lethale .Tu dis "il faudra beaucoup tuer pour assainir l'environnement politique,economique,et sociale". C'est tres grave pour un refugié d'avancer de tells propos.UN etre normale ne dirait pas ca.

Rawlings n' a pas ete un dictateur.Cesser De faire ce rapprochement en vain.

Rawlings etait venu balayer Les dictateurs et les mauvais citoyens qui faisaient souffrir son peuple.Apres il avait organisé des elections transparentes non frauduleuses .Quand il a Perdu ,il a accepté sa defaite et laisser la place à d'autres.

Il faut relire ce que tu viens d'ecrire.Il y a plein d'amalgame dedans.Faut-il aller chez les colons avant de dire non aux colons?
C'est tres grave .

Si beaucoup de sang a coulé chez les occidentaux....ils ont su preserver ce qui est positif.

Chez vous, quel est l'utilité de tuer de jeunes eleves, de bruler vos marchés, d'emprisonner de pauvres innocents, meme vos propres freres et assassiner des professeurs.....? Comment peut on admirer des choses comme ca?Malheureusement c' est ce que tu fais.Tu vois?

L'idiot c'est Toi .Le sperme qui t'a fait venir Dans ce monde a ete un veritable gach

 38   zanba | Vendredi, 13 Janvier 2017  - 17:2
  ce qui m'intrigu che vou les sudette lorsqu les nordist travallai vou etier o¨² je me souvien que aven losque on lance les recrutemt de l'arm¨¦ vou refusier maintenan aujoudui sa vou fai mal ke les nordist on tou les meilleur poste ces simpl ses parcq nou somm pr¨¦sseu au sud mem mw prsonelmt je pri ke jamai un eve ne sw presiden si je ment aller a Aneho la premier ville a la contat Europ¨¦enne et les premier riche malgr¨¦ tou ca Aneho demeur un village desesperer aller a tabligbo che maitr agboyibor malgr¨¦ lui keskil a pui fai nan palon pa de agbeyome kojo qui fait pour l'argent prtan o village ces dan les herbe ilpass pr aller a la maison

 37   Etoukpé | Vendredi, 13 Janvier 2017  - 14:33
  Togolais aime le coq à l'âne vraiment les fanatiques, c'est une pure vérité ...

 36   Le Vrai Jay Bon Jeu | Vendredi, 13 Janvier 2017  - 1:38
  Kara !! la Suisse togolaise !!

et le Togo .??? .Un Canton Suisse !! Merde !!!!
c'est une gifle ou koi !! "le togolais local " n'est meme plus gene' dans son complexe d'Inferiorite affiche' et ne regarde au ciel qu'a Dieu de le delivrer des griffes de ce dieu de Pya..' !!!
le togolais doit se reveiller de son traumsme "kabya" et comprendre et refuser cette brimade !!par un groupe Nord-Sud comme disait si bien mon compatrite Caramba !!
Allez sur YOUTUBE . ET Tapez "GAMBIE /Yaya Jammeh " et regardez ce qui se passe la bas pour comprendre ce qui se passe au togo !!
vous serez revlote'. !!

Garanti.


 35   Chinalawson | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 21:19
  Réponse à 35-Rebel
  Meme pipe, meme tabac !!

Je reprends donc .

À kanté apres les Agoutis ils n'y a que la maison de Adji AYASSOR !!

Content ?

 34   Rebel | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 20:40
  Réponse à 22-Chinalawson
  Ayassor n'est pas de Pagouda mais de Kante...

 33   Franck | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 17:45
  Merci chers compatriotes qui ont soutenu le journaliste dans son grand reportage que moi je partage pleinement son avis prouvant que certains togolais même du nord reconnaissent la médiocrité de ce régime quand aux autres qui ont tenté et ont voulu insulter ce journaliste talentueux on comprend leur amertume qui n'est que le reflet de ceux qui soutiennent ce régime sans connaître les vraies raisons sinon c'est un peu maladroit de nier la réalité de la ville de kara la vétusté existe partout même dans la maison du dictateur président rejeton Faure

 32   Africain perdu | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 14:44
  Réponse à 32-essolisam
  Mon frère laisse les. Il y'a liberté d'expression. Chacun est libre de prendre la photo où il veut. Ca dépend de quelle image il veux donner à la ville et ses habitants.Ils sont hors de l'Afrique. Même si un journaleux leur présente un parc d'animaux avec les bêtes et fait commentaire que voilà l'Afrique et ses habitants ils vont le croire. Pfff Africains perdus.

