7:53:54 PM Lundi, 15 Juillet 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Burundi Le parti présidentiel demande à l'ONU de ne pas céder aux sollicitations de l'UA


Politique

Xinhuanet | | Commenter |Imprimer Lu : 2549 fois


Le parti burundais CNDD-FDD au pouvoir a publié mercredi un communiqué pour demander à l'ONU de ne pas céder aux sollicitations de la Commission de Paix et de Sécurité de l'UA, qu'il qualifie de "malicieuses" et d'"injustes".


Le communiqué invite le secrétaire Général de l'ONU, Ban Ki-Moon, "à ne pas céder aux sollicitations malicieuses de la Commission de Paix et de Sécurité de l'UA (CPS UA) car trop injustes et de nature à détruire le pays", notant que le contraire "risquerait de déstabiliser toute la sous-région voire même la région de l'Afrique centrale tout entière comme cela est en train de se produire en Lybie et en Syrie".
Le président du CNDD-FDD, Pascal Nyabenda, a accusé dans le communiqué la commission de l'UA de chercher à envoyer les forces militaires au Burundi "comme si le pays était en guerre" et demande à cette Commission de "transporter ces forces militaires de l'UA à l'intérieur du Rwanda, et plus exactement là où les autorités rwandaises ont placé les camps d'entraînement et de recrutement" de ceux qu'il appelle les terroristes.
En ce qui est du dialogue proposé entre les parties en conflit au Burundi et qui, selon l'UA, devrait se tenir à Kampala, le parti CNDD-FDD trouve que ce "n'est autre chose que le refus au peuple burundais à l'exercice de son droit le plus légitime de se choisir librement ses institutions", avant d'ajouter que "le pays est dans une lutte de décolonisation et rien de plus".
Le conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA aviait décidé d'imposer des sanctions ciblées contre des acteurs burundais dont l'action et les propos contribuent à la persistance de la violence et entravent la recherche d'une solution pacifique, et demandé à la présidente de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, d'entamer des consultations avec les Nations-Unies, pour l'adoption de mesures similaires.
Le Burundi est en proie à une vague de violences depuis le 26 avril 2015, date à laquelle ont commencé des affrontements entre des militants d'opposition contre le 3ème mandat présidentiel de l'actuel chef d'Etat burundais, Pierre Nkurunziza, et ceux qui y étaient favorables, en l'occurrence proches du Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie(CNDD-FDD, parti au pouvoir). Fin




Autres titres

Il faut que le dialogue reprenne dans les plus brefs délais (Union africaine)
Burundi - Il faut que le dialogue reprenne dans les plus brefs délais (Union africaine)
Le Conseil de sécurité préoccupé par la lenteur des progrès du dialogue inter-burunda...
Burundi - Le Conseil de sécurité préoccupé par la lenteur des progrès du dialogue inter-burunda...
Difficile dialogue entre le pouvoir et l'opposition
Burundi - Difficile dialogue entre le pouvoir et l'opposition
Des figures de l’opposition de retour au pays
Burundi - Des figures de l’opposition de retour au pays
Plus de nouvelles




RECOMMANDÉS
Il faut que le dialogue reprenne dans les plus brefs délais (Union africaine)
1.  Burundi - Il faut que le dialogue reprenne dans les plus brefs délais (Union africaine)

2.  Burundi - Le Conseil de sécurité préoccupé par la lenteur des progrès du dialogue inter-burunda...

3.  Burundi - Difficile dialogue entre le pouvoir et l'opposition

4.  Burundi - Des figures de l’opposition de retour au pays

5.  Burundi - Fin de 2017: l’ultimatum pour mettre au concubinage



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média