 31   essolisam | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 10:46
  Réponse à 18-El Niño
  Tout le monde sait que Zeus AZIADOUVO est maboule, et pourquoi regarder ce qu'il fait et écouter ce qu'il dit?
Il est maudit depuis sa naissance !

 30   Chinalawson | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 8:1
  Réponse à 16-Abladjo
  Abladjo, si tu parles encore de SOTOUBOUA....

Tu ne peux constamment te permettre de jouer avec mes testicules .Mes sentiments !!

Mamatchi . Un peu de respect pour le vieux .

 29   Dieu au SECOURS ! | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 7:5
  Réponse à 29-journaleux
  Au moment où à KARA, des maisons de luxe poussent partout, au moment où au Togo, 90 % des milliardaires sont de KARA, au moment où, aujourd'hui, les plus belles villas de LOME appartiennent à 90 % à des togolais originaires de KARA, au moment où ceux -ci ont ont accaparé tous les pouvoirs, toute l'Economie , les finances, les commerces, l'Armée, la gendarmerie, la police, etc. c'est à ce moment-là que les journaleux de LIBERTÉ trouvent que Kara est une ville de "misère" !

Shalom Amétokpo, un vrai reportage aurait montré les quartiers huppés de KARA, les quartiers pauvres de Kara, les hôtels , les établissements scolaires, l'Université, les camps militaires, etc... Quand on dit que ZEUS AZIADOUVO et son journal LIBERTÉ ne sont que des calamités, on nous dit qu'on l'insulte! Voyez vous-même ! Vous auriez pu aussi nous faire comparer certains quartiers pouilleux de Bè, Ablogamé, Amoutivé, en plein LOME...C'est cela le journalisme, le reste n'est que de la malhonnêteté intellectuelle et des élucubrations de bas étage! AZIADOUVO Zeus, tu as atteint le plancher, tu ne peux plus tomber plus bas ! Dieu , sauvez-le !

 28   journaleux | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 3:32
  Réponse à 18-El Niño
  C'est dingue, ces journaleux togolais ! Ils appellent ça "grand reportage "!
Ces images sur la photo sont encore plus reluisantes que beaucoup de quartiers de Lomé !
Et celui où habite le journaleux Shalom AMETOKPO est plus pouilleux que ce que vous voyez sur ces images !
Mais pourquoi bon DIEU, ne cherchent-ils pas autre chose à faire dans la vie et ils veulent être à tout prix JOURNALEUX ?

 27   Pauvre cloche | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 3:6
  Réponse à 25-Dr david ekoude ihou
  Pauvre cloche, tu crois que le vrai Dr DAVID EKOUDE IHOU peut envoyer une imbécillité comme ça ?

C'est fou, ce quartier qu'on voit sur la photo , n'est -elle pas un quartier pouilleux de TSEKPO de ZEUS AZIADOUVO ?

Et puis, chers togolais , vous perdez votre temps à ânonner sur ce site! Si vous travailliez un peu ?

Journalistes de LIBERTE, vous n'êtes pas de Kara, et cela vous dérange le derrière que Kara soit comme sur la photo ? Si votre village est mieux que KARA, tant mieux pour vous, et que Dieu vous garde!

 26   LOMETO | Jeudi, 12 Janvier 2017  - 1:39
  Pourquoi ce constat fait par le journaliste vous surprend ? C’était prévisible que la ville de Kara aura toutes les peines à se développer normalement. C’est une ville artificielle construite à la hâte pour faire comme Gbadolite de Mobutu ou Yamoussokro d’Houphouët-Boigny.

A l’époque, Sokodé présentait déjà tous les atouts d’une ville en pleine évolution et son développement aurait non seulement réussi, mais cela entrainerait le développement conséquent des villes de Kara, Bassar, Tchamba et Sotouboua etc... Mais Eyadema avait imposé Kara et voila ce que ca a donné. Des hommes d’affaires étaient venus le voir pour lui proposer la culture de la tomate au Togo mais il leur imposa la région de Kara ou la terre n’était pas propice à ce genre de culture. La conséquence c’est que les Initiateurs sont allés réaliser leur projet à Ougadougou d’où les tomates sont convoyées au Togo. Avant de goudronner une route, on fait une étude pour voir combien de voitures y passent journalierement. Mais sous Eyadema c’était pas le cas. J’ai vu de mes propres yeux à Kara dans les années 80 une route bien goudronnée sur laquelle aucune voiture ne passe offrant l’opportunité aux bonnes femmes d’y sécher leurs tubercules épluchés de manioc.
Les exemples sont nombreux et ils montrent le degré de gaspillage des ressources du pays et les mauvais choix de développement du Dictateur Eyademon.

Ce qui est inquiétant est que son Fils Usurpateur de pouvoir le suit avec son entêtement à obtenir coute que coute des reformes taillées a sa mesure afin que lui et les Vautours au long bec qui l’entourent puissent continuer de piller nos ressources, de plonger le pays dans des dettes insurmontables, de continuer leur jouissance éhontée entre les cuisses de Salopes mal baissées, alors que même dans sa région natale les populations croupissent dans la misère.

 25   Togovi | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 23:49
  Nous allons tout ravagé pour faire l'élevage des bovins le reste de ces habitants vont retourné au Tchad ,gbemelanwo.

 24   Dr david ekoude ihou | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 23:17
  Réponse à 21-Chinalawson
  Gnarou aooo comment tu peux changr de fusil d epaule coome ca?reviens vite a la maison sinon nous allons envoyer felix kadanga te chercher.tu vends trop la mech a ces sudists devergondes

 23   stevejobs | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 20:29
  si faure quitte le pouvoir on fera de kara la silicon valley du togo

 22   Peuple humilié | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 20:19
  C' est Kara ca ? On dirait un cimetiere aux temps coloniaux.

Ceux qui font la gueule pour supporter la mafia sont Des inhumains.

Bodjona doit regretter beaucoup de choses aujourd' hui.

C est Kara ca ?

 21   Chinalawson | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 19:18
  Réponse à 20-1111
  Hahahahahabababa.....à Pagouda , il n' ya que des perdrix !! ....Et la maison d 'AYASSOR !

 20   Chinalawson | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 19:16
  Réponse à 16-Abladjo
  Cet article m'a gaché la journée !!

Heureusement que ma copine d'ANEHO etait là pour me consoler.

Abladjo, si tu ne cesse pas de m'appaller achao....

É yoooooo , donc vous ne respectez plus rien dqns ce pays ??



 19   1111 | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 17:50
  si kara est comme ca, comment sera alors pagouda?

 18   Mon pays va tres mal | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 16:32
  Réponse à 2-Chinalawson
  Toi aussi tu parles de nullards qui nous diligent ?

C' est De la pagaille ou de l' insulte ?

Toi soldat, malgré ta presence en Europe n' a rien d' autres dans ta tete que de louer Les fraudes de la mafia et les bavures de l'armee togolaise.

Qu' est ce qui t'a piqué ?

Vous faites honte à la race humaine pour rien.

 17   El Niño | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 14:48
  Réponse à 2-Chinalawson
  Merci compatriote. Je te donne 18 sur 20 sur ce posting. Sur ce point, ce n'est plus Jean-Pierre Fabre qui a refusé à Faure de construire la ville de Kara. Cinq milliards pour la CAN, 16 millions pour corrompre les journalistes, une stelle inutile sur l'esplanade du RPT à Kara..etc. Quel gachis ce Faure et ses vautours???
Faure n'est qu'une arme de destruction massive du Togo. Mon coeur saigne.

 16   LIPOUA | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 14:37
  Ce journaleux a fait son boulot et peut mieux faire, il ne peut pas s'empêcher de nous rabattre les oreilles de mots tels que " ville présidentielle", " ville culturelle" et tant d'autres? Et que dire des autres villes du Togo à part Lomé qui ressemble à un gros village mal éclairé, un vrai et géant dépotoir à ciel ouvert? Kara n'est qu' à l'image de nous et de nos villes.

A t on une ville au Togo? Décentralisation, administration par délégation des villes et quoi encore? L'échec total et partout, nos villages sont laissés dans une désolation indescriptible.Ils ont échoué, nous avons échoué, pauvre opposition politique qui ne dit même pas son nom, toujours non, et tout est refus, ce n'est pas l'occasion de s'emparer de cette décentralisation, de le vivre, et de s'implanter, voire les accompagner vers une fin qui s'annonce?

 15   Abladjo | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 14:33
  Réponse à 13-Peuple humilié
  Le Soldat ne veut pas sauver Aneho qui est grignoté par la mer. Il ne veut pas sauver Kara qui est grignoté par la misere... Le sort de Sotouboua devient inquiétant.

 14   des moutons | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 13:30
  qui ne dit rien consent donc ils nont ka rester dedans comme ca

 13   Peuple humilié | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 12:3
  Il faut dire Au soldat gnarou Chinalawson d' aller sauver sa ville.


 12   olivier | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 11:49
  A kara le temps s'est arrêtée depuis 1960

 11   007 | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 11:40
  Réponse à 1-JPF
  on dirait l' entrée de l' hôpital de Kpalimé!

 10   vilevo | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 11:28
  Il m'est arrive de sortir avec une " Mazalou"
quand j'etudiais encore au USA ,
Belle forme avec de grosse fesse que j'ai jamais vue nul part .
Contrairement a certaine idee preconcu , c'est des gens qui sont bien courtois et loyal.

Le probleme du Togo c'est le clan gnassingbe qui pille et manipule tout le monde.

 9   Abladjo | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 11:1
  Réponse à 2-Chinalawson
  Mon AchaoLawson,

Putain.... JPF.... encore sa faute si Kara est un gros village de brousse déguisée en ville. C'est la faute de JPF si Kara est abandonnée a son sort. Kara 1960 et Kara 2017 il n y a pas de difference a part des chateaux de Woabé Calamité et de sa minorité. Rien est fait pour cette ville.

Comment peut on ne pas construire sa propre région, sa propre ville? Aller voir en Cote d'Ivoire, Yamoussokro la ville d'Houphouet Boigny . Il faut avoir detesté sa propre famille pour ca... ceci n'est qu'une confirmation que Eyadéma vient d'ailleur et il n'est pas un Gnassingbé.

On a dépassé le niveau de la douleur est grande c'est carrément de la tétanie qui préfigure le coma a venir.

Imagine si tu avais refusé de soutenir ce régime il y a 5ans, peux-etre qu'aujourd'hui Kara aura au moins de l'électricité tous les jours.

On vous disait que quelque soit le nullard en face, c'est le peuple qui va diriger ce pays. Cette armée qui serre de milice au régime doit etre au service du peuple. Si un groupe arrive a la tete du pays et il travaille pas le peuple le vire dans les urnes avec l'aide des forces de sécurités et on fait venir un autre.
Les ghanéens viennent de virer Mahama a cause de sa corruption et de son approximatisme malgré qu'il a 100 fois travailler plus que Woabé Calamité.

Dire qu'il n y a personne en face est une excuse bidon pour rester dans le statut quo. Connaissant la déraison qui anime le régime en place meme un mouton a la tete du pays fera mieux. A chaque belement du mouton on nommera une commission pour étudier ce que le mouton a dit et on appliquera ce que la commission a retenu et on l'appliquera bien avec toutes les factures en regle et soumis a plussieurs controls. Le mouton viendra beler tous les derniers mercredis du mois devant l'assemblée nationalke et tous les 3 mois devant le peuple pour expliquer l'Etat de la nation et ce qu'il fait sinon il va finir en méchoui et gbodéssi.

Le peuple togolais du sud au nord nous le savons tous. Nous ne sommes pas des béliqueux et c'est évidant qu'a part des querelles de clocher, il n y aura jamais une guerre ethnique au Togo. Alors ceux qui préferent souffrir ou ceux qui le font croire pour garder le pouvoir trompent les autres. Tous les togolais vivront en harmonie apres la fin de se régime. Une fin qui ne saurait tarder.

Une région comme celle de la Kara qui n'a pas d'industrie ni de société privée c'est révoltant. On pourait y installer une centrale solaire pour 150,000 habitants a un cout de 10 milliards CFA. Le Sénégal vient de le faire mais cet argent a été gaspillé pour un sommet sur la mer.

On vient d'acheter 4 hélicos dont le prix aurait pu construire un centre de santé moderne dans chaque région du pays.

Ce pays est pied et point livré a Woabé Calamité et sa clique qui pillent sans etre rassasiés et font de nos militaires et force de sécurité des mendiants.

Bon Mon Achao, tu m as mis les larmes aux yeux j'ai cru lire mes propres écrits si tu fais aussi bien le taf ici je vais arreter les yombos et prendre ma retraite que Jacko le zero appelle de ses voeux.



 8   Soumbou | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 11:0
  Malheureusement, c'est une partie de la réalité décrite par le journaliste.
L'autre réalité, c'est que parmi les fils de la région, une petite minorité a conscience que la ville de Kara mérite mieux que ce visage qu'elle présente actuellement, mais n'ose agir, menacée sournoisement par la majorité de nouveaux fortunés qui préfèrent ne pas attirer l'attention sur l'origine de leurs richesses. Et ce depuis l'époque du General où la délation faisait partie des critères de promotion.
Il se racontait même qu'il eût un préfet de Kara qui n'en était pas originaire et qui ébahi par la beauté de la ville (en effet la ville de Kara située dans une cuvette entourée de montagnes et traversée par le fleuve Kara, est très belle) avait présenté un plan de développement moderne de la ville, mais fut éconduit par le General.
Et depuis plus personne n'ose en parler et les cadres préfèrent aller "jeter leurs forteresses" dans leurs villages aux alentours de la ville dans la pauvreté infrastructurelle ambiante.

 7   ABODA LE ZOADJI | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 10:19
  Réponse à 2-Chinalawson
  Ma question est de savoir si les nullards qui nous dirigent ,refusent de developper ce pays, pourquoi il ne developpent pas aumoins leur region ???

Mon frère, parce qu'ils préfèrent jouir dans la chatte d'une femme. Puisqu'on ne peut pas construire et avoir en même temps les femmes.

Le choix est fait : il faut d'abord jouir! ou bien?


 6   Kèfèyi-Kassou | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 9:45
  Réponse à 4-ABODA LE ZOADJI
 
Au CHU SO de Lomé, ce risque est encore plus inquiétant !

 5   Ibn KHALDOUN | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 9:43
  Réponse à 2-Chinalawson
 
Tu veux que je te dise,
cet " argent volé " se trouve en sécurité dans des banques en Allemagne, en Europe et ailleurs.
Où nos barrons vont passer des vacances avec leurs innombrables maîtresses qu'ils
entretiennent la ba à prix d'or, sans oublier leurs rejetons qui, comme c'est le cas du fils MBAZOGO et d'autres, ne réalisent pas toujours le rêve de leurs parents.

 4   ABODA LE ZOADJI | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 9:28
  Je remercie le journaliste qui a fait ce travail



50 ans après les indépendances je risque la vie de ma femme si elle accoucha à kara (Ville universitaire)!


MA DOULEUR EST GRANDE


 3   Habame | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 9:12
  Réponse à 1-JPF
  Bravo Shalom, bon boulot

donc il y a des ambassades à kara, vraiment je vais y faire un tour

 2   Chinalawson | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 8:45
  Et les gens s'étonnent que je change mon fusil d'epaule ??

Aujourdhui l'electricité à partir du solaire coute moins cher que les centrale à charbon !
Il faut moins de 5 millions de dollars ou d'euro pour installer les mini centrale solaires !

Sur le fleuve kara et Oti on peut construire des mini barrages hydroelectrique dont le cout ne depasse pas 15 millions d'euro comme on le voit dans certains villages ici en Allemagne!

On ne leur demande meme pas l'aumone. On leur demande d'investir avec l'argent volé à l'Etat dans ces infrastructure pour alleger la souffrance des populations. Des projets où ils se feront encore plus de sous !!

L'Etat est le seul employeur de la ville !! Aucune entreprise locale ni entité industrielle n'existe dans cette ville !! 50 apres l'accident de sarakawa.. !

Depuis la colonisation allemande , la.region de la Kara et des savanes sont les deux regions les plus pauvres du pays !! Et ils le sont encore aujourdhui !! 50 ans apres ...

Ma question est de savoir si les nullards qui nous dirigent ,refusent de developper ce pays, pourquoi il ne developpent pas aumoins leur region ???
Que leur rapportent leur comptes en banques à l'etranger ?
Que leur rapportent leurs multiples residences à l'etranger.
Des bien qu'ils abandonneront sur cette terre pour partir.
Dans n'importe quel village ils ont contruit leur chateau, creusé forrages pour eux seuls, et cloturer le tout pour que personne n'y entre : Prsonniers de leur richesses !! De vrais Harpagon.

Nous avons beaucoup de douleur au coeur en lisant cette triste realité sur la ville qui nous a vu naitre.
Sommes -nous des sous-hommes ??
Les israeliens ont transformé le desert en jardin nourrissier !Et nous ?? Qu'avons -nous fait de cette region qui a fait de nous ce que nous sommes ??
À quoi ont servi nos etudes ??

Nous sommes malgré nous , obligés de soutenir ces vautours des temps modernes parce que les autres en face ne nous laisse aucune échappatoire, aucune chance politique !
Si nos freres du sud nous avait tendu la main dans les année 1990, il ya longtemps que ce pays aurait eu un autre visage !
Je parie meme que un sudiste patriote contruirait mieux la ville de kara que ces jouisseurs eternels !!
C'est Me Occansey qui avait sommé l'UTB à Sokodé de repeindre sa cloture parce que cela ne donnait pas ume bonne image de la ville !! Il etait simple prefet ....
Les fils de sokodé ont assisté toute honte bue les travaux effectués

Ma douleur est grande !!

Merci au journaliste.

 1   JPF | Mercredi, 11 Janvier 2017  - 8:22
  LA PHOTO EST PRISE OÙ ???

JPF



TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Commparer pour le meilleur pret auto| | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
Serrurier Paris 6| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com